Fêtes d'Arvor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Reine d'Arvor)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fêtes d'Arvor
Gouelioù an Arvor (br)
Image illustrative de l’article Fêtes d'Arvor
Margot Remaud élue Reine d'Arvor le sur les marches de l'hôtel de ville de Vannes.

Genre Musique bretonne
Lieu Vannes, Bretagne, France
Coordonnées 47° 39′ 25″ nord, 2° 45′ 20″ ouest
Période 14 et 15 août
Date de création
Statut juridique Association loi de 1901
Organisateurs Comité des Fêtes de Vannes
Direction Jean-Philippe Breton
Médias associés Le Télégramme, Ouest-France, Vannes Bretagne Sud
Site web fetes-arvor.org/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fêtes d'Arvor

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Fêtes d'Arvor

Géolocalisation sur la carte : Vannes

(Voir situation sur carte : Vannes)
Fêtes d'Arvor


Les fêtes d’Arvor (Gouelioù an Arvor en breton), sont une période de fête/manifestation de la culture bretonne, qui font vibrer chaque année les rues de Vannes (Bretagne) autour du 15 août.

Spectacles, exposition, concerts de bagadoù, fest-noz, défilés en costumes… participent à ce grand rassemblement consacré à la culture bretonne qui met en avant la ville de Vannes. Les temps forts de cette manifestation sont l'élection de la reine d'Arvor et de ses dauphines ainsi que le somptueux feu d’artifice du 15 août sur les remparts de Vannes, qui clôture ces journées de fêtes. C'est un des événements culturels majeurs du département du Morbihan et la région Bretagne depuis 1965, après avoir connu quelques années blanches.

Ces fêtes trouvent origine le , sous l'impulsion du futur maire de Vannes Francis Decker.

Histoire[modifier | modifier le code]

1928 : Francis Decker lance les fêtes d'Arvor[modifier | modifier le code]

Le 26 août 1928, sous l'impulsion de Francis Decker - qui deviendra maire de Vannes[1] au lendemain de la Seconde guerre mondiale - le Comité d’organisation des « Grandes Fêtes d’Arvor »[2] déploie son savoir-faire pour que cette date devienne une réussite[3].

À cette occasion, les commerçants et habitants sont invités à s'associer aux préparatifs de cette fête folklorique pour laquelle la ville de Vannes accueille les représentants (reines et escortes) de 31 communes sous les regards curieux et admiratifs du public.

Le jour venu, la cité des Vénètes s'anime avec le pavoisement de milliers de petits drapeaux. À la gare du P. O. (Paris-Orléans), les Vannetais attendent reines et personnalités. Le premier défilé débute à 10h. « Les binious d'Auray, lit-on dans les colonnes de L'Avenir du Morbihan, ouvrent la marche, suivis des reines d'Auray, Belle-Ile-en-Mer, Concarneau, Damgan, Quimperlé… » La reine de Vannes et « la gracieuse Hermine de Bretagne, Mlle Le Guével, suivie du drapeau d'hermines », clôturent le défilé qui se déroule dans les rues de la ville au milieu d'une foule très dense. Les réjouissances reprennent à 15h par un nouveau défilé qui s'achève au Parc des Sports de la Rabine devant 12 000 spectateurs.

Durant cette journée, attractions, spectacles et jeux de chevalerie marquent l'après-midi au son des binious ou des trompettes. Puis le cortège s'étire à nouveau vers le centre-ville en compagnie des Clissons, du Club Athlétique et de la Vannetaise. Les reines et leurs dauphines rejoignent par la suite l'hôtel Chauchet, 5 avenue Victor-Hugo, où, à partir de 20h45, le dernier défilé de la journée s'élance en direction de la gare. Sur le parcours, les habitants ont illuminé les façades[4].

Il faudra attendre les 9 et pour que Vannes retrouve à nouveau l'ambiance des fêtes d’Arvor, avec cette fois, deux jours de spectacles dont une représentation du Cid de Corneille sous les remparts. L'élection de la reine du Morbihan, Georgette Léon, d'Auray et de ses demoiselles d'honneur, Célina Le Borgne, d'Hennebont, et Marcelle Christien, de Guiscriff, clôture cette journée festive.

