Rempart gallo-romain de Bourges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rempart gallo-romain de Bourges
Rempart gallo-romain de Bourges
Tour gallo-romaine
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Canton Bourges-1
Commune Bourges
Site archéologique Fortification
Protection Logo monument historique Classé MH (1886, Fragment de rempart gallo-romain)
Logo monument historique Classé MH (1914, Tour gallo-romaine)
Logo monument historique Classé MH (1935, Chapiteau)
Logo monument historique Classé MH (1964, Vestiges de l'enceinte gallo-romaine)
 Inscrit MH (1996, Segments du rempart gallo-romain)
Coordonnées 47° 04′ 34″ nord, 2° 25′ 37″ est

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Rempart gallo-romain de Bourges
Rempart gallo-romain de Bourges

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Rempart gallo-romain de Bourges
Rempart gallo-romain de Bourges

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Rempart gallo-romain de Bourges
Rempart gallo-romain de Bourges

Géolocalisation sur la carte : Cher

(Voir situation sur carte : Cher)
Rempart gallo-romain de Bourges
Rempart gallo-romain de Bourges
Histoire
Antiquité tardive Bas Empire gallo-romain
Haut Moyen Âge Époque mérovingienne
Moyen Âge central Époque carolingienne et capétienne
Internet
Le rempart gallo-romain de Bourges [1]

Le rempart gallo-romain de Bourges est une fortification monumentale antique localisé au sein de la ville de Bourges, commune située dans le département du Cher, en région Centre-Val de Loire.

Cette enceinte gallo-romaine, construite au cours de l'Antiquité tardive, vers le milieu du IVe siècle apr. J.-C., elle enserre un complexe urbain se développant sur une surface d'environ 25 ha. Les pierres constituant ses structures sont en grande partie issues d'édifices plus anciens. Le rempart gallo-romain de Bourges disposent d'une quarantaine de tours fortifiées séparées par des courtines aux fondations et aux soubassements larges.

L'enceinte fortifiée est remplacée par une autre muraille au cours du XIIe siècle. Fouillée à partir du milieu du XIXe siècle, elle bénéficie de 4 classements au titre de monument historiques entre 1882 et 1964 et fait l'objet d'un inventaire en 1996.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le rempart est construit à proximité du fossé entourant l'ancien oppidum d'Avaricum[2]. Les parties de la muraille gallo-romaines demeurées visibles, sont essentiellement localisées au niveau de la rue des Trois Maillets, au 9, rue Molière, et le long de la promenade dite des remparts, au sein du cœur historique de Bourges[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien que des historiens aient antérieurement estimé que la muraille défensive aurait été construite entre le IIIe et le IVe siècle apr. J.-C., cet ensemble de fortifications antiques, en raison du mobilier mis en évidence sur le site de Bourges, a probablement été érigé vers le milieu du IVe siècle apr. J.-C., au cours du Bas Empire[2],[4],[5].

Le contexte dans lequel cette muraille a été construite est celui d'un important remaniement de l'aire urbaine visant à redéfinir le plan et la parure monumentale de la cité antique se déployant alors sur une superficie totale d'environ 25 ha[4],[Note 1]. En outre, l'érection de cette enceinte monumentale pourrait être également une réponse aux grandes invasions du IVe siècle apr. J.-C., l'ouvrage défensif permettant alors de protéger la ville antique[1].

À cette époque, la parure monumentale de la capitale berrichonne s'accroît également d'un portique, d'un mur de soutènement et d'un vaste réseau de galerie[7].

Vestiges du rempart à proximité de la Cathédrale.
Croquis représentant le plan d'une ville.
Plan général de Bourges.

L'utilisation de l'ancienne muraille antique cesse à partir du XIIe siècle et se trouve remplacé par un second mur d'enceinte dans les années 1160[8]. Dès la fin des années 1180, sous le règne de Philippe Auguste, ses structures sont progressivement et entièrement remaniées et/ou arasées[9],[8]. Certaines de ses portions font l'objet d'une spolia, servant dès lors d'assises à de nouveaux monuments situé dans le cœur historique de Bourges tels que la cathédrale Saint-Étienne, le palais ducal du Berry, ou encore le palais Jacques-Cœur[4].

Postérieurement à une découverte fortuite au sein des caves de palais ducal de Bourges, les premières fouilles du site sont entreprises vers le milieu du XIXe siècle par l'archéologue Jules Dumoutet[7].

Au cours des années 1980, le site gallo-romain, après avoir fait l'objet de nombreuses prospections archéologiques, est transformé en promenade publique[10]. Cette transformation, réalisée en parallèle d'important travaux de restauration, permet à la commune, alors propriétaire des lieux, de sauvegarder l'édifice[10].

Description[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble[modifier | modifier le code]

Dessin d'une fortification vue du dessus.
Restitution partielle du plan au sol.

