Regalia du Saint-Empire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les regalia du Saint-Empire sont les insignes et ornements du souverain élu à la tête du Saint-Empire romain germanique. Couronne, sceptre, orbe crucigère, ainsi que d'autres objets forment les regalia du trésor impérial aujourd'hui conservé à Vienne.

Leurs origines remonte à Charlemagne, conquérant d'un puissant empire, consacré par l'autorité papale en 800, qui englobait entre autres la France, l'Allemagne, et l'Italie actuelle, mais la tradition germanique s'ancre à partir du règne d'Otton le Grand.

Après la fin du Saint-Empire en 1806, les regalia sont réinvestis par la couronne autrichienne puis sont l'objet de dispute et servent d'outils propagandistes au moment de la formation du Troisième Reich.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Charlemagne, portant les regalia impériales. Portrait imaginaire exécuté par Albrecht Dürer (1512).
« Reproduction des ornements et regalia impériaux », gravure de la fin du XVIIe siècle représentant l'empereur Sigismond (Bibliothèque princière Waldeck).
« Reproduction du grand Sanctuaire à Nuremberg » avec la Sainte Lance (gravure, fin XVIIe).
Les Regalia reproduits dans une encyclopédie allemande (Leipzig, 1909).

En 800, Charlemagne est sacré empereur à Rome : il n'existe aucune trace certaine de la couronne ou des insignes impériaux du souverain. Après le partage de l'empire, et la disparition d'un pouvoir central, s'enracine alors un mythe qui va prendre deux aspects : le pouvoir royal en France va bâtir ses regalia sur d'hypothétiques couronnes de Charlemagne, tandis que les souverains centraux européens, vont en fonder d'autres, chacun se déclarant détenteur des insignes originaux.

Les noms utilisés pour ses regalia sont, en latin, insignia imperialia, regalia insignia, insignia imperalis capellae quae regalia dicuntur. Le latin est la lingua franca en Europe jusqu'au XVe siècle.

En allemand, ils vont être appelés Reichsinsignien (insignes impériaux), Reichskleinodien (joyaux impériaux) réunis au sein du Reichsschatz (trésor impérial).

Un inventaire du château de Trifels en 1246 les désigne comme signes impériaux (Keiserliche Zeichen). Les termes employés sont liés à la personne ou a la fonction. De plus, jusqu'à Charles IV, des éléments sont ajoutés, d'autres retirés ou échangés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plusieurs inventaires médiévaux sont conservés avec cinq ou six objet mentionnés. Dans ses Speculum regum (1183), Godefroi de Viterbe en énumère cinq : Sainte Croix (reliques de la Vraie Croix), Sainte Lance, Sceptre, Orbe et Épée. L'épée ou glaive n'est pas mentionnée dans d'autres listes. Il est ardu d'identifier certains objets dans une source du Haut Moyen Âge ou du Moyen Âge tardif dans la mesure où les mentions encore plus tardive parlent de couronnement in kaiserliche Insignien gekleidet, c'est-à-dire « vêtu d'insignes impériaux » sans plus de précisions. Par contre, l'identification de la Sainte Lance et de la Croix impériale sont évidentes, ces objets étant antérieurs à la période médiévale et abondamment cités. Jusqu'au XVe siècle, les regalia n'ont pas de lieu fixe car ils accompagnent l'empereur lors de ses voyages à travers le royaume. La couronne du Saint-Empire remonterait à la fin du Xe siècle, mais sa forme originelle diffère sensiblement de l'actuelle.

Conservés depuis 1424 dans la ville impériale de Nuremberg en Franconie, le Conseil de la ville, à l’approche des troupes françaises menaçantes, les fait transférer à Ratisbonne en 1796. Puis ils sont envoyés en 1800 à Vienne. La menace française s’approchant de la capitale, on les confie à un certain baron von Hügel jusqu’à ce que leur sécurité puisse être assurée. Après la dissolution du Saint Empire en 1806, von Hügel profite du flou juridique pour revendre les Reichskleinodien à l’empereur d’Autriche, qui refuse de les restituer plus tard à la ville de Nuremberg et les conserve dans la Chambre du Trésor (de) (Schatzkammer). Ils restent donc dans le palais du Hofburg Vienne comme propriété des Habsbourg puis, après la révolution de 1918, de l’État autrichien.

Après l’annexion de l’Autriche par l'Allemagne nazie en 1938, Adolf Hitler, les fait rapporter dans un train spécial à Nuremberg. Quand les alliés bombardent la ville, il ordonne que le trésor soit abrité dans l'Historischer Kunstbunker (en) sous le château de Nuremberg. Les regalia sont saisis dans ce bunker le par un enquêteur spécialisé en œuvres d'art, le lieutenant Walter Horn (en) qui en prend officiellement possession, au nom du gouvernement américain. Les Reichskleinodien sont restitués en , à l’État autrichien et sont depuis conservés dans la Schatzkammer du palais du Hofburg à Vienne[1].

