Redueña

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Redueña
Blason de Redueña
Héraldique
Drapeau de Redueña
Drapeau
Vue générale de Redueña
Vue générale de Redueña
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Madrid Communauté de Madrid
Comarque Sierra Norte
District judic. Torrelaguna
Maire
Mandat
María De Las Mercedes Pérez González (PP)
2015-2019
Code postal 28721
Démographie
Gentilé Cigüeños
Population 259 hab. (2015)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 48′ 59″ N 3° 36′ 12″ O / 40.816389, -3.60333340° 48′ 59″ Nord 3° 36′ 12″ Ouest / 40.816389, -3.603333
Altitude 818 m
Superficie 1 303 ha = 13,03 km2
Divers
Saint patron Sainte-Lucie
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Redueña

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Redueña
Liens
Site web http://www.reduena.com

Redueña est une commune de la Communauté de Madrid, en Espagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de Redueña sur la carte de la Communauté de Madrid

La commune se trouve à 55 km au nord-est de Madrid dans le bassin de la rivière Jarama. Elle appartient à la comarque informelle de la Sierra Norte, située à l'extrême Nord de la Communauté de Madrid.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Redueña
La Cabrera La Cabrera Torrelaguna
Cabanillas de la Sierra Redueña Torrelaguna
Venturada El Vellón El Vellón

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Redueña est implantée sur le versant Sud du système central, une chaîne de montagnes qui marque la séparation entre les parties Nord et Sud du haut-plateau de la Meseta. Plus précisément, elle est située sur les contreforts Sud de la sierra de La Cabrera, un éperon rocheux faisant partie de la sierra de Guadarrama.

Le noyau urbanisé est construit entre le ravin "del Chorrillo" et celui "del Moral" et se trouve à l'extrémité d'un cône de déjection s'orientant vers l'ouest et la vallée de la rivière Jarama. D'un point de vue géomorphologique, cette dépression centrale orientée Nord-Ouest - Sud-Est est appelée "fosse de Redueña" ou "fosse de Torrelaguna - Redueña" et constitue le prolongement de la "fosse de Guadalix - Venturada"[1]. On trouve autour du ruisseau de las Huertas des alluvions datant de l'Holocène puis, plus haut, une terrasse alluviale du Pléistocène supérieur et, enfin, le cône de déjection du Pléistocène moyen.

Au nord et au sud s'élèvent des coteaux d'une altitude allant de 800 m à 1000 m. Au nord, on trouve des affleurements de roches et de graviers remontant au Paléogène puis au Néogène à des altitudes plus élevées. Au sud, il s'agit de dolomies remontant au Crétacé.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de las Huertas, anciennement appelé ruisseau de Santa Lucia du nom de la sainte patronne du village, est le seul cours d'eau qui traverse la commune avant de rejoindre le ruisseau de San Vicente, sur le territoire de Torrelaguna. Il devait certainement par le passé avoir un débit plus important, mais il est de nos jours régulièrement asséché au cours de l'année.

Par ailleurs, Redueña est traversée du Nord au Sud par le haut canal d'Isabel II, dont le tracé est principalement enfoui. Il assure l'alimentation en eau de la commune dont la consommation était en 2014 de 74,26 m³ par habitant et par an[2].

Une petite station d'épuration des eaux résiduelles fut construite en 1986 sur le cours du ruisseau de las Huertas. Station expérimentale, le "filtre vert de Redueña" conjugue l'action du sol, de plantes et de micro-organismes. Elle a une grande valeur éducative pour les professionnels des sciences environnementales, les décideurs locaux et les habitants[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Redueña est de type méso-méditerranéen avec des étés chauds et secs et des hivers assez froids et relativement humides. La station météorologique la plus proche est située à 19 km, sur la commune de Colmenar Viejo.

Valeurs climatiques normales 1982-2010 de la station de Colmenar Viejo (40° 41' 46 N, 3° 45' 54 O, 1004 m)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,6 2,5 4,7 5,7 9,6 14,1 17,4 17,6 13,8 9,4 4,9 2,5 8,6
Température maximale moyenne (°C) 8 10 13,9 15,2 20 26 30 29,7 24,3 17,4 11,7 8,7 17,9
Précipitations (mm) 52 41 36 52 57 28 14 16 36 76 78 68 537
Humidité relative (%) 77 70 61 60 58 48 40 42 54 70 75 78 61
Source : Agencia Estatal de Meteorología (AEMET)[4]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie de la proximité de l'autoroute A-1 qui permet d'atteindre en approximativement 45 minutes le centre de Madrid. Elle est traversée d'Ouest en Est par les derniers kilomètres de la route nationale N-320 qui la relie également en 45 minutes à la capitale provinciale de Guadalajara. Cet axe structurant permet de rejoindre les communes voisines, le relief escarpé au Nord et au Sud de la commune ne permettant pas de liaisons routières. La route locale M-911 le relie au centre ville et se prolonge au nord-ouest jusqu'à Cabanillas de la Sierra. Enfin, la commune est traversée d'Ouest en Est sur les coteaux au nord du bourg par les chemins de service du haut canal d'Isabel II.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Redueña est desservie par deux lignes de bus interurbaines gérées par le Consortium régional de transports de Madrid[5]. Une à deux fois par jour, la ligne 197 (Madrid (Plaza de Castilla) - Torrelaguna / Uceda) permet de rejoindre ou de venir de la capitale en passant en partie par la province de Guadalajara. La ligne 197C (Torrelaguna - Cabanillas - Valdemanco) effectue 3 à 4 arrêts par jour de semaine afin de relier des communes avoisinantes.

