Remy van den Abeele

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Van Den Abeele.
Remy van den Abeele
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
SoigniesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Remy van den Abeele est un peintre et sculpteur surréaliste belge né à Dampremy (Charleroi) le et mort à Soignies le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Remy van den Abeele fait ses études à l'Académie des Beaux-Arts de Mons où son professeur est Louis Buisseret. Initié au surréalisme par Marcel Parfondry et Achille Chavée, il expose ses toiles à Binche en 1952 et entre dans le groupe Schéma en 1956. Il reçoit la même année une bourse de l'État belge et voyage en Italie.

En 1961 il crée la couverture de Surréalisme en Wallonie pour Savoir et Beauté et assure de 1961 à 1968 la direction de Tendances Nouvelles à La Louvière. En 1972 un film sur l'artiste et son œuvre, Remy van den Abeele au Soleil de la Mi-nuit est réalisé par Mme Jean Lhoute, avec un commentaire de Louis Scutenaire, dit par Irène Hamoir. Un ouvrage sur son œuvre est édité en 1978 par le Centre Belge du Bijou Contemporain (texte de Bernard de Mello). En 1982 une rétrospective est présentée au Musée des Beaux-Arts de Mons. Il est ensuite directeur honoraire de l'Académie des Beaux-Arts de Binche.

Louis Scutenaire et Irène Hamoir, depuis leur rencontre en 1960 avec Remy van den Abeele, ont donné leurs titres à plusieurs de ses peintures. Dans le legs « Irène Scutenaire-Hamoir », le couple n'ayant pas d'enfant, dont Tom Gutt est l'exécuteur testamentaire, au Musée royal d'art moderne à Bruxelles (Musées royaux des beaux-arts de Belgique) figurent six œuvres de Remy van den Abeele dont le Nu Mon amie (1970), toujours exposé dans leur maison de la rue de la Luzerne. Il existe par ailleurs un portrait de Scutenaire peint en 1971 par Remy van den Abeele, que le modèle estimait « d'une exactitude absolue tant extérieure qu'intérieure »[1].

Du 5 juin au , une exposition rétrospective en hommage à Remy van den Abeele a eu lieu à la Vieille Cense de Marloie. Du 1er octobre au 31 octobre 2010, cette exposition a été remontrée au public au Kursaal de Binche.

Musées[modifier | modifier le code]

  • Musées des beaux-arts : Bruxelles, Charleroi, Mons.
  • Ministère de la Culture, Administration des Beaux-Arts, Bruxelles.
  • Villes de La Louvière, Binche, Soignies, Morlanwelz.
  • Province du Hainaut.
  • Musée de la Famenne, Marche-en-Famenne, Province du Luxembourg.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de cet article

  • Louis Scutenaire, Remy van den Abeele, Galerie Isy Brachot, Bruxelles, 1971. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • François Deknop, Remy van den Abeele ou le poids de l'impondérable, Galerie Isy Brachot, Bruxelles, 1977.
  • Remy van den Abeele, Musée des Beaux-Arts, Mons, 1982.
  • Chantal Van den Abeele, Remy van den Abeele, Les Éditeurs d'Art Associés, Bruxelles, 1990 (167 pages).
  • Irène, Scut, Magritte & C°, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, Bruxelles, 1996, 558 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Paul Piron, Dictionnaire des artistes et plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Lasnes, Éditions Arts in Belgium, vol. 2, p. 569
  • Luc Templier (sld.), Hommage à Remy Van den Abeele. Peintre Surréaliste belge. 1918-2006, Musée de la Famenne, Marche-en-Famenne, 2009

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Irène, Scut, Magritte & C°, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, 1996, p. 457.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]