René Leduc (constructeur amateur d'avions)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir René Leduc et Leduc.
René Leduc
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

René Leduc, né le à Saint-Père-en-Retz (Loire-Atlantique), mort le dans la même ville, est un constructeur amateur d'avions, détenteur de plusieurs records[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Alors qu'il n'est qu'un petit garçon, René Leduc rencontre le pionnier de l'aviation Alexis Maneyrol, originaire de Frossay, une petite ville à quelques kilomètres de Saint-Père-en-Retz. Ses obsèques, alors qu'il n'est âgé que de 16 ans et demi, sont un choc. Il commence à construire en amateur quelques avions légers, ses premiers modèles le RL1 et RL 2 seront malheureusement des échecs[1].

Il ne se laisse pourtant pas décourager et finit par construire le RL12 qui est très en avance sur son temps, son système ressemble d'ailleurs à un ULM avant l'heure[1]. Il sera malheureusement détruit pendant les bombardements de la seconde guerre mondiale. Parallèlement il travaille à Bouguenais pour l'entreprise SNCAO[1]. L'argent qu'il gagne lui permet d'investir plus pour ses avions, son RL16 lui permet de battre en 1949 deux records d'altitude en montant à 7 788 mètres[1].

Son apogée arrive avec le RL21, construit de 1954 à 1960 dans son appartement à Nantes[1] avec l'aide de sa famille et de ses amis. Ne pouvant plus voler pour des raisons de santé, il laisse le soin au chef-pilote de son aéro-club Raymond Davy de pulvériser les records. Malgré son manque de moyens et un moteur de seulement 135 cv., il réussit à battre un premier record de vitesse à Nantes le à la date anniversaire de la mort d'Alexis Maneyrol. Grâce à ce premier record de vitesse, il réussit en 1963 à monter un moteur de 160 cv. qui lui permet de dépasser la vitesse de 350 km/h. Il pulvérise ainsi deux records (catégorie -500 et -1 000 kg)[2].

Une fois à la retraite, il retourne à Saint-Père-en-Retz pour se rapprocher de sa famille, notamment son cousin Justin avec qui il était proche. Il fait profiter de sa passion les jeunes de la commune et malgré sa retraite "officielle" de l'aviation, il continue à travailler sur des projets avec son fils, par exemple un ULM (le RL24)[3]. Il gardera précieusement son RL21 jusqu'à sa mort. Aujourd'hui classé monument historique, il est récupéré et exposé au Grenier de l'Aviation à Saint-Herblain qui continue à accueillir les curieux[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « René Leduc, l'enfant du pays, l'aviateur des records », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 9 janvier 2017)
  2. VERS LES CHAMPS BLEUS DU CIEL par René LEDUC, Éditions du Pays de Retz, 1986, format 210x160mm, broché, 126 pages
  3. Espace René Leduc, Mairie de Saint-Père-en-Retz
  4. http://grenier-aviation.jimdo.com/les-a%C3%A9ronefs/rene-leduc-rl21/