Par ailleurs, la Mancomunidad du Haut Jarama propose à raison de deux à quatre passages par jour un service de transports en bus entre Redueña, Torrelaguna, Torremocha de Jarama, Patones et El Altazar.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le bourg-centre est organisé autour du cœur historique du village et se prolonge par deux ensembles de constructions plus récentes : "las tres casas" à l'est et "los cardosos" au nord. La très grande majorité du territoire communal n'est pas urbanisée.

Occupation des sols de Redueña en 2012[2]
Type d'occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 1,46 % 18,98
Espace urbain non construit 3,17 % 41,26
Espace non urbanisable protégé 95,37 % 1243,04

Logement[modifier | modifier le code]

En 2011, le nombre total de logements sur la commune était de 255, dont 52,94 % de résidences principales, 35,29 % de résidences secondaires et 11,77 % de logements vacants[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Deux explications sont souvent attribuées à l'origine du nom de Redueña[6],[7]. Elles ont toutes deux à voir avec la coexistence sur le territoire de la commune, probablement vers la fin du XVe ou le début du XVIe siècles, de cabanes de bergers ségoviens et d'une riche propriétaire ("dueña" en espagnol). Les cabanes étant situées près du ruisseau de las Huertas, le village aurait été désigné dans la région comme celui "à côté du ruisseau de la propriétaire" ("junto al río de la dueña"). Mais, selon plus de vraisemblance, la propriétaire aurait porté litige et obtenu le paiement d'une redevance pour l'occupation et l'utilisation des terres. Apprenant le verdict, elle se serait exclamée : "Si auparavant j'étais propriétaire, à présent je le suis doublement !" ("¡Si antes era dueña, ahora soy redueña¡").

Histoire[modifier | modifier le code]

Zone archéologique[modifier | modifier le code]

Une résolution du 29 décembre 1989[8] reconnaît la zone archéologique de Redueña comme Bien d'intérêt culturel. Elle s'étend sur une bande traversant d'est en ouest le territoire communal, la route N-320 correspondant à sa limite Sud (sauf au niveau du kilomètre 4,5, où elle s'étend de 250 mètres plus au sud) et le cimetière communal sa limite Nord. Cette zone archéologique suit plus ou moins le cours du ruisseau de las Huertas autour duquel a été retrouvé la majorité du matériel archéologique, en particulier sur sa rive gauche. Elle couvre une surface totale de 388,5 hectares soit 29,8 % de la superficie de la commune.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces d'occupations humaines à Redueña remontent au Paléolithique inférieur, et plus précisément à l'Acheuléen moyen, soit entre 800 000 et 600 000 ans avant notre ère[1]. L'industrie lithique du Haut Jarama semble en effet avoir été relativement importante durant cette période, et suggère l'existence de campements autour des deux principaux affluents de la rivière Jarama dans cette région : les ruisseaux de las Huertas et de San Vicente d'une part, et la rivière Lozoya un peu plus au nord d'autre part.

Le débit du ruisseau de las Huertas était plus important à cette époque, aussi l'ensemble industriel était-il situé sur le cône de déjection entre le bourg actuel et le cours d'eau. Plusieurs bifaces et hachereaux ont ainsi été mis à jour, mais aussi des éclats, parfois retouchés, et quelques nucléus, en grande majorité travaillés à partir de la quartzite. Leurs caractéristiques, et notamment la prédominance d'outils usés et refaçonnés, permettent de penser que le campement de Redueña fut relativement éloigné des zones de peuplement plus denses, qui devaient se trouver plus à proximité de la rivière Jarama.

Antiquité[modifier | modifier le code]

De l'époque celtibère, des traces d'une place fortifiée et de cinq cabanes situées en face de celle-ci ont été retrouvées, attestant d'une occupation du territoire de Redueña par les Carpétans aux IIe et Ier siècles avant J.-C[9]. Les cabanes, le plus souvent rectangulaires, avaient certainement en partie pour fonction le stockage des outils agricoles. Par ailleurs, un collier et une fibule ont également été mis à jour. Cet établissement au sein d'une enclave naturelle conforte l'observation selon laquelle les Carpétans s'installaient sur des zones surélevées et facilement défendables.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de la commune est composé de sept conseillers. Au cours du mandat municipal 2015-2019, la maire María De Las Mercedes Pérez González est entourée d'un maire adjoint et de trois conseillers municipaux de la majorité issue du Parti populaire auxquels ont été confiées des délégations[10].