Lors de sa mise en place, la muraille gallo-romaine, qui ceinture l'ensemble de cet espace urbain, est percée de 3 portes[4]. Ces trois accès monumentaux correspondent aux actuelles porte de Lyon, située au sud ; à la porte de Gordaine, positionnée du côté est ; ainsi qu'à la porte d'Auron[Note 2], implantée à l'ouest[1],[4],[7]. À ces trois points d'accès a été ultérieurement adjointe la « porte Neuve », également connue sous le nom « porte de Saint-André »[4]. Ce 4e accès monumental est percé au niveau de la partie nord du rempart[4],[7].

L'ensemble de la construction défensive de Bourges, dont le plan se présente sous la forme d'une ellipse, se développe sur une longueur totale estimé entre 2 100 et 2,5 km[4]. Ces courtines sont séparées par près de 50 tours fortifiées[4].

Le parement de cette structure fortifiée est constituée d'un appareillage de moellons en calcaire taillés sous la forme de cubes et alternés par des rangées de briques[5]. Les soubassements reposent sur des fondations massives dont les blocs de pierre taillée, non-liées les uns aux autres, se sont révélés être des remplois issus d'autres bâtiments précédemment édifiés au cours du Ier siècle apr. J.-C., tel qu'un complexe monumental public à double parois d'élévation[Note 3],[12],[Note 4],[5],[13]. À cet égard, des bas-reliefs, attribués au haut empire, sont encore visibles à la surface de quelques-uns de ces blocs destinés aux fondations de la muraille[5]. Toutefois, la manière dont ces éléments architecturaux ont été agencés montre que cette réutilisation a été soigneusement exécutée[5],[13]. Les fondations ont été encastrées dans le sol jusqu'à une profondeur équivalente à 6 m[5]. Les soubassements des courtines se déploient sur une largeur variant entre 6 et 8 m[5].

En outre le rempart antique possède la particularité de ne pas être doublé ou entouré d'un fossé d'enceinte[5].

Tours[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'une ancienne tour fortifiée.
Tour fortifiée appartenant à l'enceinte.

Les tours, larges de 10 à 10,50 m, font corps avec les courtines, sans que celles-ci viennent constituer une saillie interne[1]. Les niveaux inférieurs, dont l'espace interne mesure 5 m de diamètre, ne disposent d'aucun élément d'huisserie[1]. À contrario, le niveau supérieur de chaque tour dispose d'une fenêtre pourvue d'une hauteur de 2 m et d'une largeur de 1 m[1]. Chaque étage est aménagé d'un plafond voûté supporté par des croisées d'ogives[1]. Les planchers séparant ces niveaux pourraient être conçus en bois[1]. Aucun indice matériel encore visible, ou mis au jour, ne permet de préciser et de caractériser l'architecture des sommets et ni leurs éléments défensifs — autrement dit les merlons, créneaux et parapets —[1].

L'une des tours, qui trouve son emplacement au niveau de la « rue Moyenne » et surplombant les jardins de l'hôtel de ville, est affecté d'un plan au sol semi-circulaire[14]. Au cours du Moyen-Âge, cette élévation fortifiée a été réemployée comme abside à l'une église de la capitale berrichonne[14].

La tour répertoriée sous le numéro d'inventaire « 44/18 », est construite en grand appareillage dont les pierres, pour certaines ouvragées, sont issues de structures plus anciennes. Elle a fait l'objet d'une destruction vers la fin du XVIIe siècle[15].

Courtines[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un mur antique.
Vestige d'une courtine.

Chacun des pans de murs fortifiés évoluent sur une longueur de 20 toises, soit l'équivalent d'environ 40 m[1].

En 1974, au sein de la courtine située au niveau de la rue des 3 Maillets, un panneau mural, attribué au Ier siècle apr. J.-C. (Haut Empire), a été mis en évidence sous forme fragmentée et répartis en 4 lots[16]. Le réassemblage des pièces constituant cette fresque antique, apposées sur un support de 121,5 cm de long sur 107,5 cm de large, a laissé apparaître un personnage, probablement Dionysos, entouré de thyrses et de plusieurs objets symboliques, tel qu'un calice, le tout agrémenté de motifs végétalistes sur fond monochrome[16].

Au XIIe siècle, alors que l'archevêque Pierre de La Châtre fait construire le palais épiscopal de Bourges, la courtine encadrée par les tours no 4 et 5 fait l'objet d'une destruction pour être remplacée par une structure appareillée et consolidée au moyen de contreforts à courte saillie[1]. Ces renforts de maçonnerie sont joints au niveau de leurs parties supérieures par de petits arcs affectés d'une forme en plein cintre[1]. Lors de cette démolition, les soubassements de la courtine gallo-romaine ont été néanmoins conservés[1].

Parements internes et externes[modifier | modifier le code]

Les plans révélant l'architecture générale du parement interne de l'enceinte, apparaissent sur un dessin exécuté dans la seconde moitié du XVIe siècle (1561) par l'enlumineur Joris Hoefnagel[17],[18]. Ce croquis, annoté de plusieurs détails, met en évidence que l'appareil de la face interne est maintenu au moyen d'un chaînage horizontal fait de briques[18]. Ces chaînes de maçonneries peuvent être alternativement au nombre de 3 rangées séparant une rangée de moellons ou 2 rangées s'intercalant avec 2 rangées de moellons[18].

