Rehaincourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rehaincourt
Image illustrative de l'article Rehaincourt
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Charmes
Intercommunalité Communauté d'agglomération d'Épinal
Maire
Mandat
André Gambrelle
2014-2020
Code postal 88330
Code commune 88379
Démographie
Population
municipale
347 hab. (2015 en augmentation de 2,66 % par rapport à 2010)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 46″ nord, 6° 28′ 12″ est
Altitude 330 m
Min. 314 m
Max. 390 m
Superficie 15,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rehaincourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rehaincourt

Rehaincourt est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est niché dans la vallée de l’Euron qui prend sa source au-delà de Passoncourt dans le vallon de Tantozaine à la limite de la commune de Saint-Genest. Le ruisseau traverse le village, se dirige vers le nord, arrose Damas-aux-Bois puis, après seulement six kilomètres, coule en Meurthe-et-Moselle et se jette dans la Moselle à Bayon.

Le village, à vocation agricole, s’étend sur plus de 1500 hectares dont 380 sont couverts de forêts de chênes, hêtres, charmes et résineux qui abritent d’importantes hardes de cervidés et de sangliers.

L’altitude de la commune s’échelonne de 318 m au carrefour nord de Damas-aux-Bois et Haillainville à 390 m au lieu-dit le Haut de Lorraine, point haut où se rejoignent les territoires des communes d’Haillainville et d’Ortoncourt. À cet endroit précis s’élève une ancienne cheminée géodésique.

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence de murs, de puits, les restes d’un hypocauste et de mosaïques, les morceaux de tuiles, de poteries, ainsi que des armes, des objets métalliques ou des pièces de monnaie témoignent de la présence d’une villa gallo-romaine située sur le plateau du « Haut de Lorraine ».

Rancon curte au XIe siècle - Rancort en 1134 ou Rehencourt en 1431 - Rehaincourt (mentionné sur la carte Mercator en 1564) appartient au bailliage de Châtel-sur-Moselle.

Le village s’est installé à 330 m d’altitude dans la vallée où coule l’Euron qui prend sa source au-delà du hameau de Passoncourt autrefois châtellenie. Décimée par les Suédois en 1635, la population, tombée à 32 habitants en 1710, progresse au XVIIIe siècle et atteint plus de 600 habitants en 1850.

En 1816, l'ancienne commune de Passoncourt est rattachée à Rehaincourt.

Au spirituel, l’église de Rehaincourt est annexe de Moriville et placée sous le patronage du prieuré de Belval à Portieux. L’église actuelle, dédiée à saint Simon et à saint Jude, date de 1834.

La mairie-école est construite en 1824 et l’école de filles en 1844. De 1876 à 1939, la commune est desservie par la petite ligne de chemin de fer reliant Charmes à Rambervillers.

Détruit à plus de 50 % par les Allemands le 5 septembre 1944, Rehaincourt connaît la déportation de 51 hommes de 17 à 55 ans. Avec beaucoup de difficultés, ses habitants parviennent à surmonter cette terrible épreuve.

La commune a été décorée, le 11 novembre 1948, de la Croix de guerre 1939-1945[1].

Aujourd’hui, le village offre un double visage : l’habitat ancien autour de l’église et de la mairie, l’habitat nouveau au centre et au faubourg. Avec quelque 300 habitants depuis les années 1960, la commune poursuit son essor : constructions nouvelles, équipements collectifs et de loisirs. Six exploitations agricoles dont 3 GAEC, un commerce, un artisan et une entreprise de collecte de déchets industriels maintiennent une vie rurale en pleine mutation. La population active trouve des emplois dans les industries ou les services du bassin de la Moselle.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Simon-et-Saint-Jude de Rehaincourt.
  • Au spirituel, l’église de Rehaincourt est annexe de Moriville et placée sous le patronage du prieuré de Belval à Portieux. L’église actuelle, dédiée à saint Simon et à saint Jude, date de 1834.
L'orgue de 1860 a été réalisé par Jean-Nicolas Jeanpierre et Jacquot Jeanpierre y a ajouté un jeu en 1872[2],[3].
  • Monuments commémoratifs[4].
  • Dans les bois de Rehaincourt, à 331 m d’altitude, au lieu-dit « la Tasnière », un petit ruisseau forestier se perd dans une profonde doline. Une cavité souterraine d’environ cinq mètres de hauteur a été dégagée et explorée par des spéléologues au cours des années 1980, ce qui a donné lieu à un classement parmi les sites réputés dangereux. Aujourd’hui, des arbres, des branchages et de la terre obstruent totalement le fond de l’entonnoir mais par fortes pluies, une mare se forme puis se vide après quelques jours. La résurgence est située à près d’un kilomètre sur le territoire de Damas-aux-Bois au lieu-dit Conroy à la cote 319 m.
  • L'ancien moulin à eau de Rehaincourt (1340-1945), détruit durant la deuxième guerre mondiale[5].


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

Mairie-école

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[6] :

  • total des produits de fonctionnement : 238 000 , soit 687 par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 209 000 , soit 605 par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 23 000 , soit 66 par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 99 000 , soit 287 par habitant.
  • endettement : 13 000 , soit 37 par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 18,09 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 10,25 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 27,27 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 17,39 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1896 mai 1912 Gabriel Forterre    
juin 1912 octobre 1923 Jean-François Joseph Vilmin    
novembre 1923 mai 1927 Camille Galland    
juin 1927 avril 1935 Alphonse Balland    
mai 1935 février 1945 Camille Jobert    
février 1945 mai 1945 Henri George    
mai 1945 octobre 1947 Edmond Mangin    
octobre 1947 avril 1959 Maurice Remy    
mai 1959 avril 1963 Jean Mengin    
avril 1963 mars 1983 Roger Richard    
mars 1983 avril 1995 Jean-Claude Grandidier    
avril 1995 en cours
(au 18 février 2015)
André Gambrelle    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2015, la commune comptait 347 habitants[Note 1], en augmentation de 2,66 % par rapport à 2010 (Vosges : -2,03 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
380 380 431 482 574 600 623 639 625
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
573 566 521 496 502 526 488 431 408
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
437 373 333 329 329 237 293 314 297
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015 -
300 315 306 309 327 330 335 347 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Animation[modifier | modifier le code]

Le club de football local, l'ASRM, associe Rehaincourt et Moriville.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]