Remparts de Vitré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Remparts de Vitré
Image illustrative de l’article Remparts de Vitré
Les remparts sur la Promenade du Val.
Période ou style Médiévale
Néoclassique
Début construction XIIIe siècle
Fin construction XVIIe siècle
derniers aménagements
Destination initiale Fortifications d'agglomération
Propriétaire actuel Ville de Vitré
Propriété privée
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1926, porte d'Embas et tour de la Bridole)[1]
Logo monument historique Inscrit MH (1972, tour des Prisonniers)[2]
Logo monument historique Inscrit MH (2014)[3],[4]
Coordonnées 48° 07′ 28″ nord, 1° 12′ 47″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région historique Bretagne
Subdivision administrative Ille-et-Vilaine
Commune Vitré
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
(Voir situation sur carte : Ille-et-Vilaine)
Remparts de Vitré

Les remparts de Vitré sont les fortifications érigées entre les XIIIe et XVIIe siècles pour protéger la ville bretonne de Vitré dans le département d'Ille-et-Vilaine en France. Ils couvrent une superficie de 8 hectares avec une longueur de 500 m de long et 200 m de large. Les fortifications du XIIIe siècle sont les mieux conservées de Bretagne.

Situation[modifier | modifier le code]

Les remparts suivent les contours de l'éperon rocheux où est construit le château et le Vieil Bourg, noyau urbain en développement autour de l'Église Notre-Dame. La construction des remparts s'est faite en fonction des atouts et contraintes défensifs du relief.

La ville est située sur un plateau aux vallées très encaissées. Au nord coule le fleuve Vilaine où existait un étang, des marécages et un talus très escarpé d'une trentaine de mètres de hauteur. Les vues sur le coteau qui fait face étaient excellentes. Au Sud, la dépression créée par le ruisseau Vernouzet était une protection supplémentaire. La fragilité défensive se trouvait à l'est, sur l'axe vers Laval et la France, le plateau se prolongeant sans être interrompu par une barrière naturelle.

Vitré se situe dans le Massif armoricain, à l'interface de zones de grès beige, et de schistes (argilites, siltites noires micacées, localement à oolites ferrugineuses). Les remparts sont construits avec ces matériaux disponibles sur place. En conséquence, l'exploitation de la roche a permis de créer des fossés conséquents au sud et à l'est de la ville close de l'ordre de 12 m de profondeur et d'une largeur de 20 m. Un petit supermarché de la rue de la Borderie dispose de deux niveaux de sous-sol jusqu'au niveau des anciens fossés et illustre encore ces dimensions[5]. L'inventaire de la Baronnie de Vitré en 1681 témoigne de la présence de sources et de fontaines dans les douves, exploitées par les habitants des faubourgs pour la lessive, les vergers et les jardins.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la construction des remparts, la ville était peu dense et relativement étendue. Ni la forme du tissu urbain, ni le tracé des voies, ni l'installation des édifices religieux ne permettent d'admettre l'existence de fortifications avant le XIIIe siècle.

L'enceinte d'André III[modifier | modifier le code]

André III, baron de Vitré, fait construire les fortifications. Il est le beau-frère du duc de Bretagne et a participé aux croisades. Cette seule et unique enceinte urbaine a été construite dans les années 1220 à 1240. Elle est construite suivant le modèle des remparts sous Philippe-Auguste, roi de France. André III est alors en conflit avec le duc de Bretagne. Il se rallie au système défensif du Royaume de France.

Les travaux entrepris pour le creusement des fossés a nécessité la destruction de vingt-quatre maisons ainsi que le transfert des hôpitaux Saint-Nicolas et Saint-Yves, hôtel-Dieu de la ville, dans le bourg du Rachapt sur la route de Saint-Malo. Pour la construction, le schiste luisant venant des fossés est exclusivement utilisé sous forme de moellons. Seuls les ressauts sont en grès de Vitré et de couleur beige.

Les tours disposent d'archères à embrasement simple sous linteaux avec ou sans arc de décharge en plein cintre. Les accès sont des portes à sas comportant vantaux, assommoir ou herses.