Inventaire[modifier | modifier le code]

On peut citer :

Les insignes impériaux sont classés en deux ensembles selon le lieu où ils ont été conservés, de 1424 à 1796 à Nuremberg, ou jusqu'en 1794 à Aix-la-Chapelle.

Regalia d'Aix-la-Chapelle Objet conservé à Vienne Probables lieu d'origine et période de production
Évangéliaire du couronnement (Reichsevangeliar ou Krönungsevangeliar)
Krönungsevangeliar Wien Schatzkammer.jpg
Aix-la-Chapelle, fin du VIIIe siècle (manuscrit), XVe siècle (reliure).
Bourse de Saint-Étienne (Stephansbursa)
St Stephan's Purse of HRE front.jpg
Période carolingienne, première moitié du IXe siècle.
Sabre de Charlemagne (Säbel Karl des Großen)
Aachen city hall Imperial Regalia replicas.jpg
Europe occidentale, deuxième moitié du IXe siècle.
Regalia de Nuremberg Objet conservé à Vienne Probables lieu d'origine et période de production
Couronne du Saint-Empire (Reichskrone, Krone der Römisch-deutscher Könige und Römisch-deutscher Kaiser)
Weltliche Schatzkammer Wien (190)2.JPG
Europe occidentale, deuxième moitié du Xe siècle.
Crucifix de l'Empire (Reichskreuz)
Crucifix de l'Empire.jpg
Europe occidentale, vers 1024-1025.
Sainte Lance (Heilige Lanze), dite Sainte Lance de Longin ou Longinus
Heilige Lanze 02.JPG
Origine lombarde, VIIe siècle.
Reliques de la Vraie Croix (Kreuzpartikel)
Weltliche Schatzkammer Wien (181).JPG
Épée impériale (Reichsschwert)
Reichsschwert mit Scheide.jpg
Avec fourreau, Allemagne, deuxième tiers du XIe siècle.
Orbe impérial (Reichsapfel)
Weltliche Schatzkammer Wien (200).JPG
Allemagne occidentale, fin du XIIe siècle.
Manteau du couronnement (Krönungsmantel) (Pluviale)
Weltliche Schatzkammer Wienc.jpg
Palerme, 1133-34.
Aube impériale (Alba der Reichskleinodien)
Weltliche Schatzkammer Wien (164).JPG
Palerme, 1181.
Dalmatique impériale (Dalmatica, Tunicella)
Detail Saumborte Dalmatica.jpg
Palerme, vers 1140.
Chausses impériales
Strümpfe Handschuhe Schuhe Delsenbach Reichskleinodien.jpg
Palerme, vers 1170.
Chaussures impériales
Schuhe Reichskleinodien Wien Schatzkammer.jpg
Palerme, vers 1130 ou vers 1220.
Gants impériaux
Handschuh Palermo.jpg
Palerme, vers 1220.
Épée de cérémonie (Zeremonienschwert)
Zeremonienschwert Wien Schatzkammer 2.jpg
Palerme, vers 1220.
Étole impériale (Stola)
Stola Wien Schatzkammer 1.jpg
Italie centrale, avant 1338.
Dalmatique à l'Aigle (Adlerdalmatica)
Weltliche Schatzkammer Wien (166).JPG
Allemagne du sud, avant 1350.
Sceptre (Zepter)
Reichsinsignien-hist-m-ffm001.jpg
Allemagne, première moitié du XIVe siècle.
Goupillons Allemagne, première moitié du XIVe siècle.
Reliquaire avec maillons de chaînes Rome ou Prague, vers 1368.
Reliquaire avec un morceau de vêtement de Saint Jean l'Evangéliste Rome ou Prague, vers 1368.
Reliquaire avec un fragment de la crèche du Christ Rome ou Prague, vers 1368.
Reliquaire avec un os du bras de Sainte-Anne Probablement Prague après 1650.
Reliquaire avec une dent de Jean le Baptiste Bohême, après 1350.
Boite (Futteral) de la couronne impériale Prague, après 1350.
Reliquaire avec un fragment de la nappe de la Cène
Last supper tablecloth, Ecclesiastical Treasury.jpg
Daté de 1518, Nuremberg, par Hans Krug.

Collection présente à Vienne[modifier | modifier le code]

Des pièces conservées au Hofburg, la plus ancienne est probablement la Sainte Lance, qui remonte à Henri Ier de Germanie. C'est une Flügellanze, une lance comportant deux pièces latérales et opposées à la base du fer, d'époque carolingienne.

La couronne impériale est mentionnée par la poésie médiévale autour de 1200, en particulier par son joyau L'Orphelin, un diamant de grande taille.

Voyages[modifier | modifier le code]

Ruines du cloître de Limburg, près de Bad Dürkheim, un des lieux de conservation identifiés.

