Regesta Imperii

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Regesta Imperii sont une collection de documents fondamentaux pour l'histoire allemande et européenne : le projet commencé au XIXe siècle est encore continué par l'Académie autrichienne des sciences et l'Académie des sciences et des lettres de Mayence.

Description[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un inventaire par ordre chronologique de toutes les sources documentaires et historiographiques sur les rois allemands de Rome, depuis les Carolingiens jusqu'à Maximilien Ier, ainsi que sur les papes du haut Moyen Âge. Les sources sont collectées et triées de façon à présenter une reproduction exacte de la forme et du contenu des documents et des informations historiographiques dans une version abrégée. Ce ne sont donc pas des éditions critiques, mais un moyen simple d'accéder à ces documents.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le projet a été fondé par Johann Friedrich Böhmer, bibliothécaire de la ville de Francfort : il commence en 1829 à recueillir les sources sur les empereurs et les rois allemands. À l'origine conçu comme un travail préliminaire à l'éditions des sources dans la collection Monumenta Germaniae Historica, les Regesta Imperii ont pris une ampleur telle qu'ils sont devenus une œuvre autonome. Bien que la forme de courtes notices (Kurzregeste) soit préférée dans les éditions de sources documentaires, les Regesta Imperii se sont développés sous la forme de notices complètes (Vollregeste). Les volumes plus anciens ne présentent les sources que sur les rois et les empereurs allemands. Les volumes plus récents présentent aussi des documents et des chroniques d'autres institutions ou acteurs qui peuvent cependant contribuer à l'histoire du Saint Empire.

Pour Louis IV de Bavière, Frédéric III ou Venceslas de Luxembourg l'abondance du matériel n'a pas permis d'y ajouter l'évaluation historiographique des sources. Pour Maximilien Ier n'a été travaillée qu'une sélection correspondant à peu près à un cinquième du matériau total.

Ramifications du projet[modifier | modifier le code]

Dans ce projet s'inscrit la base de données de littérature RI-Opac (Regesta Imperii), qui contenait en septembre 2014 environ 1,8 million d'entrées de titres relatifs à l'histoire médiévale de l'ensemble de l'espace européen.

La majorité des volumes publiés sont numérisés.

La révision des Regesta Imperii est un projet de l'Académie des sciences et des lettres de Mayence (Akademie der Wissenschaften und der Literatur, AdW-Mainz) et du Groupe de travail Regesta Imperii de l'Institut des études médiévales de l'Académie autrichienne des sciences à Vienne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Die Regesta imperii im Fortschreiten und Fortschritt (= Forschungen zur Kaiser- und Papstgeschichte des Mittelalters. Bd. 20), =Cologne / Weimar / Vienne, Böhlau, (ISBN 3-412-10899-5)
  • Jan Paul Niederkorn, « Julius von Ficker und die Fortführung der Regesta Imperii vom Tod Böhmers (1863) bis zu ihrer Übernahme durch die Kaiserliche Akademie der Wissenschaften in Wien (1906) », dans Karel Hruza, Paul Herold (éd.), Wege zur Urkunde, Wege der Urkunde, Wege der Forschung. Beiträge zur europäischen Diplomatik des Mittelalters, Vienne / Cologne / Weimar, Böhlau, coll. « Forschungen zur Kaiser- und Papstgeschichte des Mittelalters » (no 24), (ISBN 3-205-77271-7), p. 293–302
  • (de) Dieter Rübsamen et Andreas Kuczera, « Verborgen, vergessen, verloren? Perspektiven der Quellenerschließung durch die digitalen Regesta Imperii », dans Rainer Hering, Jürgen Sarnowsky, Christoph Schäfer & Udo Schäfer (éd.), Forschung in der digitalen Welt. Sicherung, Erschließung und Aufbereitung von Wissensbeständen. Tagung des Staatsarchivs Hamburg und des Zentrums‚ Geisteswissenschaften in der digitalen Welt an der Universität Hamburg am 10. und 11. April 2006, Hambourg, coll. « Veröffentlichungen aus dem Staatsarchiv der Freien und Hansestadt Hamburg » (no 20), , PDF (lire en ligne), p. 109–123

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de traduction[modifier | modifier le code]