Les modifications du XVe siècle[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle, François II duc de Bretagne, est en conflit avec le royaume de France. Il sera acté de renforcer la défenses des fortifications des villes bretonnes. Pour cela, la technique utilisée est de chemiser les murailles pour qu'elles puissent résister à l'artillerie à poudre.

En 1465, les travaux commencent sur les trois portes d'accès, la Tour de la Bridole et les fausse-braies, les courtines sont rehaussées de 3 m. La porte d'En Haut se dote de mâchicoulis et se voit protégée par un boulevard en éperon avec pont-levis. La porte d'Embas disposait également d'une barbacane actuellement matérialisée au sol suite aux fouilles archéologiques précédant les importants travaux d'aménagement de la place Saint-Yves en 1998. Deux tours sont construites à l'arrière de la barbacane dont subsiste une cheminée suspendue ainsi qu'une casemate de boulevard située dans les toilettes du restaurant.

En 1487, les tours des Claviers et Gâtesel sont à leur tour renforcées chacune par une tour à canon en fer à cheval sur le modèle de places fortes bretonnes comme les tours Surienne et Raoul à Fougères, la tour Bilouanne à Saint-Malo et encore comme sur les remparts de Dinan ou Guérande. Le chemin de ronde de la muraille sera équipé de six guérites côté sud.

Les renforcements du XVIe siècle[modifier | modifier le code]

En 1582, Philippe Emmanuel de Lorraine-Vaudémont, duc de Mercœur et de Penthièvre, devient gouverneur de Bretagne. Vitré est une des seules cités huguenote du Duché. Les protestants se trouvent dans la ville close quand les catholiques sont chassés vers les faubourgs de la ville. Sous le commandement du Duc de Mercœur, les catholiques vitréens font appel à 53 paroisses du Pays de Vitré pour faire le siège de la cité. Ce dernier débute le pour une durée de cinq mois[6]. À l'angle nord-est des fortifications, trois tours de l'enceinte dont la Tour de la Fresnaye sont alors détruite et remplacée par la tour dite « Rompue ».

Par suite, en 1591, un éperon et contrescarpe en pierre de schiste est bâti au niveau de la rue de l'Éperon, la promenade du Val, la rue du Val Cantache et l'accès vers le Pont Marin et toujours visible de nos jours[7].

Les destructions du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Dans la première moitié du XIXe siècle, une ville moderne se développe au sud des remparts et les élus de Vitré souhaitent connecter la ville close aux nouveaux quartiers.

Ainsi, entre 1832 et 1846, le conseil municipal de l'époque prend la décision de détruire les tours des trois portes d'entrée de la ville close (En Haut en 1834, Gâtesel en 1838 et porte d'Embas en 1846). Avant l'arrivée de la gare en 1857, Vitré connaîtra également son haussmannisation avec le percement de voies dans son centre médiéval (Rue Garangeot, Bertrand d'Argentré, Borderie et Boulevard Saint-Martin), ce qui aura pour conséquence de faire disparaître la quasi-totalité des remparts sud.

La partie qui subsiste aujourd'hui se trouve dans une zone peu propice au développement urbain, ce qui permit de sauver une bonne partie des fortifications. Paradoxalement, une partie des remparts de la Place Saint-Yves et le château de Vitré ont été reconstruits durant cette période, parce que le mouvement du Romantisme a redonné de l'intérêt au patrimoine ancien.

Les récentes rénovations et mise en valeur[modifier | modifier le code]

En 1994, sur une superficie totale de 32 hectares, le centre historique et les faubourgs médiévaux sont classés site patrimonial remarquable, anciennement secteur sauvegardé. La protection est alors maximale et toutes les modifications ne sont possibles que par l'avis de l'État représenté par l'Architecte des Bâtiments de France. Seules quelques tours étaient déjà inscrites aux titres des Monuments Historiques (tour des Prisonniers, tour de la Bridole et porte d'Embas) avant que l'ensemble de l'enceinte urbaine fortifiée soient inscrite le .

En 1987, la tour des Claviers est découverte lors de la construction d'un immeuble de la rue de la Borderie. Le bâtiment a dû se surélever afin de laisser apparente cette imposante tour sur quoi reposent les fondations dudit immeuble.

