Regina Spektor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Regina Spektor
Description de l'image Regina Spektor black and white.jpg.
Informations générales
Nom de naissance Regina Ilyinitchna Spektor
Naissance (37 ans)
Moscou, Drapeau de l'URSS Union soviétique
Activité principale Chanteuse, musicienne, parolière
Genre musical Rock, anti-folk
Instruments Piano
Années actives Depuis 2000
Site officiel reginaspektor.com

Regina Ilyinichna Spektor (cyrillique : Реги́нa Ильи́нична Спе́ктор) est une musicienne américaine d’origine russe qui est chanteuse, compositrice et pianiste. Sa musique est habituellement associée à la scène anti-folk.

Jeunes années[modifier | modifier le code]

Née à Moscou (URSS) le 18 février 1980 d'un père photographe et d'une mère professeur de musique, Regina Spektor baigne dans la musique classique depuis sa plus tendre enfance. Son père, qui met la main sur les enregistrements de chanteurs d'Europe occidentale par le biais d'amis, lui fait découvrir la musique des Beatles, de Queen et de The Moody Blues[1]. En 1989, la famille quitte l'Union soviétique à la suite de la perestroïka : Regina n'a alors que 9 ans et demi.

Après avoir vécu en Autriche puis en Italie, les Spektor sont admis aux États-Unis en tant que réfugiés. Ils s'installent alors dans le Bronx (New York).

Début de carrière[modifier | modifier le code]

En début de carrière, alors loin de sa notoriété actuelle, Regina Spektor fait la tournée des bars aux États-Unis et en Europe. Elle se produit alors une cinquantaine de fois dans un café parisien, avouant n’avoir pour seul véritable public que ses amis venus la soutenir. Elle est également à l’affiche du Café de la danse durant cette même période[2].

En proie à des difficultés financières, elle confie avoir cumulé de multiples « petits boulots », notamment celui de chasseur de papillons. Rémunérée dix dollars de l’heure, elle assure n’avoir jamais fait quelque chose d’aussi étrange dans sa vie[2].

Premiers albums[modifier | modifier le code]

En 2003, elle assure la première partie des Kings of Leon sur leur tournée européenne, et surtout des Strokes aux États-Unis, jouant devant des milliers de spectateurs chaque soir. Elle enregistre également un duo avec eux, Modern Girls and Old Fashioned Men, disponible sur leur single Reptilia.

En 2005, elle sort son troisième album intitulé Soviet Kitsch. Enregistré entre New York et Londres, il a été coproduit par Gordon Raphael (producteur également des Strokes) et Alan Bezozi.

Maturité[modifier | modifier le code]

Regina Spektor.

Son quatrième album Begin To Hope est sorti le en Europe. Fin , les ventes de l’album dépassaient les 300 000 exemplaires sur le seul territoire américain.

Elle a également participé au CD venant en aide au Darfour Make Some Noise, elle y chante un titre de John Lennon.

La chanson Après moi (de l’album Begin To Hope) fait partie de la track-list de l’album de reprises de Peter Gabriel Scratch my Back sorti le 15 février 2010. En retour, elle reprend Blood of Eden sur l'album "retour" And I'll Scratch Yours.

Lors de sa tournée européenne de 2010, elle enregistre à Londres l'album Live in London.

En 2012, elle sort le single All the rowboats le 28 février suivi de l'album What We Saw from the Cheap Seats trois mois plus tard, le 29 mai. En avril/mai, elle se produit sur scène lors d'une tournée nord-américaine et enchaîne en été sur une nouvelle tournée européenne pour la promotion de ce nouvel album.

Discographie[modifier | modifier le code]

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Plusieurs titres de Regina Spektor sont inclus dans les bandes originales de séries TV ou de long métrages :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Soundcheck (2004-11-18) "Hot Hot Hot"". New York Public Radio.
  2. a et b Europe 1 - Thierry LECAMP - Émission du 23 mars 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]