Reignac (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Reignac
Reignac (Gironde)
Le centre-bourg depuis la route de Montendre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Blaye
Intercommunalité Communauté de communes de l'Estuaire
Maire
Mandat
Pierre Renou
2020-2026
Code postal 33860
Code commune 33351
Démographie
Population
municipale
1 599 hab. (2017 en augmentation de 11,66 % par rapport à 2012)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 14′ 05″ nord, 0° 30′ 22″ ouest
Altitude Min. 7 m
Max. 65 m
Superficie 37,43 km2
Élections
Départementales Canton de l'Estuaire
Législatives Onzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Reignac
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Reignac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Reignac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Reignac

Reignac est une commune du Sud-Ouest de la France, dans le département de la Gironde (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune, située dans le Blayais (Haute-Gironde), est proche de la Charente-Maritime, dont la limite se trouve à 5 km au nord.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par plusieurs ruisseaux coulant d'est en ouest :

  • la Livenne (sa limite nord), affluent de la Gironde après avoir traversé le réseau des canaux du marais de Braud-et-Saint-Louis) ;
  • le ruisseau du Pas de l'Egron (ou du Pas de Légron), affluent de la Livenne ;
  • la Coulée, qui passe au nord du bourg, affluent de la Livenne ;
  • le ruisseau qui passe entre Reaud et Fraineau, affluent de la rivière des Martinettes ;
  • la rivière des Martinettes (sa limite sud), affluent de la Livenne.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'autoroute A10 (de Bordeaux à Paris, via Saintes, Niort, Poitiers, Tours, Orléans) ; la sortie 38 (vers Blaye) se trouve sur son territoire.

La route nationale 10 (de Bordeaux à Paris, via Angoulême, Poitiers, Tours, Châteaudun, Chartres) passe à une quinzaine de km à l'est de la commune (Cavignac, Montlieu-la-Garde).

La route D 137 (anciennement N 137[1], de Bordeaux à Saint-Malo, via Saintes, Rochefort, La Rochelle, Chantonnay, Nantes, Rennes), passe à Étauliers et Saint-Aubin-de-Blaye.

Reignac est relié à Blaye et à Montendre par la route D 253, à Saint-Ciers-sur-Gironde par la D 18, à Bourg-sur-Gironde (via Saugon et Saint-Christoly-de-Blaye) par la D 132.

Histoire[modifier | modifier le code]

La laiterie du Beau Jard, construite en 1935, s'organise encoopérative en 1951. Elle cesse son activité en 1980, année où elle est regroupée avec la laiterie de Baignes (Charente) dont elle dépendait[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Reignac faisait partie du canton de Saint-Ciers-sur-Gironde (11 communes) jusqu'à la création du canton de l'Estuaire (39 communes) en 2014.

La communauté de communes de l'Estuaire compte 14 communes : toutes celles de l'ancien canton de Saint-Ciers[3] et 4 qui n'en faisaient pas partie.

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
1935 1965 Joseph Lacampagne
(1881-1965)
SFIO Instituteur puis professeur
1965 1977 Edmond Renou SE Agriculteur
1977 1983 Guy Mazaubert (1925-2005) SE Principal de collège
1983 1989 Paul Aurian RPR  
1989 2003 Guy Mazaubert SE Retraité ; démissionne en cours de mandat
2003 2014 Allain Gandré SE  
2014 En cours Pierre Renou SE Artisan
Les données manquantes sont à compléter.
La mairie

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2017, la commune comptait 1 599 habitants[Note 1], en augmentation de 11,66 % par rapport à 2012 (Gironde : +6,72 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4001 4931 5801 4161 6861 8992 0212 0652 216
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2702 3372 2882 2692 2562 1922 1012 1142 056
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0011 9771 9201 7361 7301 6801 6471 5051 505
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 4351 3521 2671 2061 2631 1971 3331 4411 525
2017 - - - - - - - -
1 599--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'activité agricole est importante, notamment la viticulture (450 hectares[9]) : Château Les Bertrands, Château Les Vieux Moulins, Vignobles Dubois et Fils, etc.

Dans le hameau de Reaud, est implantée la SCEA du Vieux Puit (sic), à l'origine spécialisée dans les plants de vigne.

Près de ce hameau, ont été récemment installées des serres photovoltaïques (2019), régies par la société Les Serres du Vieux Puits (filiale de l'entreprise Urbasolar).

Les prairies permanentes occupent environ 1 000 ha.

Une production caractéristique est celle de l'asperge (50 ha).

La forêt occupe une surface importante : 1600 ha (pins, bouleaux, chênes...). Il s'agit de propriétés privées.

Industrie[modifier | modifier le code]

Reignac compte deux scieries dans le hameau de Verdot (scieries Soulard et Delage).

L'entreprise girondine de béton Audoin et Fils a un établissement à Reignac, situé dans le Parc 2 de la zone industrielle Gironde Synergie proche de la sortie de l'autoroute (le Parc 1 étant situé à Saint-Aubin-de-Blaye).

Un projet de parc éolien initié par la Communauté de communes, est actuellement en litige[10].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

La poste


Reignac héberge le Centre de formation multimétiers de Haute-Gironde « Guy Mazaubert », établissement de formation professionnelle par apprentissage régi par la communauté de communes de l'Estuaire.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • l'église paroissiale Saint-Maurice, de style néo-gothique, a un clocher-porche dont la flèche est élancée (59 m) ; elle a été construite à partir de 1869 à l'emplacement d'une église plus ancienne.
  • la Chapelle Notre-Dame-de-Tutiac, à Verdot : la construction date du XIIIème siècle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henry Delage, éleveur du cheval Jappeloup , habitait la commune ; le terrain de sport situé sur la route de Saint-Ciers lui est dédié.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La dénomination D 137 est utilisée pour tous les tronçons déclassés en 2005
  2. « Laiterie du Beau Jard », notice no IA00136050, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Réduites à 10 du fait de la fusion de Marcillac et de Saint-Caprais en Val-de-Livenne.
  4. Voir site de la mairie de Reignac, page Histoire de Reignac
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. Cf. site de la commune, page Patrimoine
  10. Voir site de Sud-Ouest, 8 juin 2013,