Une partie des remparts au Nord est rénovée dans le cadre de l'opération de réhabilitation du prieuré Notre-Dame de Vitré situé au-dessus en vue de l’installation de la Maison des Cultures du Monde (Centre français du patrimoine culturel immatériel). Cette partie est reconnaissable par un enduit de chaux recouvrant totalement le mur par l'application d'une théorie selon laquelle les murs étaient totalement recouverts d'un enduit protecteur et ne laissant pas entrevoir l'appareillage. Le résultat n'est pas très heureux et est totalement différent de la restauration de 2016 sur la poterne Saint-Pierre toute proche qui elle est jointoyée. À cela s'ajoutent les matérialisations au sol des fondations des anciens remparts disparus, notamment au droit des portes d'En Haut (carrefour rue de la Bridole et rue Notre-Dame) et d'Embas sur la place Saint-Yves réalisées lors des aménagements de voirie. Pour finir, la tour de la Bridole est rénovée en 2012 et se voit coiffée d'une toiture en poivrière comme à l'origine.

Durant les années 2015-2020, une opération de rénovation massive des remparts est en cours le long de la promenade du Val, ce qui marque un certain renouveau des fortifications de la ville dans un souci de conservation, d'identité urbaine et d'attrait touristique.

Plan détaillé[modifier | modifier le code]

Les remparts étaient composés d'une quinzaine de tours et étaient percés de trois portes : la porte d'En-Haut à l'est vers la France, la porte d'En-Bas à l'ouest vers Rennes et de la porte Gâtesel au sud vers Châteaubriant. Par ailleurs, deux poternes permettaient l'accès aux piétons. Il s'agissait de la poterne Saint-Pierre sur la place Notre-Dame, face à l'église éponyme et une autre poterne au château.

La vallée de la Vilaine et le talus au premier plan vus depuis le haut de la tour aux Chèvres.
Plan détaillé des remparts et de l'intramuros de Vitré
Éléments subsistants Éléments disparus
1 : Chapelle Saint-Julien (extrémité Ouest du promontoire) et Fausse-Braie (au Nord)
2 : Poterne Saint-Pierre (ou du Val, ou Bel-Hôte ou encore poterne aux Chevaux)
3 : Tour aux Chèvres
4 : Tour Rompue ou tour de la Fresnaye
5 : Tour du Géomètre
6 : Tour Doré
7 : Tour des Prisonniers Logo monument historique Inscrit MH
8 : Porte d'En Haut (matérialisée entre la rue Notre-Dame et la place de la République)
9 : Tour de la Bridole ou tour du Coin ou tour du Marché Logo monument historique Inscrit MH
10: Demi-tours
11: Tour des Claviers
12: Tour de Sévigné
13: Porte Gâtesel (dont la grosse tour Gâtesel située à l'Ouest de la rue Garengeot)
14: Tour de Beaucé ou du Fer à Cheval
15: Porte d'Embas (tour Sud) Logo monument historique Inscrit MH 15: Porte d'Embas (Tour Nord)
16: Barbacane (matérialisée sur la place Saint-Yves)
17: Contrescarpe (quelques éléments subsistent autour du parking rue Rallon)
18: Barbacane
19: Éperon