1953 à 1962 : des fêtes plus grandioses[modifier | modifier le code]

En 1953, les fêtes d’Arvor, plus grandioses, se déroulent les 1er et 2 août avec concert, réception à l'hôtel de ville, défilé et folklore dans le parc de la préfecture puis bal au parc des sports. En 1960, le parc de la préfecture est abandonné pour les jardins des remparts qui deviennent l'écrin des fêtes d’Arvor. Dès 1962, un feu d'artifice y est tiré.[réf. nécessaire]

1965 : première élection de la Reine du Pays vannetais[modifier | modifier le code]

En 1965, le comité des fêtes d'Arvor décide d'organiser pour la première fois l'élection de la Reine du pays Vannetais. L'objectif est de relancer le port du costume traditionnel chez les jeunes, lors des fêtes et manifestations folkloriques.[5]

Pour être candidate, il suffit d'être présentée par une commune du pays de Vannes, vêtue d'un costume breton local et munie d'une écharpe blanche au nom de la commune. Chaque concurrente doit être accompagnée d'un « garçon d'honneur », âgé de 20 à 25 ans, en costume traditionnel lui aussi. Les jeunes filles sont notées sur leur beauté physique, leur grâce et leur élégance, ainsi que sur la qualité et l'authenticité de leur costume.

La première reine d'Arvor ainsi sacrée, en 1965, s'appelle Marie-Paule Morand, elle a 17 ans et vient de Grand-Champ[6].

1967 : changement de dates des fêtes[modifier | modifier le code]

En 1967, ces fêtes se déroulent les 13 et 14 juillet et depuis 1968, chaque année, les 14 et 15 août.

2018 : les fêtes d'Arvor fêtent ses 90 ans[modifier | modifier le code]

2018 sera l'occasion de fêter les 90 ans de cette fête[7].

Les reines des Fêtes d'Arvor[modifier | modifier le code]

L'élection de la reine des Fêtes d'Arvor et de ses deux dauphines. Élues en costume breton du pays « d'Arvor », elles ont pour mission de représenter le folklore breton, ainsi que le comité des fêtes de Vannes lors de manifestations diverses en Bretagne, en France, voire à l'étranger.

La reine et ses dauphines sont élues après passage devant un jury de plusieurs personnes le 14 août. Les candidates sont présentés au public le soir même, en général au jardin des Remparts.

Le jury note l'élégance de la jeune fille, la manière qu'elle a de mettre en valeur son costume, note la beauté du costume, et son authenticité. Les costumes ne sont pas nécessairement d'époque, ils peuvent être reconstitués[8].

Ce jury est composé de personnes connaisseuses du milieu du costume breton (directeur de musée, brodeur, représentant de confédération...).

Le jury note également les connaissances de la jeune fille dans le domaine de la culture bretonne. Le 15 août, la reine et ses dauphines sont présentées au public sur les marches de l'hôtel de ville. La reine reçoit sa couronne devant les remparts de Vannes à la suite du défilé.

Les Reines depuis 1996[modifier | modifier le code]

La reine d'Arvor 2016 au festival interceltique de Lorient 2017.
Année Nom Cercle représenté
1996 Nathalie Guého Cercle celtique de Vannes
1997 Mélinda Guettier Individuelle
1998 Gaëlle Sadeq Cercle celtique de Vannes
1999 Delphine Mahé Individuelle
2000 Leïla Sadeq Cercle celtique de Vannes
2001 Anne-Laure Jégo Cercle celtique de Guéhenno
2002 Anne-Solenn Thébaud Individuelle
2003 Angélique Cadoret Cercle celtique de Pluneret
2004 Anaïs Robic Cercle celtique de Vannes
2005 Alice Conan[9] Cercle celtique de Lanester
2006 Mathilde Kergozien[10] Cercle celtique d'Auray
2007 Audrey Le Scouarnec[11] Cercle celtique du Croisty
2008 Chann Le Baraillec[12] Cercle celtique de Lorient
2009 Gaëlle Larboulette[13] Cercle celtique de Lanester
2010 Justine Arze[14] Cercle celtique de Vannes
2011 Marine Le Boursico[15] Cercle celtique de Lanester
2012 Alexandra Le Romancer[16] Cercle celtique de Lorient
2013 Margaux Blanchard[17] Cercle celtique de Guéhenno
2014 Justine Cario[18] Cercle celtique du Croisty
2015 Mélanie Le Plain[19] Cercle celtique de Vannes
2016 Lauriane Martinet[20] Cercle celtique de Pluneret
2017 Margot Remaud[21] Cercle celtique de Pontivy
2018 Elodie Tregouet[22] Cercle celtique de Moréac