Jusqu'au XVe siècle, les insignes impériaux ne sont pas conservés dans un endroit fixe : ils accompagnent souvent le souverain dans ses voyages à travers l'Empire et leur possession est primordiale dans le cas de contestations de sa légitimité. Plusieurs places-fortes et lieux sûrs ont néanmoins été identifiés durant cette période :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 2003, pour la réalisation d'un documentaire, une expertise a été réalisée, par le Docteur Robert Feather, ingénieur métallurgiste britannique, qui a reçu du Musée de la Hofburg, l'autorisation d'examiner, non seulement la lance dans un environnement de laboratoire, mais à retirer les délicates bandes d'or de l'étui et les fils d'argent qui recouvrent la lance. L'expertise a été réalisée au moyen de la technique de la spectrométrie de fluorescence X. La date la plus probable de la fabrication du fer de lance se situerait autour du VIIe siècle apr. J.-C., (un siècle plus tôt que l'estimation précédente). Le Dr Feather a déclaré que la tige de fer de sept pouces de longueur (prétendue être un clou de la crucifixion), martelée dans la lame, et mise en valeur par de minuscules croix en laiton, contenait pourtant des traces de cobalt mais que ce morceau de fer ne pouvait pas provenir d'un clou romain du Ier siècle apr. J.-C.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sceptre.

(de) - Document utilisé pour la rédaction de l’article

  • Franz Bock : Die deutschen Reichskleinodien mit Hinzufügung der Krönungs-Insignien Böhmens, Ungarns und der Lombardei in geschichtlicher, liturgischer und archäologischer Beziehung, 1. Theil (Einfache Ausgabe). Vienne, 1860.
  • Julius von Schlosser : Die Schatzkammer des Allerhöchsten Kaiserhauses in Wien, dargestellt in ihren vornehmsten Denkmälern. Mit 64 Tafeln und 44 Textabbildungen. Schroll, Vienne, 1918
  • Hermann Fillitz : Die Insignien und Kleinodien des Heiligen Römischen Reiches. Schroll, Vienne, Munich, 1954.
  • Fritz Ramjoué : Die Eigentumsverhältnisse an den drei Aachener Reichskleinodien. Kohlhammer, Stuttgart 1968
  • Wilhelm Schwemmer : Die Reichskleinodien in Nürnberg 1938–1945. In : Mitteilungen des Vereins für Geschichte der Stadt Nürnberg, vol. 65, 1978, pp. 397–413.
  • Annamaria Böckel : Heilig-Geist in Nürnberg. Spitalstiftung & Aufbewahrungsort der Reichskleinodien. Nürnberger Schriften 4, Böckel, Nuremberg 1990, (ISBN 3-87191-146-1).
  • Ernst Kubin : Die Reichskleinodien. Ihr tausendjähriger Weg. Amalthea, Vienne, Munich 1991, (ISBN 3-85002-304-4).
  • Alexander Thon : Die Reichkleinodien. Einst auf Burg Trifels : Herrschaftszeichen, Reliquien und Krönungsgewänder. In : Karl-Heinz Rothenberger (Hrsg.) : Pfälzische Geschichte, vol. 1.2, éd. Institut für Pfälzische Geschichte und Volkskunde, Kaiserslautern 2002, (ISBN 3-927754-43-9), pp. 220–231.
  • Heinrich Pleticha : Des Reiches Glanz. Reichskleinodien und Kaiserkrönungen im Spiegel der deutschen Geschichte. Herder, Fribourg-en-Brisgau. a. 1989, (ISBN 3-451-21257-9) (réimpression : Flechsig, Würzburg 2003, (ISBN 3-88189-479-9).
  • Wilfried Seipel (Hrsg.) : Nobiles Officinae. Die königlichen Hofwerkstätten zu Palermo zur Zeit der Normannen und Staufer im 12. und 13. Jahrhundert. Milan, 2004, (ISBN 3854970765).
  • Peter Heigl : Der Reichsschatz im Nazibunker / The Imperial Regalia in the Nazibunker. Nuremberg 2005, (ISBN 3-9810269-1-8).
  • Alexander Thon : Vom Mittelrhein in die Pfalz. Zur Vorgeschichte des Transfers der Reichsinsignien von Burg Hammerstein nach Burg Trifels im Jahre 1125. In : Jahrbuch für westdeutsche Landesgeschichte 32, 2006, pp. 35–74.
  • Gesellschaft für staufische Geschichte (Hrsg.) : Die Reichskleinodien, Herrschaftszeichen des Heiligen Römischen Reiches. Göppingen 1997, (ISBN 3-929776-08-1).
  • Sabine Haag (Hrsg.) : Meisterwerke der Weltlichen Schatzkammer. Kunsthistorisches Museum, Wien, 2009, (ISBN 978-3-85497-169-6).
  • Johann Wolfgang Goethe : Dichtung und Wahrheit. Erster Teil, Fünftes Buch. (Description du couronnement de Joseph II).
  • Jan Keupp, Hans Reither, Peter Pohlit, Katharina Schober, Stefan Weinfurter (Hrsg.) : „… die keyserlichen zeychen …“ Die Reichskleinodien – Herrschaftszeichen des Heiligen Römischen Reiches, Regensburg 2009, (ISBN 978-3-7954-2002-4).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]