René Jacques Henri Delaporte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

René Jacques Henri Delaporte, né à Bazoches (Loiret) le 17 juin 1776, mort en 1848, est un général français d’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Joseph Delaporte (1747-1784) et Marie François Lamoureux (1750-1784), fille de Jean Lamoureux et de Françoise Rousseau (1716-1785).

Il s'engagea à l'âge de 16 ans dans le 2e bataillon des volontaires du Loiret, d'où il passa dans le 14e dragons. En l'an V, il fut incorporé dans les Guides à cheval de l'armée d'Italie. En l'an VII, et au retour d'Égypte, il entra dans les grenadiers à cheval de la garde consulaire, assista à la bataille de Marengo comme sous-lieutenant porte-étendard, et fut nommé lieutenant, puis capitaine sur le champ de bataille.

À Eylau, où il se distingua, il fut grièvement blessé. Après avoir fait la première campagne d'Espagne en 1808 et celle d'Allemagne en 1809, il fit la campagne de Russie où il gagna les grades de chef d'escadron et de lieutenant-colonel.

Le 28 septembre 1813, il fut blessé à Altembourg de huit coups de sabre et fait prisonnier ; mais, peu après, il fut dégagé par ses grenadiers.

Delaporte fut de nouveau blessé à la bataille de Craonne à la tête du 2e régiment des grenadiers de la Garde. L'Empereur le créa baron ; décoré de la Légion d'honneur depuis 1804, il avait eu la croix d'officier le 14 avril 1810.

À Waterloo, il combattit au milieu de ce bataillon sacré qui mourait et ne se rendait pas. Il y reçut quatre blessures.

Le général Delaporte ne fit aucun service pendant la Restauration. En 1843 il fut nommé maire de la commune de Saran près d'Orléans.

En 1830, il fut nommé colonel du 11e dragons et commandeur de la Légion d'honneur[1].

En 1836, il obtint le grade de maréchal de camp et le commandement du département de la Nièvre.

Il était chevalier de Saint-Louis depuis 1814.

Mort à Orléans en janvier 1848.

Source[modifier | modifier le code]