René Gsell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gsell.
René Gsell
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

René Gsell, né le à Benfeld (Bas-Rhin) et mort le 26 octobre 2000, docteur ès lettres, est un linguiste et phonéticien français. Agrégé de grammaire en 1952 et professeur au lycée de Strasbourg , René Gsell continue ses études de philologie grecque et latine, du sanscrit et du vieux perse auprès, entre autres, Émile Benveniste et André Martinet, à Paris. En 1955, il est nommé assistant de Phonétique à la Faculté des Lettres de Grenoble. En 1960, il est nommé directeur de l’Institut de Phonétique qui avait été créé en 1904 par Théodore Rosset, puis dirigé par Antonin Duraffour. Il développe cet institut qui devient l’Institut de linguistique et phonétique générales et appliquées (ILPGA), avec un département de linguistique appliquée et une véritable reconfiguration du laboratoire initial de phonétique expérimentale d'un niveau international. Gsell était en contact avec ses collègues Louis Hjelmslev, René Jakobson, Bertil Malmberg et Eugen Coşeriu qu’il invita à donner un séminaire à Grenoble. C'est sur sa proposition que Roman Jakobson est nommé Docteur Honoris Causa de l'Université de Grenoble en 1966.

C'est René Gsell qui va introduire la licence de linguistique à Grenoble partir de 1967-68 avec les certificats de linguistique générale, linguistique française, phonétique générale, linguistique appliquée.

Au niveau recherche il crée les bases et les moyens d'une recherche véritablement pluridisciplinaire associant l'analyse acoustique menée dans l'Institut de Phonétique à la synthèse et à la reconnaissance de la parole en collaboration avec des électroniciens de l'ENSERG et des informaticiens de l'IMAG et du CETA (Centre d'Étude pour la Traduction Automatique)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mario Rossi et Jacqueline Vaissière, « In Memoriam René Gsell, docteur ès lettres 1921–2000 », in Phonetica 2002, no 59, p. 263–265.
  • Boë, L.J., Bonnot, J.F. (2010) Création et émergence de la phonétique expérimentale en France : de l’abbé Rousselot à Théodore Rosset. In Un siècle de Phonétique Expérimentale : éléments de fondation et de développement. Editions de l’École Normale Supérieure, Lyon. pp. 103-128.
  • Bonnot, J.F., Boë, L.J. (2010) À propos des sources et influences historiques de l’œuvre de Théodore Rosset. In Un siècle de Phonétique Expérimentale : éléments de fondation et de développement. Éditions de l’École Normale Supérieure, Lyon. pp. 129-145.
  • Entretien de René Gsell par Louis-Jean Boë et Michel Grossetti http://lpp.in2p3.fr/biblio/pmb/opac_css/doc_num.php?explnum_id=6
  • René Gsell (1956) L'Institut de Phonétique de la Faculté des Lettres de l'Université de Grenoble. In Instituts de Phonétique et Archives phonographiques. Publications de la Commission d'Enquête Linguistique du Comité International Permanent des Linguistes,. Louvain, pp. 218-228.
  • Carré, R., Lancia, R., Paillé, J., Gsell, R. (1963) Étude et réalisation d’un détecteur de mélodie pour [l’]analyse de la parole. Onde Électrique, 434, 1-7.
  • Grossetti,M., Boë, L.J. (2008) Sciences humaines et recherche instrumentale : qui instrumente qui ? L'exemple du passage de la phonétique à la communication parlée. Revue d'anthropologie des connaissances 1 (Vol. 2, n° 1), p. 97-114. DOI 10.3917/rac.003.0097
  • Grossetti M., (2007) Professionnels des techniques et lettrés des sciences humaines : une collaboration parfois difficile. Colloque Figures du lettré et technologies numériques : une chimère contemporaine ?, Paris : Éditions de la Bibliothèque publique d’information / Centre Pompidou.

Liens externes[modifier | modifier le code]