René Crabos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
René Crabos
Description de cette image, également commentée ci-après
René Crabos, le au stade de Colombes.
Fiche d'identité
Naissance
à Saint-Sever (France)
Décès (à 65 ans)
à Saint-Sever (France)
Taille 1,67 m (5 6)
Surnom « Le Crabe  »[1], Génie du rugby
Napoléon[Note 1]
Poste centre
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a

1916-0000
US Saint-Sever
US Dax
Stadoceste tarbais
Racing Club de France
US Saint-Sever
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
1920-1924 France 17 (19)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.

René Crabos, né le à Saint-Sever et mort le au même lieu, est un joueur français de rugby à XV évoluant au poste de centre.

Depuis 1950, le championnat national junior porte le nom de Coupe René Crabos en son honneur.

Présentation[modifier | modifier le code]

René Crabos est né le à Saint-Sever[2].

René Crabos commence la pratique du rugby à XV dans l'équipe des Boutons d'Or du lycée Victor-Duruy de Mont-de-Marsan[2].

En club, il évolue tout d'abord avec l'équipe de sa ville natale, le US Saint-Sever[2]. En 1916, il est approché par Abel Guichemerre pour rejoindre le club de la sous-préfecture landaise, l'US Dax[2].

Il joue par la suite au Stadoceste tarbais. Il créa l'équipe des ASCAS (association sportive des chauffeurs d'automobiles de Santeny) à laquelle participa Adolphe Jauréguy avant la guerre de 1914-1918. En 1918, il est au bataillon de Joinville avec l'élite du sport français. Il devint ensuite capitaine du Racing Club de France, avant de retourner à Saint-Sever.

René Crabos a connu sa première sélection le 1er janvier 1920 contre l'Écosse[3].

Crabos fut un grand théoricien du jeu, inventeur notamment de la « défense glissée », mettant immédiatement ses idées en pratique sur le terrain, grâce à sa technique irréprochable, ce qui lui valut un grand prestige au Royaume-uni. Les gros défauts de jeu du rugby hexagonal des années 1920 furent ainsi progressivement corrigés en grande partie d'après ses constatations et ses solutions pratiques. Jauréguy disait en outre de lui qu'il « possédait un joli coup de ventre sur 20 mètres ». Associés à François Borde, Crabos et Jauréguy formèrent ainsi un trio de légende, en sélection nationale, au Stadoceste tarbais et au Racing Club de France.

Sa carrière de haut niveau s'interrompit en 1924, à la suite d'une fracture de la jambe à Dublin.

Il fut après-guerre le manager de l'équipe de France lors des trois tournées argentines de 1949 (avec son ex-partenaire Jauréguy, pour la première tournée française à l'étranger), 1954 et 1960, adepte alors du jeu en ligne. Il devint ensuite un président influent de la FFR de 1952 à 1962. On lui doit ainsi le retour de Lucien Mias dans l'équipe de France en 1958, et la sélection de la totalité de la ligne de trois-quarts lourdaise la même année, pour une victoire sans appel dans le tournoi des Cinq Nations. Sa respectabilité auprès des britanniques fut un énorme atout lors de sa présidence.

Il décède le 17 juin 1964 dans sa ville natale de Saint-Sever[4], pendant la tournée de l'équipe de France en Afrique du Sud.

Il commerçait dans l'industrie de la plume et du duvet, son établissement étant basé à Saint-Sever.

Le championnat junior national porte son nom, en hommage à son éternel sens de la recherche de perfection dans l'exécution des gestes (Coupe René Crabos, créée en 1950).

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

  • Champion de France en 1919 avec Tarbes (Coupe de l'Espérance)
  • Finaliste du championnat de France en 1920 avec le Racing
  • Champion de Paris en 1920
  • Champion de France de division promotion (3e division, actuelle 1re division fédérale) en 1926 avec Saint-Sever

En équipe de France[modifier | modifier le code]

Statistiques en équipe nationale[modifier | modifier le code]

  • 17 sélections.
  • 1 essai, 2 pénalités, 5 transformations (19 points).
  • Sélections par année : 5 en 1920, 4 en 1921, 4 en 1922, 2 en 1923, 2 en 1924.
  • 12 fois capitaine, soit le 4e ratio français à 0,70,.. derrière Philippe Struxiano, Marcel Communeau et Joseph Desclaux.
  • 5 participations au Tournoi des Cinq Nations, de 1920 à 1924.
  • 1er français à terminer meilleur réalisateur d'un tournoi, en 1921 (14 pts, à égalité avec un Gallois).
  • En 1921, il est le capitaine de la 1re sélection française finissant seconde d'un tournoi des Cinq Nations.
  • 1er vainqueur d'un match international hors de France, en Irlande en 1920 (et en Écosse en 1921).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il porte ce surnom bien avant Jacques Fouroux, du fait de ses talents de stratège et de meneur d'hommes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Leurs sobriquets », L'Auto,‎ (lire en ligne)
  2. a b c et d R.-W. Magnanou, « L'homme sportif du jour : René Crabos », Le Miroir des sports, no 377,‎ , p. 154 (lire en ligne).
  3. (en) « Rene Crabos », sur espn.co.uk (consulté le ).
  4. Garcia 1996, p. 403.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Garcia, La fabuleuse histoire du rugby, Éditions de la Martinière, , 935 p. (ISBN 2-7324-2260-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]