René-Nicolas Ehni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
René-Nicolas Ehni
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

René-Nicolas Ehni, né en 1935 à Eschentzwiller (Alsace), est un écrivain et dramaturge français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d’une famille ouvrière et paysanne en Alsace, René-Nicolas Ehni monte sur Paris et suit, à l'âge de vingt ans, des cours d’art dramatique à l'école de théâtre de la rue Blanche. Il joue dans des romans-photos et des publicités, avant d’être appelé en Algérie[1].

Après deux ans et demi de guerre, il s'exile à Rome et croise Laura Betti, Alberto Moravia, Franco Zeffirelli, puis revient à Paris, et collabore aux Temps modernes. En septembre 1964 sort son premier ouvrage, La Gloire du vaurien, publié par Christian Bourgois, alors directeur des éditions Julliard. La presse s'emballe pour le jeune auteur qui raconte les tribulations d'un jeune homosexuel et qui est soutenu par Simone de Beauvoir[1].

Ensuite, Enhi se met à écrire pour la télévision, la radio et surtout pour le théâtre : Que ferez-vous en novembre ? (1967) et Super-positions (1970) s'inscrivent dans le prolongement de Oh! Calcutta!. En 1974, il quitte Paris pour aller militer en Alsace contre le nucléaire et pour les langues régionales. Il donne en 1976 une pièce en alsacien à Chaillot[1].

Il se convertit au christianisme orthodoxe en 1980[1].

Il vit à Plaka Apokorouno, en Crète, depuis 1991[1].

En 1997, il joue un personnage dans le film Mange ta soupe de Mathieu Amalric.

Œuvres romanesques et théâtrales[modifier | modifier le code]

Les ouvrages suivant sont tous publiés aux éditions Christian Bourgois sauf mention contraire :

  • La Gloire du vaurien (1963).
  • Que ferez-vous en novembre ? (Théâtre I, 1967).
  • L'Amie Rose (Théâtre II, 1968).
  • Ensuite, nous fûmes à Palmyre, éditions Gallimard (1968).
  • Super-positions (Théâtre III, 1970).
  • Babylone vous y étiez, nue parmi les bananiers (1971).
  • Eugénie Kroponime (Théâtre III, 1972).
  • Pintades (1974).
  • Jocaste (1976).
  • La Raison lunatique. Roman du pays, coécrit avec Louis Schittly, éditions Gallimard (1978).
  • Le Mariage de Gudrun, éditions libres Hallier (1979).
  • Heïdi est partout (2002).
  • Algérie-roman (2002).
  • Chantefable, éditions Nuée bleue (2007).
  • Apnée, autobiographie (2008)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Éric Loret, « Le pope club de René-Nicolas Ehni », Libération du 13 janvier 2000.
  2. « Apnée », sur le site France Culture, août 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]