Religions for Peace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Religions for Peace
Religions pour la Paix
Logo de l’association
Cadre
But Dialogue interreligieux
Fondation
Fondation 1970
Identité
Siège New York
Secrétaire général Azza Karam
Secrétaire général émérite William F. Vendley
Site web rfp.org
www.religionsforpeace.orgVoir et modifier les données sur Wikidata

Religions for Peace (français : Religions pour la Paix) est une conférence mondiale de représentants des religions dédiée à la promotion de la paix. Fondée en 1970, son secrétariat siège à New York, avec des antennes régionales en Europe, en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique et aux Amériques. Religions for Peace jouit d'un statut consultatif auprès du Conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC), de l'UNESCO et de l'UNICEF.

Action[modifier | modifier le code]

Religion For Peace promeut la coopération interreligieuse pour la paix, à l'échelle mondiale comme régionale. L'association veut dépasser le simple dialogue pour promouvoir l'action commune, en particulier pour transformer les conflits violents, construire des sociétés justes et harmonieuses, sortir de la pauvreté et protéger la planète[1],[2],[3].

L'association affirme cinq principes fondateurs :

  • Respecter les différences religieuses
  • Agir pour des valeurs largement partagées
  • Préserver les identités de chaque communautés religieuses
  • Honorer les différences d'organisation des communautés religieuses
  • Soutenir les initiatives interreligieuses locales

Historique[modifier | modifier le code]

Dès 1961, plusieurs représentants des grands traditions religieuses du monde commencent à réfléchir à un sommet pour la paix.

La première Conférence Mondiale a lieu du 16 au à Kyoto, au Japon. La deuxième en 1974 à Louvain, en Belgique, la troisième à Princeton (New Jersey), aux États-Unis, le quatrième à Nairobi, au Kenya, en 1984, la cinquième à Melbourne, Australie, en 1989, la sixième à Riva del Garda, en Italie en 1994, la septième à Amman, Jordanie en 1999, la huitième, à Kyoto, au Japon, en 2006, la neuvième Assemblée Mondiale à Vienne, Autriche, et la dixième à Lindau, en Allemagne en 2019[4],[5].

En 1986 est fondé l'antenne française. Son président est Ghaleb Bencheikh[6].

En 2001 est lancé le réseau Femmes de Foi de Religion for Peace, Global Women of Faith Network, qui rassemble plus de mille organisations religieuses de femmes. Le réseau mondial de la jeunesse de Religion for Peace, Global Youth Network, rassemble quant à lui six fédérations régionales[1].

Le président de Religion for Peace est le théologien catholique américain William F. Vendley de 1992 à 2019. Il est alors remplacé lors de la 10e assemblée nationale par la docteur Azza Karam, une femme musulmane néerlandaise d'origine égyptienne vivant aux États-Unis. Directrice du réseau Femmes de Foi de Religion for Peace de 2000 à 2004, elle est professeure en sciences des religions à l'université libre d'Amsterdam et consultante auprès de l'Organisation des Nations unies. Elle a été conseillère au Fonds des Nations unies pour la population [7],[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en-US) « Vision & Mission | Religions for Peace International », sur rfp.org (consulté le )
  2. Jean Dumas, « Halte à l’islamophobie », Évangile et Liberté,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Religions For Peace », sur UNESCO (consulté le )
  4. (en-US) « Home | Religions for Peace International », sur www.religionsforpeace.org (consulté le )
  5. La-Croix.com, « Une conférence mondiale pour la paix », sur La Croix, (consulté le )
  6. Religions Pour la Paix, « Religions Pour la Paix :: Bienvenue sur le site de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix, France. », sur religionspourlapaix.org (consulté le )
  7. Anne-Bénédicte Hoffner, « "Religions pour la paix" veut davantage s’appuyer sur les femmes », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  8. Lina Farelli et H. Ben Rhouma, « Religions pour la Paix : ce qu'il faut retenir de la conférence interreligieuse mondiale organisée en Allemagne », Saphirnews,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]