Modernisation des fêtes d'Arvor[modifier | modifier le code]

Le tremplin d'Arvor[modifier | modifier le code]

En 2017, le comité des fêtes de la ville de Vannes a souhaité moderniser les fêtes d’Arvor. Ainsi, est créé et organisé le , le tremplin d’Arvor[23] qui a pour but la promotion et la diffusion de jeunes artistes émergents dans le cadre des fêtes.

Un jury composé d'au moins quatre musiciens sélectionne une des formations candidates pour jouer en ouverture du fest-noz, le soir même.

Vainqueurs du tremplin d'Arvor

Présentation des candidates[modifier | modifier le code]

Le comité d'organisation ouvre en 2018 la présentation des candidates[25] qui se déroule à l'auditorium des Carmes[26]. Le public peut y assister gratuitement.

Les candidates, accompagnées de leurs cavaliers, se présentent devant le public, et dévoilent leurs costumes. Les élues d'Arvor 2017 y reviennnent sur leur année d'élection.

Fréquentation[réf. nécessaire][modifier | modifier le code]

2017 2018
60.000....

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Une famille à travers rues », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  2. « A Vannes, la culture bretonne à l'honneur », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  3. « VANNES. REINES D'ARVOR ET DE LA TRADITION », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  4. « Vannnes Mag 112 », calameo.com,‎ juillet / août 2018 (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  5. « Fêtes d'Arvor 75 ans de folklore », Le Telegramme, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 29 juin 2018)
  6. « Fêtes d'Arvor 75 ans de folklore », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  7. « Comité des fêtes. J-.Ph. Breton président », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  8. « Vannes. Fêtes d'Arvor : l'élection de la reine approche », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  9. « Alice Conan, reine d'Arvor en costume de Lorient », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  10. « Mathilde Kergozien sacrée à Vannes : vive la reine ! », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  11. « Audrey Le Scouarnec, nouvelle reine d'Arvor. Info », sur vannes.maville.com, (consulté le 27 juin 2018)
  12. « Reine d'Arvor. Le sacre de Chann », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  13. « Gaëlle Larboulette. Une Rédénoise élue reine d'Arvor », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  14. « Vannes (56). Justine Arze, nouvelle ambassadrice du pays d'Arvor », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  15. « Fêtes d'Arvor à Vannes : Marine Le Boursico élue Reine d'Arvor 2011. Info », sur vannes.maville.com, (consulté le 27 juin 2018)
  16. « Vannes. Alexandra Le Romancer est la nouvelle reine d'Arvor », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  17. « Vannes. Margaux Blanchard 48e reine d'Arvor », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  18. « Justine Cario de Calan, élue reine », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  19. « Mélanie Le Plain, du cercle de Vannes, reine », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  20. « Vannes. Lauriane Martinet, reine d'Arvor 2016 », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  21. « La reine Margot : « C'était inespéré » », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  22. « Vannes - Reine d’Arvor. Le sacre d’Élodie, juriste de 28 ans », Le Telegramme, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 16 août 2018)
  23. « Vannes. Les fêtes d'Arvor reviennent du 13 au 15 août », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2018)
  24. « Vannes - Vannes. Les fêtes d'Arvor lancées sur l'esplanade du port », Le Telegramme, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 19 août 2018)
  25. « Fêtes d’Arvor. Un nouveau tremplin pour les reines », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juin 2018)
  26. « Fêtes d'Arvor 2018 | Vannes », sur www.vannes-bretagne-sud.bzh (consulté le 27 juin 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]