Remontons les Champs-Élysées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Remontons les Champs-Élysées
Réalisation Sacha Guitry
Scénario Sacha Guitry
Acteurs principaux

Sacha Guitry

Sociétés de production Cinéas, SEDIF
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 97 minutes
Sortie 1938

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Remontons les Champs-Élysées est un film français écrit et réalisé par Sacha Guitry, sorti en 1938.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film retrace l'histoire des Champs-Élysées, racontée par un instituteur (descendant à la fois de Louis XV, de Marat et de Napoléon Ier), de la place de la Concorde en 1617 à la place de l'Étoile en 1938. Sont notamment évoqués l'assassinat de Concino Concini, les circonstances qui amenèrent Louis XV, las de la marquise de Pompadour, à faire aménager le Parc-aux-Cerfs, l'établissement des premiers théâtres de marionnettes sur les Champs-Élysées, la mort du Bien-Aimé annoncée par celle, survenue six mois auparavant, du ministre Chauvelin, et son enterrement nocturne, les noires heures de la Terreur, la rencontre, fortuite et improbable, entre Bonaparte et Napoléon, celui-ci reprochant à celui-là d'avoir trahi ses idéaux de jeunesse, l'assassinat nocturne de l'inventeur du gaz d'éclairage, les débuts parisiens de Richard Wagner, le retour des cendres de l'Empereur en 1840, le départ de Louis-Philippe pour l'exil, le succès des chansons de Béranger et le triomphe des valses de Métra, un bal à la cour de Napoléon III

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Principaux interprètes cités dans l'ordre de leur apparition sur l'écran :

Non crédités :

Remarques[modifier | modifier le code]

  • Le metteur en scène Robert Bibal, crédité par les corporatifs d'époque (Index de la Cinémato entre autres) comme « coréalisateur technique », ne figure pas au générique (relevé sur copie), aucun témoignage de comédien ou de technicien ayant participé au film n'ayant en outre permis de confirmer sa présence effective sur le tournage.
  • Madeleine Sologne, parfois citée, a toujours démenti avoir participé au film. Son nom était d'ailleurs biffé des projets de distribution retrouvés dans les Archives Guitry. De même, Pauline Carton (une tricoteuse ?), Jeanne Fusier-Gir et surtout Marguerite Moreno (dont le nom figure néanmoins sur l'affiche belge du film), également mentionnées par les corporatifs d'époque, n'apparaissent ni au générique, ni à l'écran.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]