Redskin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Redskins.

À l'origine et avant d'être une mouvance essaimant dans le monde entier autour des scènes skinhead/punk/alternatives, redskin fait référence au groupe de soul-rock britannique The Redskins (1979 - 1986), dont plusieurs membres appartenaient au Socialist Workers Party (trotskiste) et en étaient des permanents pour certains. Le nom vient d'une bande de skinheads de Sheffield proche d'un groupuscule gravitant autour du minuscule Parti communiste de Grande-Bretagne. Le groupe, qui tient un discours révolutionnaire et internationaliste sur fond de musique soul mâtinée de punk rock, passera la majorité de sa courte carrière à soutenir l'opposition au Premier ministre de droite ultra-libérale Margaret Thatcher.

En France, l'émergence de cette mouvance est intimement liée à celle de la scène communément appelée "rock alternatif", qui regroupe à partir de la première moitié des années 80 jusqu'au au début des années 90 des groupes de différents styles (punk, oi !, ska, reggae-dub...) par le positionnement politico-social (anti-raciste, antifasciste, internationaliste...) et les pratiques extra-musicales (auto-production, auto-édition, réseau de labels et fanzines, politique de prix accessibles...), s'appuyant également sur le phénomène de "bandes" qui prend un nouvel essor dans les années 80.

Histoire[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Le mouvement redskin est apparu en France et petit à petit internationalement à partir du milieu des années 1980 et au début des années 1990. Littéralement « peaux-rouges » et désignés comme « skins communistes », ils sont une branche activiste du mouvement alternatif (mélange contre-culturel sur une base active ou militante de gauche révolutionnaire) ainsi qu'une branche de la mouvance skinhead. Ce mouvement est né en opposition radicale à l'activisme violent et aux dérives des boneheads (skinheads néo-nazis) dont la scène et les groupes se développaient à cette même période. Marqué à gauche et à l'extrême-gauche, le mouvement redskin s'oriente politiquement vers l'antiracisme radical, l'antifascisme de rue, l'anti-impérialisme, l'anti-autoritarisme, l'anti-sexisme et l'anticapitalisme révolutionnaire.

Ses membres sont souvent acteurs de différentes organisations marxistes, anarchistes ou syndicalistes-révolutionnaires et des scènes alternatives dont ils utilisent les outils (concerts, fanzines, émissions de radio, sound-systems...) et méthodes classiques (Do It Yourself, auto-organisation, collectifs indépendants...). Ils se rattachent plus largement aux mouvements Skinheads Against Racial Prejudice (S.H.A.R.P) et surtout Red and Anarchist Skinheads (R.A.S.H.), dont ils sont largement à l'origine de l'implantation en France et ailleurs en Europe (État espagnol...).

Même si l'aspect des premiers redskins était à peu près semblable à celui des boneheads, il se différenciait cependant, notamment en France, par le port de lacets rouges et de badges et/ou patchs en rapport avec le communisme, l'anarchisme et/ou les luttes sociales, ainsi que par des tenues mélangeant parfois ou empruntant à plusieurs styles (skinhead, psychobilly, rock alternatif...) de façon plus "punkisante". A cette époque (milieu 80 - fin 80), les coupes de cheveux étaient souvent différentes, les redskins ayant alors généralement un peu plus de cheveux sur la tête que leurs ennemis pour s'en différencier (coupes en "tremplin" ou "bananes" courtes stylisées rappelant parfois les scènes néo-rockabilly et psychobilly), contrairement aux boneheads qui étaient rasés à blanc. Il leur arrivait aussi de porter leur blouson bomber avec la doublure (de couleur orange) vers l’extérieur pour se différencier ou se reconnaître à diverses occasions, notamment lors des fréquents affrontements avec les boneheads.

A partir des années 90, avec le déclin de la vague "alternative" et à la faveur de divers "revival" (ska, streetpunk), les codes vestimentaires et capillaires, mais aussi le positionnement par rapport à la scène skinhead ont changé. Reprenant intégralement le "look" classique de la mouvance skinhead et intégrant à part entière sa scène socio-musicale non-raciste/fasciste/nationaliste, le mouvement redskin se différencie surtout par son activité. Les redskins agissent dans et autour des scènes alternatives (Oi!/streetpunk, punk, Hard-Core, ska/rocksteady...) ainsi que dans la rue afin de ne permettre aucune pénétration ou récupération à la droite et à l'extrême droite. L'action directe est souvent privilégiée mais aussi la contre-culture (mouvement culturel contestataire opposé à la culture dominante, bourgeoise et capitaliste), le devoir de mémoire (diffuser et honorer la mémoire ouvrière et militante, antifasciste et internationaliste, ainsi que l'Histoire) et le relai d'informations sur les luttes sociales et les résistances populaires...

