René Waldeck-Rousseau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

René Waldeck-Rousseau, né le [Note 1] à Avranches et mort le à Nantes, est un avocat et un homme politique français, député de Loire-Inférieure (1848-49), deux fois[1] maire de Nantes entre 1870 et 1873.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né René-Valdec (ses deux prénoms) Rousseau (son nom de famille), il demanda et obtint que son second prénom, qu'il orthographiait « Waldeck » (voir sa signature au bas de son acte de mariage à Jonzac le ), soit accolé à son nom de famille pour le distinguer des nombreuses familles Rousseau, formant ainsi le nouveau nom patronymique « Waldeck-Rousseau ».

Avocat de formation, il arrive à Nantes en 1833. De 1840 à 1843, il donne des cours de droit commercial et de comptabilité dans les classes préparatoires du lycée de Nantes.

Il est élu député républicain de Loire-Inférieure à l'assemblée constituante d'avril 1848 à mai 1849. Pendant le Second Empire, il est dans l'opposition au régime.

Il est élu conseiller municipal en 1865 sur une liste d'opposition au régime (Union libérale) qui emporte les élections (municipalité Dufour) ; en , il est réélu, cette fois sur une liste républicaine opposée à Antoine Dufour ; il devient maire de Nantes, avec Ange Guépin pour premier adjoint, et le , annonce officiellement à Nantes la proclamation de la République. Il emporte de nouveau les élections municipales d', est confirmé comme maire le , mais démissionne en juillet.

Il est de nouveau maire de à , date à laquelle il se retire pour raisons de santé, laissant la fonction de maire à Julien-Charles Lechat, premier adjoint (non considéré comme maire pour cette période). En , le gouvernement nomme une mairie prise hors du conseil municipal, dirigée par René de Cornulier[2].

Il fait partie de la Société des Droits de l'Homme.

Il est le père de Pierre Waldeck-Rousseau, président du Conseil à l'époque de l'affaire Dreyfus.

Hommages[modifier | modifier le code]

La place Waldeck-Rousseau à Nantes, lui rend hommage, ainsi qu'à son fils.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'officier de l'état civil a improprement daté l'acte de naissance du 26 septembre, mais l'examen chronologique du registre montre que l'acte et la naissance datent en fait du 27 septembre, qui est la date de l'acte qui précède. Les notices biographiques confirment cette date du 27 septembre. Voir: le Livre Doré de l'Hotel de Ville de Nantes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Trois fois selon la liste de la mairie de Nantes. Chronologie à préciser.
  2. Livre doré, 1890.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Llivre doré de l’hôtel de ville de Nantes, Imprimerie Salières, Nantes, 1890, page 1 (mairie Cornulier)
  • Claude Kahn et Jean Landais, Nantes et les Nantais sous le Second Empire, Nantes, Ouest éditions et Université inter-âges de Nantes, , 300 p. (ISBN 2-908261-92-8), p. 291 (fiche biographique). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Guiffan, Joël Barreau et Jean-Louis Liters (dir.), Le Lycée Clemenceau. 200 ans d'histoire, Nantes, éditions Coiffard, , 491 p. (ISBN 978-2-910366-85-8), p. 263 (fiche biographique). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]