Regina Derieva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Regina Derieva
Description de l'image Regina_Derieva.jpg.
Naissance
Odessa, Ukraine
Décès (à 64 ans)
Stockholm, Suède
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture russe

Regina Derieva (en russe : Реги́на Ио́сифовна Дери́ева), née le à Odessa, en Ukraine soviétique, et morte le à Stockholm, en Suède, (à 64 ans), est une poétesse et écrivaine russe. Elle est l'auteure d'une trentaine de livres, recueils de poésie, d'essais et de prose[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en Ukraine soviétique dans une famille de confession juive[1], elle passe sa jeunesse au Kazakhstan. De 1965 à 1990, elle vit et travaille à Karaganda, où elle suit des études universitaires, en musique, en philologie russe et en littérature[2].

Son premier poème est publié en 1965. Pourtant, ses écrits sont censurés par les autorités soviétiques et ne parviennent pas à être publiés. Son travail retient l'attention du poète Joseph Brodsky qui lui suggère de quitter l'Union soviétique[2]. En 1971, accompagnée de son mari et de son fils, elle émigre en Israël, mais ne peut obtenir la nationalité israélienne en raison de sa conversion au catholicisme[1].

À partir de 1999, elle s'établit à Stockholm jusqu'à sa mort.

Son travail a été traduit en de nombreuses langues, dont l'anglais, le français, l'arabe, le suédois, l'italien et le chinois.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Handwriting (russe: Почерк). Alma-Ata: Zhazuchy, 1978.
  • Life Junction (russe: Узел жизни). Alma-Ata: Zhazuchy, 1980.
  • The First Sledge Road of Winter (russe: По первопутку). Alma-Ata: Zhazuchy, 1985.
  • Two Skies (russe: Два неба). Alma-Ata: Zhazuchy, 1990.
  • Absence (russe: Отсутствие). Tenafly, NJ: Hermitage, 1993.
  • Prayer of the Day (russe: Молитва дня). Jerusalem: Radost' Voskresenia Publishers, 1994.
  • The Last War (Sound book). © 1998 by Holyland Records Ltd. Compact disk.
  • De profundis (en russe). Jerusalem: Magnificat Institute, 1998.
  • Via Crucis (en anglais, italien, et russe). Jerusalem: Magnificat Institute, 1998.
  • Inland Sea and Other Poems. South Shields, UK: The Divine Art, 1998.
  • Winter Lectures for Terrorists (russe: Зимние лекции для террористов). London: Horse Books, 1998.
  • I nuovi fioretti di S. Francesco (en italien et en arabe). East Jerusalem: Artistic Press, 1998.
  • The Pilgrim's Star. South Shields, UK: The Divine Art, 1999.
  • L'Etoile du Pelerin. South Shields, UK: The Divine Art, 1999.
  • Instructions for Silence (en français, anglais, et russe). Jerusalem: Abbaye de Latroun, 1999.
  • In Commemoration of Monuments (en anglais et en russe). East Jerusalem: Art Printing Press, 1999.
  • Fugitive Space (russe: Беглое пространство). Stockholm: Hylaea, 2001.
  • The Last Island (en anglais et en russe). Stockholm: Hylaea, 2002.
  • Himmelens Geometri. Skelleftea, Sweden: Norma-Artos, 2003.
  • A Collection of Roads: Selected Poems (russe: Собрание дорог). St. Petersburg: Aletheia, 2005.
  • Alien Matter. New York: Spuyten Duyvil, 2005[3].
  • Allt som tolv kejsare inte hunnit säga (en suédois et en anglais). Stockholm: Ars Interpres Publications, 2006.
  • Oavbrutet svarta bilder. Göteborg: Carl Forsbergs bokförlag, 2007.
  • The sum total of violations UK: Arc Publications, 2009. Cover art by Michael Zansky.
  • Corinthian Copper. Grosse Pointe Farms, MI: Marick Press, 2010.

Essais[modifier | modifier le code]

  • Three Possibilities to See the Kingdom of God. Jerusalem: Alphabet Publishers, 1994.
  • The Meaning of Mystery. Jerusalem: Proche-Orient Chrétien and Modex, 1998.

Prose[modifier | modifier le code]

  • In the World of Awful Thoughts (russe: В мире страшных мыслей). East Jerusalem: Art Printing Press, 1998.
  • The World is Full of Fools (russe: Придурков всюду хватает). Moscow: Tekst, 2002.

Références[modifier | modifier le code]

Cet article est tiré en partie de l'article en anglais Regina Derieva.

  1. a b et c (en)Regina Derieva obituary The Guardian.com, 8 janvier 2014
  2. a et b (en)Now more than ever, “white on white”: Regina Derieva (1949-2013) Bookhaven.stanford.edu
  3. Tomas Venclova, "White on White," Review of Regina Derieva’s Alien Matter. The New Criterion 25 (June 2007) [1] and Julia Istomina, "The Arm of Displacement," Review of Regina Derieva’s Alien Matter. Salt Magazine 1 (April 2007). erreur modèle {{Lien archive}} : renseignez un paramètre « |titre= »

Liens externes[modifier | modifier le code]