Une des bandes de redskins parisiens des années 80 se fit médiatiquement remarquer sous le nom de Red Warriors. Le symbole de cette bande était la faucille et la batte de baseball, détournement du symbole communiste de la faucille et du marteau. Cette bande, composée d'un noyau dur d'une quinzaine de personnes, chassait les skinheads racistes/nationalistes autour des salles de concerts et dans les rues de Paris accompagnés parfois d'autres bandes ou groupes antifascistes.

Catégories[modifier | modifier le code]

Tous les redskins ne se considèrent pas pour autant comme des skinheads. Si la majeure partie peut effectivement être rattachée aux skinheads (musiques, styles vestimentaire et de vie…), il subsiste un petit courant plus proche des origines moins "strictes" et qui n'en reste qu'à la marge ou s'en éloigne même parfois au niveau culturel (investissement dans le rap et la culture B-Boy...), ne cultivant souvent alors qu'une solidarité de principe et un lien social et politique régulier mais pas nécessairement permanent avec les redskins de tendance "red skinhead".

Depuis la fin des années 1980, les redskins ont "grandi" et possèdent aujourd’hui, toutes sensibilités confondues, leur propre scène musicale avec leurs propres labels et groupes de musique, des activités politiques et contre-culturelles ainsi parfois qu'un "look" propre qui se démarquent de l'époque précédente. Pour certains, on notera le mélange du style skinhead avec ceux attachés à la culture rap/hip-hop ou, pour d'autres, ceux des mouvances ultra, hooligan et casual rencontrées autour du football. De nombreux groupes redskins sont aujourd'hui fédérés internationalement autour du RASH (Red and Anarchist Skinheads) ou entretiennent divers liens à travers ce label. Leurs visibilité et activité sont fonction, comme pour tout phénomène socio-politico-culturel, de l'actualité internationale et des contextes nationaux, régionaux et urbains, mais la scène redskin, parfois à un apogée et parfois plus en retrait selon le pays, la région ou la ville, apparait désormais comme un phénomène durable inscrit dans le temps.

À noter que certains skinheads SHARP (Skinheads Against Racial Prejudice) et RASH (Red and Anarchist Skinheads) et d'autres redskins se revendiquent indépendantistes, voire nationalistes dans le cas de peuples ou nations sans états. Ceci s'explique par l'existence de deux nationalismes différents et contradictoires :

- un réactionnaire et classiquement d'extrême-droite (primauté de la nation, valeur structurelle du cadre, mythe des origines, culte de la force et/ou de la puissance, autoritarisme, prédominance du sang sur le sol et/ou de la race sur la culture, centralisation autour du chef et contrôle imposé du haut vers le bas, société policière, définition des cultures populaires de manière traditionaliste et non-participative (folklore...), rejet et répression des résistances et luttes sociales, etc...), auquel se rattachent skinheads nationalistes et boneheads néofascistes/néonazis,

- un autre de gauche, strictement opposé au premier (droit des peuples à disposer d'eux-mêmes et anti-colonialisme, liberté linguistique, culturelle, sociale et politique pour la nation définie comme espace historique et dialectique d'une communauté de destin et entité culturelle souple en rapport avec l'histoire, rejet de la notion de "race" (qui n'existe pas au niveau biologique puisque tous les humains peuvent se reproduire entre eux et que la seule race stricto sensu relève donc de l'espèce tout entière, les différences visibles relevant de parcours historiques différenciés), réappropriation du pouvoir décisionnel et populaire contre la primauté des bourgeoisies locale et supra-nationale, anti-impérialisme, etc...), auquel se rattachent certains redskins et autres skinheads engagés à gauche, en particulier au sein de minorités en lutte pour la reconnaissance culturelle ou leur indépendance : Basques, Bretons, Catalans, Occitans, Corses, Québécois…

Les slogans "Occitània antifascista" ou "Euskadi antifeixista" seront ainsi régulièrement aperçus sur des pages web et des tee-shirts, patchs, autocollants ou affiches au sud de l’État français ; Il en va de même pour divers peuples sans état en dehors de l’État français, notamment en Catalogne, Pays basque sud et parfois en Galice. Selon les bases classiques de la solidarité internationale, ce positionnement s'accompagne en règle générale du soutien affirmé à d'autres minorités opprimées (Palestiniens, Amérindiens, Nord-Irlandais, Kurdes...) conçues comme des peuples frères d'émancipation.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]