Résultats des élections municipales du 24 mai 2015 à Redueña[11]
Liste / Parti politique Votes Conseillers
Parti populaire (PP) PP 2015.png 101 61,59 % 5
Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) Logotipo del PSOE.svg 50 30,49 % 2
Gauche unie - Les Verts (IUCM-LV-GANEMOS LA COMUNIDAD DE MADRID) Logo Izquierda Unida, versión bocadillo.svg 7 4,27 % 0

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2007 2011 Álvaro López Serrano PSOE  
2011 en cours
(au 14 avril 2016)
María De Las Mercedes Pérez González PP  

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune est membre de trois "mancomunidades"[12] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Redueña sont appelés les "Cigüeños", dénomination qui découle du mot espagnol "cigüeña" (cigogne). Selon une première interprétation, elle aurait été adoptée le jour où une couleuvre tomba du bec d'une cigogne alors que le pasteur du village célébrait une messe[13]. Une autre origine pourrait être liée à la localisation de la commune, à l'écart des points de passage. Ses habitants y seraient cachés comme dans un nid de cigogne[14].

Évolution de la population de Redueña de 1900 à 2015[15]
1900 1910 1920 1930 1940 1950 1960 1970 1981 1991 1996 1998 1999 2000 2001 2002
115 201 130 129 138 143 116 96 89 144 163 159 158 179 188 193
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
218 221 219 229 263 266 279 278 282 291 284 281 259

La part de personnes de moins de 15 ans est légèrement supérieure à Redueña que dans l'ensemble de la Communauté de Madrid, tout comme celle des plus de 65 ans. La première est même passée de 14,11 % en 1996 à 16,73 % en 2014, la seconde ayant quant à elle stagnée autour de 19% dans la même période.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) Inmaculada Rus et al., « La Cuenca alta del río Jarama: una aproximación geoarqueológica al depósito Pleistoceno de Redueña », dans Miscelánea en homenaje a Victoria Cabrera, Madrid, Museo Arqueológico de la Comunidad de Madrid, coll. « Zona Arqueológica » (no 7),‎ , 796 p. (ISBN 9788445129500, lire en ligne), p. 2-18
  2. a, b et c (es) « ALMUDENA. Banco de datos Municipal y Zonal », sur www.madrid.org (consulté le 29 mars 2016)
  3. (es) Juana M. Sanz, José Luis Corvea, Irene De Bustamante et Jesús Alpuente, « Un equipamiento de uso alternativo para el desarrollo de la educación ambiental: el filtro verde de Redueña », Universidad de Alcalá,‎ (lire en ligne)
  4. (es) « Valores climatológicos normales. Colmenar Viejo », sur www.aemet.es (consulté le 31 mars 2016)
  5. (es) « Líneas de autobuses interurbanos », sur www.crtm.es (consulté le 31 mars 2016)
  6. (es) « Curiosidades, leyendas y otros quehaceres de la Sierra Norte. Redueña: piedra para la Cibeles », sur www.sierranortedigital.com,‎ (consulté le 20 avril 2016)
  7. (es) « El pueblo «cigüeño» de Redueña », sur www.abc.es,‎ (consulté le 20 avril 2016)
  8. (es) Agencia Estatal Boletín Oficial del Estado, BOE del Sábado 17 de marzo 1990 (lire en ligne), p. 7717-7718
  9. (es) Julián Hurtado Aguña, « Castros carpetanos de época prerromana », Cuadernos de Prehistoria y Arqueología de la Universidad Autónoma de Madrid (CuPAUAM), no 26,‎ , p. 85-93 (lire en ligne)
  10. (es) « Corporación Municipal », sur www.reduena.com (consulté le 20 avril 2016)
  11. (es) « Consulta de resultados electorales. Ministerio del Interior », sur www.infoelectoral.interior.es (consulté le 14 avril 2016)
  12. (es) « Mancomunidades de la Comunidad de Madrid. Datos del registro de Entidades Locales », sur www.ssweb.seap.minhap.es (consulté le 5 avril 2016)
  13. (es) Javier Leralta, Madrid. Cuentos, leyendas y anécdotas, Volumen 2, Madrid, Silex Ediciones,‎ , 328 p. (ISBN 8477371008, lire en ligne), p. 308
  14. (es) « Las Cruces De Piedra De Redueña », sur www.conchareviriego.blogspot.fr (consulté le 25 mars 2016)
  15. (es) « Cifras de población y Censos demográficos », sur www.ine.es (consulté le 23 mars 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]