René Morax

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morax (homonymie).

René Morax, né à Morges le 11 mai 1873 et mort dans la même ville le 3 janvier 1963, est un écrivain et dramaturge vaudois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a étudié les lettres à Lausanne, Paris et Berlin. Sa première pièce dramatique, La Nuit des quatre-temps (1901) fut donnée au casino de Morges. Ce spectacle, inspiré d'une légende des Alpes, donne une nouvelle orientation à la culture en Suisse. En effet, à l'exemple de ce qui se fait en France, il s'agit là de la première expression d'une véritable forme de théâtre populaire.

Deux ans plus tard, il crée La Dîme à Mézières. Ce drame, basé sur un fait historique, bien connu dans la région, raconte l'histoire du pasteur Martin qui, en 1790, avait été jeté en prison parce qu'il contestait le fait que les paysans doivent payer un impôt sur les pommes de terre. La Dîme remporte un formidable succès. La scène improvisée, qui servit à en accueillir les représentations, est alors rendue définitive. Ainsi naît en 1908 le théâtre du Jorat, bientôt surnommé la « Grange sublime », que Morax fait construire avec son frère Jean.

Grand animateur du théâtre du Jorat, René Morax écrit et met en scène des drames paysans et historiques. En 1910, il crée Aliénor, écrit en collaboration avec Gustave Doret, puis en 1921 l'oratorio Le Roi David avec un jeune compositeur alors inconnu, Arthur Honegger.

René Morax est aussi auteur de petites comédies et de farces (dont Les Quatre Doigts et le Pouce en 1915, reprise par le théâtre des Faux-Nez en 1955), de traductions et d’adaptations qui en ont fait l’auteur de théâtre contemporain le plus fécond de Suisse.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2003 : Yvan Schwab, René Morax, un théâtre pour le peuple : Histoire et aventures du théâtre du Jorat,éditions du Musée Alexis Forel, Morges,
  • 1993 : Pierre Meylan, René Morax et Arthur Honegger au théâtre du Jorat, éditions Slatkine, Genève.
  • 1973 : Pierre Meylan, René Morax et son temps, Morges, Éditions du Cervin, 1973, 250 pages.
  • 1958 : Jean Nicollier, René Morax, poète de la scène, éd. du Panorama, Fribourg,

Sources[modifier | modifier le code]