Religions et violence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La violence religieuse est une violence suscitée ou justifiée par une religion qui peut se traduire par un comportement individuel mortifère, un conflit communautaire, une guerre de religion, ou des persécutions religieuses.

La religion a été jusqu’à la période moderne, étroitement liée à la politique ainsi que corrélée aux conditions économiques, de telle sorte qu’il est parfois historiquement erroné de considérer que des violences sont exclusivement d’origine religieuse[1].

La violence religieuse n'est pas toujours fondamentaliste, et tous les fondamentalistes ne sont pas violents[2].

La question de la violence, et en particulier de l'homicide, du viol, de la torture, est récurrente dans l'histoire et les religions ont été amenées à se prononcer à son sujet.

  • Parfois pour la prohiber (« tu ne tueras pas »)[3] ,
  • parfois pour l'instrumentaliser (sacrifices)
  • parfois enfin pour la codifier dans des cas formels bien définis : guerre (dont la légitimité en cas d'atteinte à des intérêts estimés vitaux ne semble contestée par aucune religion hormis des groupes comme les quakers et les mennonites), châtiments corporels, peine capitale éventuelle, etc.

Les religions ont émis des positions sur le suicide, forme de violence sur soi.

Violence envers soi[modifier | modifier le code]

Violences envers la femme[modifier | modifier le code]

Violence envers autrui en général[modifier | modifier le code]

La loi du Talion apparaît dans le Code d'Hammourabi, roi de Babylone (1730 av. J.-C.). Il se peut que cette loi entende lutter contre une escalade de la violence individuelle en limitant celle-ci au niveau de la violence subie. Notre notion de légitime défense en droit contemporain procède du même esprit en exigeant une limitation de toute riposte au niveau exact de l'attaque.

Judaïsme[modifier | modifier le code]

Pour le rabbin Yeshaia Dalsace, « la notion de paix est cardinale pour le judaïsme. Elle est le but ultime de toute existence, celle du monde, de l’humanité et de l’individu »[4]. « Le terme Chalom [Paix] est employé près de 250 fois dans la Bible et des milliers dans la littérature rabbinique. Il vient ponctuer les plus grands textes bibliques et notamment les grandes visions prophétiques. La guerre est décrite, non comme un jeu de bravoure, mais comme un véritable fléau.[4] »

Christianisme[modifier | modifier le code]

Dans les faits relatés[modifier | modifier le code]

  • Au Jardin des oliviers Jésus dit à Pierre : « Rengaine ton épée, celui qui prend l'épée périra par l'épée » (Mathieu XXVI:52)
  • Jean VIII,1-11 présente Jésus dissuadant la foule de lapider une femme adultère : « Que celui d'entre vous qui n'a jamais péché lui jette la première pierre. »

Dans les propos tenus[modifier | modifier le code]

  • Matthieu, X.34-35 : « 34. Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l'épée. 35 Car je suis venu mettre la division entre l'homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère. »
  • Paul, dans son épitre aux Ephésiens, 6,13-18, précise ce qu'il faut selon lui entendre par « les armes de Dieu » : « la vérité pour ceinture », « la cuirasse de la justice », « pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l'Evangile de paix », « le bouclier de la foi », « le casque du salut, et l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu ».

Islam[modifier | modifier le code]

Nous retrouvons dans l'islam, plusieurs sourates d'allure violente :

  • 2:190-193

Tuez-les là où vous les rencontrez, Expulsez-les d’où ils vous auront expulsés. [ …] Combattez-les jusqu’à la fin de toute sédition et que croyance soit d’Allah.

  • 2:216

Vous devez combattre, même si c'est quelque chose qui vous déplaît.

  • 60:4

Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d'Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul.

  • 47:4

Quand vous rencontrerez les infidèles, frappez-les à la nuque.

  • 8:17

Ce n'est pas vous qui les avez tués : mais c'est Allah qui les a tués.

Autres religions[modifier | modifier le code]

Guerres et conflits religieux[modifier | modifier le code]

Article connexe : Guerre sainte.

Christianisme[modifier | modifier le code]

Les positions ont varié au cours des âges.