Numéro Nom Localisation Construction Destruction Commentaires / origine Image
1 Fausse-braie Rue Pasteur-rue du Val XVe siècle Protégeait la façade Nord et la tour de Montafilant à l’extrémité Ouest du promontoire rocheux. Présence de chambres à feu. Fausse-braie Château de Vitré.jpg
2 Poterne Saint-Pierre Rue du Val-Promenade du Val XIIIe siècle Petite porte qui permettait aux habitants du château de sortir ou rentrer à l’insu de l’assiégeant. Poterne Saint-Pierre Vitré.jpg
Éperon Promenade du Val Fin du XVe siècle Éperon muraille Nord Promenade du Val Vitré.jpg
3 Tour aux Chèvres Promenade du Val XIIIe siècle Tour aux Chèvres Vitré.jpg
4 Tour Rompue ou tour de la Fresnaye Promenade du Val XIIIe siècle, fin du XVe siècle Tour Rompue ou Tour de la Fresnaye Vitré.jpg
5 Tour du Géomètre Promenade du Val XIIIe siècle Tour du Géomètre Vitré.jpg
6 Tour Doré Promenade du Val XIIIe siècle Tour Doré Vitré.jpg
7 Tour des Prisonniers Promenade du Val XIIIe siècle Tour des Prisonniers Vitré.jpg
8 Emplacement Porte d'En-Haut Rue Notre-Dame, rue de la Bridole, promenade du Val XIIIe siècle-XVe siècle 1834 Matérialisation au sol des deux tours qui constituaient la porte d'En-Haut Emplacement Porte d'En-Haut disparue Vitré.jpg
9 Tour de la Bridole Rue de la Bridole, rue de la Borderie XIIIe siècle-XVe siècle-XXIe siècle Vitré - Tour de la Bridolle 20150221-02.jpg
10 Demi-tour Rue de la Borderie XIIIe siècle XIXe siècle Rempart sud Vitré.jpg
11 Tour des Claviers Rue de la Borderie XIIIe siècle Tour visible derrière une vitrine où reposent les fondations de l'immeuble construit en 1987. Tour des Claviers Vitré.jpg
12 Tour Sévigné Rue de la Borderie XIIIe siècle XIXe siècle Emplacement de l'ancienne tour Sévigné où se trouve l'hôtel Sévigné-Nétumières. Hôtel Sévigné-Nétumières Vitré.jpg
13 Emplacement Porte Gâtesel Place du Général de Gaulle, rue Garengeot XIIIe siècle-XVe siècle 1838 Emplacement Porte Gâtesel disparue Vitré.jpg
14 Tour de Beaucé Place Saint-Yves, rue Beaudrairie XIIIe siècle-XVe siècle XIXe siècle Emplacement Tour de Beaucé disparue Vitré.jpg
15 Porte d'Embas Place Saint-Yves, rue d'Embas XIIIe siècle-XVe siècle-XIXe siècle 1846 Tour sud remaniée au XIXe siècle et rempart du XIIIe siècle à droite sur la photo. Vitré Porte d'Embas 001.JPG
16 Barbacane Place Saint-Yves, rue d'Embas XIIIe siècle-XVe siècle 1846 Au sol, au premier plan de la photo, l'on distingue la matérialisation de la barbacane disparue . Château de Vitré Place St-Yves.JPG
17 Contrescarpe Rue Rallon XIIIe siècle Subsiste une contrescarpe le long des remparts Est sur la promenade du Val. Celle de la rue de la Borderie est de la roche lors du creusement des fossés. Contrescarpe rue Rallon Vitré.jpg
18 Barbacane de la porte d'En-Haut Entre la rue de la Bridole et la place de la République XVe siècle XIXe siècle
19 Éperon Promenade du Val-Rue de l'Éperon Fin du XVe siècle Éperon Nord-Est Vitré.jpg
20 Éperon Rue Ducoudray, rue Neuve Fin du XVe siècle Éperon Rue Ducoudray Vitré.jpg

Bibliographie[modifier | modifier le code]


  • Paul Banéat, Le Département d'Ille-et-Vilaine : Histoire - Archéologie - Monuments, t. IV, Mayenne, Éditions Régionales de l'Ouest, , 584 p. (ISBN 2-85554-067-4)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00090903, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Notice no PA00090906, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. JORF n°0146 du 26 juin 2015 page 10778 texte n° 45 Liste des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2014
  4. DRAC Bretagne, « Enceinte urbaine fortifiée » [PDF], sur culturecommunication.gouv.fr
  5. « Étude des remparts de Vitré en Bretagne - Atelier APD », sur atelierapd.fr
  6. « Guerre de religion dans le pays de Vitré - XVI-XVIIème siècles », sur gen3553.pagesperso-orange.fr
  7. Louis François Du Bois, « Essai sur l'histoire de la ville de Vitré et de ses seigneurs, jusqu'à l'époque de la révolution de 1789 », in Chez Techener, libraire, Place du Louvre, Paris, 1 janvier 1839, 146 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]