René Johannet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
René Johannet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique
Distinctions

René Johannet (1884-1972) est un journaliste et un essayiste français, époux d'Henrielle Charasson.

Penseur du nationalisme, il est proche de l'Action française de Charles Maurras.

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon P. Léautaud (Journal Littéraire, , (volume III, page 853), il a fait partie de la Commission de censure de Vichy, qui délivrait, ou non, les permis d'imprimer. Il collabore notamment à la Revue universelle[1] de Jacques Bainville et Henri Massis, puis aux Écrits de Paris. Il publiait notamment à la Nouvelle Librairie nationale dirigée par Georges Valois dont il était proche. Proche de Charles Péguy et de Georges Sorel, il est aussi critique littéraire et biographe. Il introduit la notion de « nationalitarisme ».

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Évolution du roman social au XIXe siècle, Reims, Action populaire, 1910 ; rééd. Genève, Slatkine reprints, 1973
  • Le Principe des nationalités, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1918, prix Thérouanne de l'Académie française en 1920.
  • Rhin et France, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1919.
  • « Préface » à Louis Le Fur, Races, nationalités, États, Paris, Félix Alcan, 1922.
  • Éloge du bourgeois français, Paris, Bernard Grasset, « Les Cahiers verts  », 1924.
  • Anatole France est-il un grand écrivain ?, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1925.
  • Joseph de Maistre, Paris, Flammarion, 1932.
  • « Introduction » et édition de Joseph de Maistre, Considérations sur la France, Publiées d'après les éditions de 1797, 1821 et le manuscrit original, avec une introduction et des notes, par René Johanne et François Vermale, Paris, Librairie J. Vrin, 1936, prix Saintour de l’Académie française.
  • Vie et mort de Péguy, Paris, Flammarion, « Les Grandes biographies », 1950, prix Durchon-Louvet de l’Académie française en 1951.
  • « Introduction » à Dr Maurice Vernet, Vernet contre Teilhard de Chardin, une démystification, Paris, Gedalge-Wast , 1965.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Eugen Weber, L'Action française, trad. Michel Chretien, Paris, Stock, 1962, p. 240 et 255.

Liens externes[modifier | modifier le code]