Remue-ménage (film, 2002)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Remue-ménage.
Remue-ménage
Description de cette image, également commentée ci-après
Affiche du film

Réalisation Fernand Melgar
Pays d’origine Drapeau de la Suisse Suisse
Genre Documentaire
Durée 52 minutes
Sortie 2002

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Remue-ménage est un film documentaire suisse réalisé par Fernand Melgar, sorti en 2002.

Tourné en cinéma direct, le film accompagne Pascal, 35 ans, père de famille, démolisseur de voiture et travesti dans la petite ville de Moudon. Il rêve de succès, imite Dalida, il lutte pour porter les robes qu'il affectionne et imposer sa différence, car ses concitoyens n'apprécient guère qu'il se déguise en Mère Noël pendant les fêtes de fin d'année.

Le film est disponible gratuitement en VOD[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Pascal 35 ans a choisi de se travestir en femme au grand jour. Casseur de voitures la journée, il rêve de music-hall et répète la nuit son spectacle de transformiste sous le regard bienveillant et les conseils de sa femme Carole. Le hic, c’est qu’ils ne vivent pas à Paris mais à Moudon, une petit bourg campagnard. Aux yeux de la commune, ce couple hors-norme trouble l’ordre public et contrevient à la morale. Mais Pascal, Carole et leurs quatre enfants veulent se faire accepter tels qu'ils sont. Malgré les sarcasmes et les menaces, ils s'accrochent envers et contre tous et ne partiront pas. Ils mènent au jour le jour une lutte qui en aurait achevé plus d’un, mais qui grâce à leur appétit de vie leur procure un quotidien truculent et mouvementé.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : Remue-ménage
  • Titre anglais : Storm in C-cup
  • Réalisation, montage, production : Fernand Melgar
  • Image : Camille Cottagnoud, Aldo Munier, Pierre-Yves Borgeaud, Fernand Melgar
  • Son : Blaise Gabioud, Luc Yersin, Maurice Engler
  • Production : Fernand Melgar, Jean-Marc Henchoz
  • En coproduction avec : JMH production, RTS - Unité Documentaire
  • Avec le soutien de : Office fédéral de la culture, fonds Regio
  • Distribution : Fernand Melgar
  • Pays d'origine : Drapeau de la Suisse Suisse
  • Langue originale : français
  • Format : DVCAM, 1.78, couleur, stéréo
  • Genre : documentaire
  • Durée : 52 minutes
  • Sortie :

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique positive[modifier | modifier le code]

Le critique Antoine Duplan de l'Hebdo note « Fernand Melgar a du cœur. Dans Remue-Ménage, il plonge au fond d'une misère affective noire, sans jamais se départir de sa compassion. Jamais la « belle plante, la belle miss », comme dit Patrick, n'est tournée en dérision; au contraire elle/il plaide pour la tolérance et le respect »[2].

Critique négative[modifier | modifier le code]

Emmanuelle Peyret de Libération estime que « c'est typiquement le genre de documentaire dont on se demande, outre le côté vendo-accrocheur [...] si c'est 1) du foutage de gueule, 2) un bon moyen avec ce genre de sujet de passer son docu sur Arte, 3) de la fausse compassion style «regardez le traitement inhumain qu'on réserve à cet être différent mais pourtant notre semblable» dans son village suisse, ou 4) ce que, au fond, le réalisateur veut démontrer »[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

2002 : Mention spéciale du jury, Traces de vies - Rencontres du film documentaire[4].

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

2002 : Competition internationale, Visions du Réel, Nyon;

2002 : Competition internationale, DOK-Leipzig;

2003 : Competition internationale, Chicago International Film Festival;

2003 : Competition internationale, Rencontres Internationales du Documentaire de Montréal;

2003 : meilleur documentaire, 18e Festival international du film francophone de Namur;

2003 : Sélection officielle, 38e Journées cinématographiques de Soleure;

2004 : Sélection officielle, New York Lesbian, Gay, Bisexual, & Transgender Film Festival Etats-Unis[5];

2004 : Compétition, Pink Apple Film Festival Zurich[6].

2012 : Retrospective de Fernand Melgar, BAFICI;

2014 : Retrospective de Fernand Melgar, Documenta Madrid[7].

Analyse[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Pascal-e cherche la paire de bas qui lui convient, puis se maquille sur conseils avisé de Carole, son épouse. Entre moments intimes et scènes de vie quotidienne, Fernand Melgar suit un couple hors-norme qui lutte contre les préjugés et le regard des autres. Pascal, père de famille, aime se travestir et rêve de strass et de music-hall. En perpétuel conflit, ce ménage à trois bataille pour défendre son identité, se heurtant aux moqueries des habitants du village. Depuis la naissance de leur dernier enfant jusqu'à son premier anniversaire, c'est une mise au monde que le film construit: un accouchement dans la douleur. Les scènes tragi-comiques s'enchaînent en un récit fluide; paroles et gestes de tous les jours mettent en lumière les petites victoires et les grosses désillusions. Des photos de famille, un show télévisé ou un article de presse: l'image de soi est au cœur du problème. Les jeux de miroir se suivent, où l'on se cherche, où l'on se confronte à sa propre représentation et au masque que l'on revêt. Miroir pour se raser ou miroir pour se maquiller. Dans Remue-Ménage, le regard impartial de la caméra met à jour les ambiguïtés, faisant peu à peu émerger les interrogations. Questions qui restent ouvertes lorsqu'arrive enfin les Brandons où tous les rôles sont inversés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Documentaires de Fernand Melgar en ligne » (consulté le 3 avril 2018)
  2. Antoine Duplan, « La miss de Moudon », L'Hebdo,‎ , p. 98
  3. Emmanuèle Peyret, « Modes et travelos », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  4. « Traces de vies // Rencontres du film documentaire », sur www.tdv.itsra.net (consulté le 4 avril 2018)
  5. (en) « New York Lesbian, Gay, Bisexual, & Transgender Film Festival », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  6. (de) flavia, « 21. Pink Apple - schwullesbisches Filmfestival 2018 », sur pinkapple.ch (consulté le 4 avril 2018)
  7. (es) « DocumentaMadrid », sur www.documentamadrid.com (consulté le 4 avril 2018)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]