René Cardaliaguet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

René Cardaliaguet
Biographie
Naissance
Quimper (Finistère, France)
Décès
Bohars (Finistère, France)
Vicaire de Ploudalmézeau
Autres fonctions
Fonction laïque
Écrivain et journaliste
rédacteur en chef du Courrier du Finistère

René Cardaliaguet ou Chanoine Cardaliaguet, né en 1875 à Quimper, mort en 1950 à Bohars, est un prêtre, vicaire à Ploudalmézeau, journaliste à la Chronique brestoise, rédacteur en chef du Courrier du Finistère durant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

René Cardaliaguet fut directeur diocésain de la presse et rédacteur en chef du Courrier du Finistère ; c'était un anticommuniste viscéral, allant jusqu'à évoquer dans une fiction, "Les Trois contre Moscou" (1931), l'occupation de la France, y compris de la Bretagne, par les Soviets[1].

En 1942, il publie un ouvrage intitulé Quimper tragique, qui présente une image très négative de la politique, notamment religieuse, menée en Bretagne par la Révolution française. Cette publication lui sera reprochée à la Libération, notamment par le libraire et résistant quimpérois Adolphe Le Goaziou devenu président de la commission d'épuration du Finistère : « Le Courrier du Finistère fait bientôt l'objet d'une information judiciaire, “pour avoir fait publier ou imprimer […] des articles en faveur de l'ennemi, de la collaboration avec l'ennemi, du racisme ou des doctrines totalitaires, et ce dans l'intention de favoriser les entreprises de toute nature de l'ennemi” », selon les termes de l'ordonnance du . Trois chefs d'accusation se dégagent : pétainisme, antibolchévisme et antimaçonnisme. Mais finalement, l'affaire est classée sans suite. « Tout porte à croire, en effet, que c'est l'opposition résolue du rédacteur en chef du Courrier du Finistère aux menées séparatistes d'une partie du mouvement breton qui a contribué à relativiser la portée de son pétainisme avéré. » [citation nécessaire]

Il a aussi publié plusieurs autres ouvrages dont Le régicide brestois Claude Blad (1938), Cléder. Prêtres et paysans sous la Révolution (1939), Mgr Duparc, évêque de Quimper et Léon, 1857-1946, La Révolution à Brest. La vie religieuse (1941), Saint Jean Discalcéat (1942)[2].

Une notice biographique détaillée le concernant, mais qui est un véritable panégyrique, est disponible sur un site Internet[3]. Une autre biographie, écrite par l'historien Yvon Tranvouez, lui est consacrée[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Rohou, Catholiques et Bretons toujours ? (Essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne), Brest, Dialogues, 2012 (ISBN 978-2-918135-37-1)
  2. http://data.bnf.fr/12823670/rene_cardaliaguet/
  3. http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/a1888c5e0eb93c5359ff31a0a2566712.pdf
  4. Yvon Tranvouez, "Catholiques en Bretagne au XXe siècle", chapitre I : "Un prêtre d’influence : René Cardaliaguet (1875-1950)", Presses universitaires de Rennes, 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]