Protection et mise en valeur du site[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un chemin bitumé longeant des structures urbaines et passant sous une arcade.
« Promenade des remparts ».
Photographie en couleurs d'un chemin bitumé longeant des structures urbaines et passant sous une arcade.
Promenade des remparts.

Une première section de l'enceinte gallo-romaine fait l'objet d'un classement au titre de monument historique, par arrêté ministériel du [2].

En date du , l'une des tours fortifiées, mais également une section de courtine bénéficie d'un classement[2].

Le , d'autres éléments de la structure défensive, notamment des soubassements, un chapiteau associé à une section formant un arc d'accès sont classés au titre de monuments historiques[2].

Le , les ruines du rempart implantées dans sous-sol de la cave du presbytère font l'objet d'un classement[2].

Enfin, au , des portions de la muraille antique comprenant une courtine localisée sur la partie nord de la cathédrale Saint-Étienne, ainsi qu'une seconde trouvant son emplacement à l'arrière de l'Hôtel de Ville, sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La superficie englobée par le rempart de Bourges est alors plus vaste que les surfaces d'autres sites gallo-romains, tels que Samarobriva Ambianorum (l'actuelle ville d'Amiens)[6].
  2. Cet accès monumental est également connu sous le nom de « porte Auronaise » ou encore « porte Turonaise »[4].
  3. Ce même bâtiment trouve son emplacement au sein d'une insula, au niveau de la rue Moyenne. La construction de l'enceinte gallo-romaine de Bourges a induit un imposant remaniement de ce bâtiment et du quartier antique qui l'avoisine[11].
  4. Ce processus de spolia a été également identifié pour d'autres enceintes de cités gallo-romaines, telles que celles du castrum de Cæsarodunum et de Mediolanum Santonum[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l et m Denis Jeanson, « Le rempart gallo-romain de Bourges » [html], sur le site de L'Encyclopédie de Bourges (consulté le 22 juin 2017).
  2. a b c d e f g et h « Ancien rempart gallo-romain », sur le site de la Base Mérimée du Ministère de la Culture et de la Communication, (consulté le 24 juin 2017).
  3. « Chemin : Promenade des Remparts (Bourges) », sur le site de géolocalisation OpenStreetMap (consulté le 2 juillet 2017).
  4. a b c d e f g h i et j Chevrot, Provost et Troadec 1992, p. 101.
  5. a b c d e f g et h Chevrot, Provost et Troadec 1992, p. 102.
  6. Didier Bayard et Jean Luc Massy, « Chapitre. IX. La ville fortifiée. », Revue archéologique de Picardie, vol. Amiens romain. Samarobriva Ambianorum, no Numéro spécial 2,‎ , pages 221-246 (lire en ligne).
  7. a b c et d Jean-Pierre Adam et Claude Bourgeois, « Un ensemble monumental gallo-romain dans le sous-sol de Bourges (Cher). », Gallia, t. 35, no fascicule 1,‎ , pages 115 à 117 et pages 121 à 125 (DOI 10.3406/galia.1977.1558, lire en ligne).
  8. a et b Roland Narboux et Denis Jeanson, « Le rempart de Philippe Auguste à Bourges », sur le site de L'encyclopédie de Bourges, (consulté le 26 juin 2017).
  9. Christine Fellicelli, « Philippe Auguste et l'enceinte de la cité : la mise en place d'une séquence majeure dans l'écologie spatiale de la ville de Bourges à la fin du Moyen-Âge », dans Christine Fellicelli, Jean-Luc Fray et Céline Perol (directeurs d'ouvrage) et al., L'historien en quête d'espaces, Presses Universitaire Blaise Pascal, , 469 p. (lire en ligne), pages 217 à fin chapitre.
  10. a et b « Les remparts », sur le site de la ville de Bourges (consulté le 22 juin 2017).
  11. Olivier Ruffier et Jacques Troadec, « Bourges (Cher). Haut de la rue moyenne. », Revue archéologique du Centre de la France, t. 26, no fascicule 1,‎ , page 87 (lire en ligne).
  12. Jacques Troadec et Olivier Ruffier, « Bourges (Cher). Collège Littre. », Revue archéologique du centre de la France, t. 26, no fascicule 1,‎ , pages 89-91 (lire en ligne).
  13. a b et c Jason Wood, « Le castrum de Tours : Étude architecturale du rempart du Bas-Empire. », dans Jason Wood et al., Recueil d'études. : Recherches sur Tours, vol. 2, Tours, Laboratoire d'archéologie urbaine, (lire en ligne), page 46.
  14. a et b Picard 1966, p. 242.
  15. Favière 1964, p. 306.
  16. a et b Jean François Lefèvre, « A propos des récentes découvertes. Quelques peintures de Bourges (Cher). », Revue archéologique de Picardie, no Numéro spécial 10,‎ , pages 189-192 (DOI 10.3406/pica.1995.1868, lire en ligne).
  17. Favière 1964, p. 305.
  18. a b et c Favière 1964, p. 306.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :