René Maury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

René Maury, né le à Béziers, et mort le à Montferrier-sur-Lez, est un économiste, juriste et historien français. Agrégé de sciences économiques, docteur en droit et diplômé de la Harvard Business School, René Maury fut professeur de sciences économiques à l'université de Montpellier, Visiting Professor à la Keio Business School de Tokyo et professeur à l'université de Limerick[1]. Il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages.

Biographie[modifier | modifier le code]

René Maury fait ses études en droit à la faculté de Montpellier, et suit conjointement des cours à la faculté des Lettres. Il obtient ainsi une licence ès lettres et un doctorat en droit en 1949. D'abord avocat à la Cour d’appel de Montpellier (1949-1951), il est nommé chargé de cours à la faculté de droit de Lyon (1952-1954). En 1954, il est le plus jeune agrégé de France en sciences économiques[2].

Professeur à la faculté de droit de Montpellier (1954-1997), il est le directeur et fondateur de l’Institut de préparation aux affaires de Montpellier en 1956 (IPA, devenu ensuite IAE)[3]. Une bourse Fulbright lui permet en 1959 de suivre une formation destinée au corps professoral à la Harvard Business School. Premier professeur français à enseigner à la Keio Business School de Tokyo-Yokohama (Japon) de 1983 à 1995, il est aussi professeur adjoint à l’université de Limerick (Irlande) de 1991 à 1997.

Pensée et parcours intellectuel[modifier | modifier le code]

L'économiste[modifier | modifier le code]

Nouvelle approche de la science économique[modifier | modifier le code]

Dès 1951, sa thèse de doctorat dirigée par François Perroux et intitulée « Essai sur l’introduction de la sociologie de la connaissance en économie politique » dénonce la place trop exclusive faite au seul individu, l'homo economicus, qui est défini en termes abstraits dans l’analyse économique. Il y décrit de manière approfondie et exhaustive les dérives de la science économique et les indispensables apports de la sociologie de la connaissance.

« On doit semble t-il », écrit-il dans sa thèse « prendre en considération, non seulement la géographie psychologique qui modifie les habitudes d’activité et de consommation sous chaque latitude, l’évolution historique qui produit une mentalité économique spécifique pour chaque époque, mais encore l’influence sur le raisonnement économique, du cadre social et institutionnel dans lequel l’individu se trouve plongé. » Et encore : »La science économique nous paraît valable dans la mesure où elle ne sépare pas, fictivement, ces deux aspects d’une seule réalité que sont l’individu et son milieu. ».

Cette approche annonce déjà sa vision « transversale » de l’analyse économique.

Dès le début des années soixante-dix, où il publie Pour comprendre la crise (Albin Michel, 1974) et La Société d’inflation (Seuil, 1975), il avait largement pressenti la fin des « Trente Glorieuses » et la crise durable qui allait en découler. De même d’ailleurs, que, quelques années auparavant, la révolution de mai 1968 au cours d’un colloque organisé en Mars 1968 à Marbella par quelques grands patrons de l’industrie française.

Puis dans deux articles parus dans le journal Midi libre, en septembre 1998, il prophétise le krach boursier qui surviendra le 19 octobre 1998, soit un mois plus tard[4],[5].

Le libéral[modifier | modifier le code]

En économie, c’était un libéral pur, proche de l’école française des économistes classiques, peut-être plus particulièrement de Frédéric Bastiat, qui écrivait : «  Chacun veut vivre aux dépens de l’État, mais c’est l’État qui vit aux dépens de tous ». Son livre L’État maquereau ou la perversion du système français (Albin Michel, 1992) développait la même thèse : en prétendant apporter une protection à tous, l’État prospère d’abord pour son propre compte catégoriel et ruine la société. Un des traits caractéristiques de René Maury était sa méfiance profonde des institutions qu’il jugeait fondamentalement trompeuses, mensongères et hypocrites. Il avait en contrepartie une foi sans limite dans l’initiative et la créativité individuelles dans lesquelles il voyait la seule source de richesse. Il croyait dans l’innovation.

Dans L’Homme mystifié (Gallimard, 1966), l’un de ses premiers ouvrages, il affranchit l’individu des mensonges officiels ou des tromperies institutionnelles qui brident son énergie et sa créativité[2]. Il croit par-dessus tout dans la liberté et à son pendant indispensable, la responsabilité.

Il part de l’absurdité de la condition humaine (...), et il considère qu’à partir de là les hommes ont été amenés à créer des mythes, pour rendre la vie supportable et donner un sens à l’existence humaine. Des mythes qui, par définition, sont trompeurs mais qui recouvrent toutes les données de la vie sociale, jusqu’aux règles de vie, aux normes, aux lois, et qui sont donc le produit des rapports de force, notamment entre les dominants et les dominés.

Dans son ouvrage L'État maquereau (1992), il montre, en s'appuyant sur les travaux de l'industrie automobile allemande, que « le salaire horaire moyen brut de l'opérateur est dans l'automobile française de 40% inférieur à celui du Japonais et de près de 50 % inférieur à celui de l'Allemand »[6].

Dans son livre J’accuse l’impôt sur le revenu –supprimons-le (Calmann-Levy, 1996), il proposait, à l’instar de plusieurs Prix Nobel, la suppression pure et simple d’un impôt qui bride la création de richesses. Il était persuadé que l’abolition de l’impôt direct, et surtout de sa progressivité, serait le point de départ d’un formidable dynamisme économique et permettrait une véritable refondation de l’économie française.

L'admirateur du modèle nippon[modifier | modifier le code]

Dans son livre Marianne à l'école japonaise, il envisage le système éducatif japonais comme un modèle[7]. Fasciné par ce modèle nippon[8], le livre Les patrons japonais parlent étudie la dynamique de ce système. Dans cet ouvrage, René et Marie-Hélène Maury se sont appliqués à mettre à la portée du grand public les propos de quarante présidents de très grandes entreprises japonaises[9].

L’Européen[modifier | modifier le code]

Il proclame son européanisme en 1958 dans son livre L’Intégration européenne[10]. « Ce livre est un acte d'epsérance. René Maury croit que des tentatives dispersées ne peuvent réussir : les efforts pour unifier les systèmes monétaires, les politiques commerciales, les investissements ou la politique atomique doivent être coordonnés »[11]. Il restera toujours attaché à l’idée d’un fédéralisme européen centré sur les grands enjeux géostratégiques[2].

L’historien[modifier | modifier le code]

Napoléon sur son lit de mort

Il est un spécialiste de la mort de Napoléon Ier ; il estime qu’elle est la conséquence d’un empoisonnement à l’arsenic par le comte de Montholon dans trois ouvrages successifs : L’Assassin de Napoléon ou le Mystère de Saint-Hélène (Albin-Michel 1994), Albine. Le dernier amour de Napoléon (Calmann-Lévy 1998) et L’énigme Napoléon résolue (Albin-Michel 2000)[12].

Il est l'auteur de Prodigieux Hannibal (L’Harmattan 2004) sur Hannibal et de Agnès Sorel assassinée (L’Harmattan 2004).

Le chroniqueur[modifier | modifier le code]

Il collabore au Midi libre en publiant chaque semaine, une chronique économique de 1987 à 1998.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L’Intégration européenne, Sirey, 1958
  • Économie politique. Cours élémentaire Droit-Économie, Sirey, 1959
  • L’Homme mystifié, Gallimard Les essais, 1966
  • Pour comprendre la crise, Albin Michel, 1974
  • La Société d’inflation, Seuil, 1973
  • Marianne à l’école japonaise, Plon, 1986
  • Les patrons japonais parlent, Seuil Collection « L’Histoire immédiate », 1990
  • L’État maquereau, Albin Michel, 1992
  • L’Assassin de Napoléon ou le Mystère de Sainte-Hélène, Albin Michel, 1994
  • J’accuse l’impôt sur le revenu, Calmann-Lévy, 1996
  • La Libération des pauvres, Godefroy de Bouillon, 1997
  • Albine, le dernier amour de Napoléon, Calmann-Lévy, 1998
  • L’Énigme Napoléon résolue (Préface et épilogue de François de Candé-Montholon), Albin Michel, 2013[13].
  • Prodigieux Hannibal, L’Harmattan, 2005
  • Agnès Sorel assassinée, L’Harmattan, 2007

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Livres de René Maury », sur calmann-levy.fr (consulté le 13 novembre 2017)
  2. a, b et c Maxime Maury, « Hommage à René Maury », sur lefildariane.com (consulté le 7 décembre 2017)
  3. « Saint-Clément-de-Rivière : hommage au professeur René Maury », sur midilibre.fr, Midi libre, (consulté le 7 décembre 2017)
  4. René Maury, « Faut-il vendre aujourd'hui ? Sans doute... », Midi Libre,‎
  5. René Maury, « Bourse : Pourquoi la baisse se poursuivra », Midi Libre,‎
  6. François Dalle et Jean Bounine-Cabalé, L' Éducation en entreprise: Contre le chômage des jeunes, Odile Jacob, , 288 p. (ISBN 9782738160836, lire en ligne), p. ii
  7. Jean-Michel Leclercq, « Le système éducatif français et le système éducatif japonais : vrais ou faux jumeaux? », Revue française de pédagogie, vol. 121, no 1,‎ , p. 39 (DOI 10.3406/rfp.1997.1144, lire en ligne)
  8. Éric Seizelet, « Nationalisme et internationalisation au Japon », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, vol. 18, no 1,‎ , p. 26 (DOI 10.3406/xxs.1988.2913, lire en ligne)
  9. René Servoise, « René Maury. Les patrons japonais parlent [compte-rendu] », Politique étrangère, no 2,‎ , p. 561 ([www.persee.fr/doc/polit_0032-342x_1991_num_56_2_4046_t1_0561_0000_2 lire en ligne])
  10. Pierre Gerbet, « L'intégration européenne ; problèmes et institutions : État des travaux », Revue française de science politique, vol. 11, no 3,‎ , p. 694 (DOI 10.3406/rfsp.1961.392639, lire en ligne)
  11. Émile James, « Maury (René) - L'intégration européenne . [note bibliographique] », Revue économique, vol. 11, no 4,‎ , p. 666 ([www.persee.fr/doc/reco_0035-2764_1960_num_11_4_407426_t1_0666_0000_000 lire en ligne])
  12. Paul Fornès, Pascal Kintz, Jean-François Lemaire et Thierry Lentz, Autour de l'empoisonnement de Napoléon, Éditions Nouveau Monde, 131 p. (ISBN 9782365830669, lire en ligne)
  13. L'Énigme Napoléon résolue, Paris, Albin Michel, janvier 2000, 233 pp., 24x14 cm, (ISBN 2-226-12049-1)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation