René Perrey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
René Perrey
Biographie
Naissance
Décès
Période d'activité
XXe siècle
Nationalité
Activité
Œuvres principales
Villas balnéaires à La Baule-Escoublac

René Perrey est un architecte français, né en 1891 et mort en 1969. Il est l’auteur des plans de nombreuses villas balnéaires de La Baule.

Biographie[modifier | modifier le code]

René Perrey naît en 1891[1]. Architecte, il s’établit à La Baule en 1924[1]. Sa carte de visite indique :

« M. R. Perrey, architecte diplômé par le gouvernement, 6 rue Foucault à Paris, auteur de plusieurs villas, construites ou en cours de construction, dans la région bauloise, lauréat du concours municipal des magasins à édifier sur la promenade du Pouliguen, est définitivement installé Avenue de la Grande Dune à La Baule-les-Pins. »

— Carte de visite de René Perrey datant de 1925[1].

De fait, il remporte le concours des boutiques de la promenade du Pouliguen avant son installation à La Baule[2]. À la demande de Louis Lajarrige, il conçoit la villa Elmonic, d’inspiration anglo-normande[3], puis la villa Marthe[4], au 44 avenue de la Grande Dune, où Lajarrige établit ses bureaux[2]. Ses bureaux sont situés sur la même avenue, dans la villa Ker Ninoune[5], où il dessine les plans du bureau de poste du nouveau lotissement La Paule-les-Pins[2]. Il dessine également le magasin baulois des Poteries Normandes pour l’usine de céramiques architecturales Filmont de Caen[6].

Il est également l’auteur des plans de villas du quartier Lajarrige telles

  • L'Aiglon (vers 1929[7]) ;
  • Arabella[8] ;
  • Charma (vers 1929[9]) ;
  • Corinne[10] ;
  • Les Danaïdes (colombages uniquement[11]) ;
  • La Halletière (vers 1926[12]) ;
  • Jean-Claude (vers 1926[13]) ;
  • Ker Hubert (vers 1926[14]) ;
  • Ker Martine (en 1924[15]) ;
  • Ker Ninoune (vers 1924[16]) ;
  • Marie Stella (vers 1929[17]) ;
  • Matile (salon de coiffure[11]) ;
  • Mireio (vers 1930[18]) ;
  • L'Ourida[19] ;
  • Pamela (1926[20]) ;
  • La Pinada (vers 1926[21]) ;
  • Primarosa (1926[22]) ;
  • Ma Provence[23] ;
  • Sant Sezny (1925[24],[25]) ;
  • Villa Marthe[26] ;
  • Les Tamaris (1926[27]) ;
  • Yves-Michel (vers 1926[28]) ;
  • La Rigaudière, dessinée en 1925 pour le maire Marcel Rigaud[29].

Il quitte La Baule en 1930 pour tenir les fonctions d’architecte du gouvernement général d’Algérie[30].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Charles, La Baule et ses villas : le concept balnéaire, Paris, Massin, , 213 p. (ISBN 2-7072-0444-7, notice BnF no FRBNF38890407)
    Alain Charles est architecte DPLG et DEA en histoire de l'architecture, spécialiste du balnéaire[31],[32].
  • Colette David (photogr. Stéphan Ménoret), Les villas de La Baule : des bourgeoises modèles aux excentriques rigolotes, La presse de l’Estuaire, , 95 p. (ASIN B009P12Q4I)
    Colette David est journaliste au quotidien Ouest-France[33].
  • Laurent Delpire, « Urbanisme et architecture balnéaire : histoire d'un phénomène de société, l’exemple du Pays de Guérande », Les cahiers du Pays de Guérande, no 52,‎ (ISSN 0765-3565)
    Laurent Delpire est historien de l’art, conservateur des antiquités et objets d’art de Loire-Atlantique.
  • Jean-Louis Kerouanton, « Éléments de cartographie pour la connaissance de l’architecture balnéaire bauloise » [PDF], sur un site du ministère de la Culture, (consulté le 7 janvier 2018)
    Jean-Louis Kerouanton est chercheur au service régional de l’Inventaire, direction régionale des affaires culturelles des Pays de la Loire.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Personnalités de La Baule-Escoublac », sur labaule-sepia (consulté le 7 janvier 2018).
  2. a, b et c Charles 2002, p. 88.
  3. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Elmonic puis La Mamounia », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 5 novembre 2017).
  4. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Villa Marthe », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 5 novembre 2017).
  5. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Ninoune », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 5 novembre 2017).
  6. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire puis immeuble à logements Les Poteries Normandes », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 5 novembre 2017).
  7. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire L'Aiglon », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 22 février 2018).
  8. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Arabella », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 5 novembre 2017).
  9. Alain Charles, « Immeuble à logements Charma », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 23 février 2018).
  10. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Corinne puis Dauphine », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 5 novembre 2017).
  11. a et b David 1979, p. 44.
  12. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Halletière », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 18 février 2018).
  13. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Jean-Claude », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 4 février 2018).
  14. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Hubert puis Ty Douz Brey », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 18 février 2018).
  15. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Martine », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 7 février 2018).
  16. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Ninoune », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 13 février 2018).
  17. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Marie Stella », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 26 février 2018).
  18. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Mireio », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 10 février 2018).
  19. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire L'Ourida », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 5 novembre 2017).
  20. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Pamela », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 29 janvier 2018).
  21. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Pinada », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 6 février 2018).
  22. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Primarosa », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 30 janvier 2018).
  23. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ma Provence », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 5 novembre 2017).
  24. David 1979, p. 43.
  25. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Sant Sezny », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 10 février 2018).
  26. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Villa Marthe », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 26 janvier 2018).
  27. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Tamaris », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 26 janvier 2018).
  28. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Yves-Michel puis La Colline », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 5 novembre 2017).
  29. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Rigaudière », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 5 novembre 2017).
  30. Charles 2002, p. 132.
  31. Anne Vidalie, « La Baule: le bonheur est dans les pins », sur un site du magazine L'Express, (consulté le 7 janvier 2018).
  32. Alain Charles, « Panorama Le Pouliguen - La Baule - Pornichet », sur panorama-labaule.com (consulté le 7 janvier 2018).
  33. Daniel Le Couédic, « L’architecture et les paysages, bastions de l’identité bretonne », sur bretonsdujapon (consulté le 20 janvier 2018), p. 11.