René Benoît (religieux)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
René Benoît
Fonction
Curé
Église Saint-Eustache
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Religion

René Benoît ou René Benoist (né à Savennières, près d'Angers en , mort à Paris le [1]) est un religieux angevin, confesseur et intime du roi Henri IV qui fut évêque désigné de Troyes de 1593 à 1604.

Biographie[modifier | modifier le code]

Angevin d'origine, il est ordonné prêtre en 1551. Il fait partie de la suite de Marie Stuart qu'il accompagne en Écosse, il est nommé curé de Saint-Eustache en 1569, et acquiert une telle influence sur les paroissiens et les marchands des halles au milieu desquels était située son église, qu'il fut surnommé le « Pape des Halles ».

En 1564 parut chez le libraire parisien Nicolas Chesnay une bible bilingue (latine avec traduction française), « par M. René Benoist, Angevin, Docteur Régent en la faculté de Théologie à Paris ».

En 1578, il fit imprimer une requête afin d'obtenir des secours pour l'achèvement de son église. Commencée en 1532, elle n'avait pu être terminée, et Benoist lui-même n'avait pas encore entrepris de travaux malgré la « plus grande affluence de peuple qu'en aucune église paroissiale de la France et paraventure de la chrétienté ». La lettre obtint sans doute quelque somme d'argent, car on construisit à cette époque plusieurs piliers de la nef et plusieurs autres fenêtres. Il est aussi l'auteur de deux traités sur la sorcellerie, associés à l'ouvrage de Pierre Massé De l'Imposture et Tromperie des Diables. L'éditeur de ces traités parait avoir été un certain Jean de Laillée[2].

En 1566, il fit imprimer une traduction française de la Bible qui fut accusée de calvinisme. Il fut en conséquence exclu de la Faculté de théologie ; la censure fut ratifiée par Grégoire XIII. Lorsque les Seize furent maîtres de Paris, il se retira dans le camp de Henri IV. Choisi par ce prince pour confesseur, il travailla à sa conversion. Henri IV le désigne pour l'évêché de Troyes en 1593 , mais les Ligueurs lui firent refuser ses bulles et il doit renoncer définitivement à ce siège épiscopal en faveur de René Breslay en 1604.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Du Bastiment des Temples Materiels, pour l'exercice et profession de la religion, a l'honneur, gloire, & exaltation du tres-hault & tres-sainct, nom du Dieu vivant, tou-puissant & eternel. A Tres-Chrestienne Princesse, Catherine de Médicis, mere du Roy, & à tous autres Paroissiens de sainct Eustache à Paris. Par M. René Benoist Angevin, Docteur &... À Paris chez Nicolas Chesneau 1578. Traité sur la nécessité d'édifier temples et églises, précédée d'une adresse à la reine-mère Catherine de Médicis pour la poursuite des travaux de l'église Saint-Eustache à Paris.
  • Petit fragment catéchistic d'une plus ample catechese de la magie reprenheible & des Magiciens, 1579[3], Paris, Jean Poupy, 1579.
  • Traicté enseignant en bref les causes des maléfices, sortilèges en enchanteries tant des ligatures et nœuds desguillettes, etc., etc, 1579[3], Paris, Jean Poupy, 1579.
  • Hevres De Nostre Dame A L'Vsage De Rome : En Latin Et François, Paris, Robinot, 1596.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Revue des sociétés savantes de la France et de l'étranger, Ministère de l'instruction publique, (présentation en ligne).
  2. Angevin, de l'ordre des Mineurs.
  3. a et b Voir : Pierre Massé.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Émile Pasquier, Un curé de Paris pendant les guerres de Religion : René Benoist, le Pape des Halles (1521- 1608), Paris, Picard / Angers, Grassin, , 404 p., in-8°, 8 planches hors texte.

Liens externes[modifier | modifier le code]