Reims-la-Brûlée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Reims-la-Brûlée
Reims-la-Brûlée
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Vitry-le-François
Canton Sermaize-les-Bains
Intercommunalité CC Côtes de Champagne et Val de Saulx
Maire
Mandat
Joël Lagneaux
2014-2020
Code postal 51300
Code commune 51455
Démographie
Gentilé Reimbrûloise, Reimbrûlois
Population
municipale
232 hab. (2016 en augmentation de 0,43 % par rapport à 2011)
Densité 36 hab./km2
Population
aire urbaine
800 000 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 10″ nord, 4° 40′ 10″ est
Altitude Min. 103 m
Max. 124 m
Superficie 6,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Reims-la-Brûlée

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Reims-la-Brûlée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Reims-la-Brûlée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Reims-la-Brûlée

Reims-la-Brûlée est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Reims-la-Brulée est un village rural du Perthois situé à 6 km à l'est de Vitry-le-François.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Tournizet.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est drainée par le ruisseau de Gercourt, qui se jette dans le canal de la Marne au Rhin.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

A la fin de l'Ancien Régime, en 1789, le village était compris dans l'élection et suivait la coutume de Vitry. L'église paroissiale Saint-Martin relevait du Diocèse de Châlons et du doyenné de Vitry-le-Brûlé. Le prieur de Saint-Thibaud de Vitry présentait à la cure[1].

Par un décret de Napoléon III, l'église est érigée en chapelle vicariale[C'est-à-dire ?] en 1865[2]

À l'issue de la Première Guerre mondiale, la commune a été décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le [3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Vitry-le-François du département de la Marne. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la cinquième circonscription de la Marne.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Thiéblemont-Farémont[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Sermaize-les-Bains.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, antérieurement membre de la communauté de communes de Champagne et Saulx, est membre, depuis le 1er janvier 2014, de la communauté de communes Côtes de Champagne et Saulx.

En effet, conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) de la Marne du 15 décembre 2011[5], les quatre petites intercommunalités :
- communauté de communes de Saint-Amand-sur-Fion,
- communauté de communes des Côtes de Champagne,
- communauté de communes des Trois Rivières
- communauté de communes de Champagne et Saulx
ont fusionné le 1er janvier 2014, en intégrant la commune isolée de Merlaut, pour former la nouvelle communauté de communes Côtes de Champagne et Saulx[6].

Dans le cadre des prévisions du nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) de la Marne du 30 mars 2016[7], celle-ci fusionne le avec cinq des sept communes de Saulx et Bruxenelle (Étrepy, Pargny-sur-Saulx, Blesme, Saint-Lumier-la-Populeuse, Sermaize-les-Bains) pour former la nouvelle communauté de communes Côtes de Champagne et Val de Saulx, dont Reims-la-Brûlée est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1878[8] M. Guyot    
1879[9]   M. Dessanlis    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Bernard Puissant    
mars 2008[10] avril 2012 Régis Grossetête    
avril 2014[11] En cours
(au 4 juillet 2014)
Joël Lagneaux   Exploitant agricole

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2016, la commune comptait 232 habitants[Note 1], en augmentation de 0,43 % par rapport à 2011 (Marne : +0,76 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
125112144160160151156174164
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
168159156168164179172163163
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
147156146122129121119149139
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
140151169176181181204207210
2013 2016 - - - - - - -
232232-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Auguste Longnon, Dictionnaire topographique du département de la Marne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 380 p. (lire en ligne), p. 226.
  2. « N°20212 - Décrets impériaux (contre-signés par le Garde des sceaux, ministre de la justice) du 23 novembre 1865 », Bulletin des lois, no 1227,‎ , p. 25 (lire en ligne, consulté le 22 janvier 2019) sur Google books.
  3. Journal officiel du 11 août 1921, p. 9449.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP), (consulté le 19 juillet 2015), p. 2.
  6. « Arrêté préfectoral du 29 mai 2013 portant création du nouvel Établissement public de coopération Intercommunale issu de la fusion de la Communauté de communes Champagne et Saulx, de la Communauté de communes des Côtes de Champagne, de la Communauté de communes de Saint-Amand-sur-Fion et de la Communauté de communes des Trois Rivières en y incluant la commune isolée de Merlaut », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la préfecture de la Marne, no 5 ter,‎ , p. 8-14 (lire en ligne).
  7. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], (consulté en mars 2017).
  8. Almanach historique administratif et commercial...Matot-Braine, Reims, 1878, p248.
  9. Almanach historique administratif et commercial...Matot-Braine, Reims, 1879, p236.
  10. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  11. « Le nouveau conseil municipal est installé à Reims-la-Brûlée », L'Union,‎ (lire en ligne).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.