  • Les premiers chrétiens refusaient de porter les armes, même pour défendre Rome, en invoquant le passage de la Passion où Jésus, que Pierre cherche à défendre par l'épée, ordonne à Pierre de ranger celle-ci en précisant que qui utilise l'épée périra par l'épée.
  • Saint Martin (316-397), soldat converti alors qu'il est engagé dans l'armée par un contrat de 25 ans, demande à ne pas participer à l'attaque de Worms. Traité de lâche par l'empereur Julien, il décide alors de marcher en tête de ses troupes, sans autre arme qu'une croix, mais il se trouve que les Barbares se rendent avant l'assaut (Martin sera libéré de son contrat à l'âge de quarante ans)
  • Saint Ambroise (340-397) fait montre d'une vision plus romaine des choses : « La force sans la justice est matière d'iniquité. Est pleine de justice la force qui, à la guerre, protège la patrie contre les barbares. ». Néanmoins, le pouvoir temporel reste sous étroite surveillance : la ville de Thessalonique s'étant révoltée contre son gouverneur et l'ayant tué, l'empereur (chrétien) Théodose Ier ordonne le massacre des habitants, innocents ou coupables, et sept mille personnes périssent. Saint Ambroise écrit aussitôt à Théodose pour lui signifier la gravité de sa faute et le prévenir que, jusqu'à ce qu'il l'expie par la pénitence, il est exclu de facto de la communauté. Quand l'empereur se présente à l'église, Ambroise lui en interdit l'entrée. L'empereur rappelle la pardon accordé jadis au roi David. « Vous l'avez imité dans son péché, répond saint Ambroise, imitez-le dans sa pénitence ». Il lui impose l'obligation de promulguer une loi portant que toute sentence de confiscation ou de mort ne deviendra exécutoire qu’au bout de trente jours, après avoir été de nouveau examinée et confirmée. Après huit mois de louvoiement, Théodose se soumet
  • Saint Augustin (354-430) renchérit : « Que trouve-t-on à blâmer dans la guerre ? Est-ce le fait qu'on y tue des hommes qui doivent mourir un jour afin que les vainqueurs soient maîtres de vivre en paix ? Faire ce reproche à la guerre est le fait d'homme pusillanimes et non d'hommes religieux. Ce qu'on blâme dans la guerre c'est le désir de nuire, la cruauté de la vengeance, une âme inapaisée et implacable, la fureur des représailles, la passion de la domination et autres sentiments semblables.» Augustin estime que tuer un homme (y compris soi-même) n'est pas une faute quand Dieu l'ordonne, en citant, entre autres, l'exemple de Samson (La Cité de Dieu, livre I) :
« Dieu lui-même a fait quelques exceptions à la défense de tuer l’homme, tantôt par un commandement général, tantôt par un ordre temporaire et personnel. En pareil cas, celui qui tue ne fait que prêter son ministère à un ordre supérieur ; il est comme un glaive entre les mains de celui qui frappe, et par conséquent il ne faut pas croire que ceux-là aient violé le précepte : “Tu ne tueras point”, qui ont entrepris des guerres par l’inspiration de Dieu, ou qui, revêtus du caractère de la puissance publique et obéissant aux lois de l’État, c’est-à-dire à des lois très-justes et très-raisonnables, ont puni de mort les malfaiteurs » (§21)
  • Le 9 août 1071, les Turcs Seldjoukides, gagnent la bataille de Malazgerd sur les Arabes d'Égypte. Ils interdisent alors le passage des pèlerins chrétiens vers Jérusalem, qui jusque-là n'avait posé aucun problème. Le 27 novembre 1095, Urbain II lance la première croisade pour rétablir la liberté de passage vers les lieux saints, ce qui laisse entendre que cette guerre est considérée comme juste.
  • Dans la Somme théologique, Thomas d'Aquin (1228-1274) examine les conditions de licéité d'une guerre et pose trois exigences :
    Article détaillé : Doctrine de la guerre juste.
    1. l'autorité du prince ;
    2. la cause juste ;
    3. l'intention droite.
    • Il y considère aussi qu'une société est « un donné de la nature » ; une société de païens n'est pas moins légitime qu'une société chrétienne. Une souveraineté païenne est donc possible, y compris sur des chrétiens. On ne peut donc considérer comme sainte au seul prétexte qu'on la ferait à des infidèles.
    • Enfin, il admet la légitimite du régicide face au «tyran d’exercice» ou au «tyran d’usurpation».
  • 1139 : 2e concile de Latran qui interdit sur la demande du pape Innocent III l'usage de l'arbalète à traits, jugée trop violente. Les princes d'Occident refuseront d'en tenir compte.
  • Sur la Guerre de Cent Ans (1337-1453), Rome ne prend pas de parti officiel : il y a d'ailleurs des catholiques des deux côtés. Jeanne d'Arc ne sera béatifiée (1909), puis canonisée (1920) qu'au XXe siècle, dans un monde où France et Angleterre sont alliées.
  • Le cardinal Cajetan (1469-1534), général[réf. nécessaire] des Dominicains, s'intéresse aux missions vers le nouveau monde. Commentant la Somme Théologique à propos de la notion de rapine, il examine la question de conquête militaire d'un territoire occupé par des infidèles, et fait remarquer que le Christ envoyait des prédicateurs et non des guerriers. C'est donc selon lui un péché que de chercher à répandre la foi chrétienne par la guerre. Le royaume d'Espagne en prend acte ; de toute façon, c'est moins la religion des indigènes qui fait l'objet de ses soins que la quantité d'or expédiée en Espagne.
  • 2 juin 1537 : bulle Veritas ipsa par laquelle le pape Paul III condamne l'esclavage des Indiens « et de tout autre peuple qui viendrait à être découvert » et affirme leur droit, en tant qu'êtres humains, à la liberté et à la propriété, quelle que soit leur religion.
  • 1550 : Le dominicain Bartolomé de Las Casas défend cette position au cours de la controverse de Valladolid.

Depuis la fin du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le Catéchisme de l'Église catholique[5] indique que la guerre de légitime défense par la force militaire est considérée comme acceptable à condition, qu'à la fois :

  • « le dommage infligé par l'agresseur à la nation ou à la communauté des nations soit durable, grave et certain ;
  • tous les autres moyens d'y mettre fin se soient révélés impraticables ou inefficaces ;
  • soient réunies les conditions sérieuses du succès ;
  • l'emploi des armes n'entraîne pas des maux et des désordres plus graves que le mal à éliminer. La puissance des moyens modernes de destruction pèse très lourdement dans l'appréciation de cette condition.

Ce sont les éléments traditionnels énumérés dans la doctrine dite de la « guerre juste ». »

Islam[modifier | modifier le code]

Bouddhisme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Bouddhisme et violence.

En Inde[modifier | modifier le code]

Violence rituelle[modifier | modifier le code]

Sacrifice d'animaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sacrifice.

Le sacrifice d'animaux est au cœur de plusieurs religions. Dans Le silence des animaux, la philosophe Elisabeth de Fontenay présente l'animal comme inclus dans la société qui le sacrifie en ce sens qu'il est l'intermédiaire nécessaire de la propitiation, de l'action de grâce ou du devenir de la communauté.

Christianisme[modifier | modifier le code]

  • Augustin examine le cas des animaux en même temps que la question du meurtre d'un être humain. Selon lui, les animaux, dépourvus de raison et ne faisant pas partie de la société humaine, sont à la disposition des hommes à qui il est permis de les tuer :
« Certains cherchent à étendre ce précepte (tu ne tueras pas) jusqu’aux bêtes mêmes, s’imaginant qu’il n’est pas permis de les tuer. (...) Laissons de côté ces rêveries, et lorsque nous lisons : “Tu ne tueras point”, n'englobons pas dans cette défense les plantes, parce qu’elles n’ont point de sensibilité, ni les animaux, qu’ils volent dans l’air, nagent dans l’eau, marchent ou rampent sur terre, parce qu’ils sont privés de raison et ne forment point avec l’homme une société, d’où il suit que par une disposition très juste du Créateur, leur vie et leur mort sont également faites pour notre usage. » (§20).
  • Les chrétiens assyriens sacrifient un taureau à Pâques et dans toutes les grandes occasions.
  • Le premier concile de Braga (vers 561) précise dans son Canon 14 : « Si quelqu'un, partageant la doctrine de Mani et de Priscillien regarde comme impures les viandes que Dieu a créées pour notre nourriture et qu'aussi il n'ose goûter des légumes mêmes cuits avec de la viande, qu'il soit anathème. »

Islam[modifier | modifier le code]

Un agneau est égorgé aux fêtes de l'Aïd.

Hindouisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fête de Gadhimai.

Sacrifice humain[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sacrifice humain.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Karen Armstrong, « The myth of religious violence », sur the Guardian (consulté le 10 février 2016)
  2. Sébastien Fath, « Fondamentalisme », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 10 février 2016)
  3. Cela concerne l'individu. L'Ancien Testament mentionne également qui doit être tué dans quelles conditions par le groupe et comment
  4. a et b Yeshaia Dalsace, « La paix comme idéal »
  5. « Catéchisme de l'Église Catholique - n°2309 » (consulté le 18 décembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]