Redange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne une commune du Luxembourg. Pour le canton du même nom, voir Canton de Redange.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Rédange.
Redange
(lb) Réiden
(de) Redingen
L’église Saint-Victor.
L’église Saint-Victor.
Blason de Redange
Héraldique
Administration
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Canton Redange (chef-lieu)
Bourgmestre Henri Mausen
Démographie
Population 2 631 hab. (2014)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 45′ 55″ nord, 5° 53′ 22″ est
Altitude Min. 253 m
Max. 493 m
Superficie 3 195 ha = 31,95 km2

Géolocalisation sur la carte : Luxembourg

Voir sur la carte administrative du Luxembourg
City locator 14.svg
Redange

Géolocalisation sur la carte : Canton de Redange

Voir la carte administrative du Canton de Redange
City locator 14.svg
Redange

Géolocalisation sur la carte : Canton de Redange

Voir la carte topographique du Canton de Redange
City locator 14.svg
Redange

Redange-sur-Attert, parfois abrégé en Redange (luxembourgeois : Réiden, allemand : Redingen), est une localité luxembourgeoise, chef-lieu de la commune et du canton éponyme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Redange est jadis desservi par un chemin de fer à voie métrique nommé de Jangeli (lb) qui partait de la gare de Noerdange pour se terminer à Martelange, haut-lieu d'exploitation ardoisière.

Le 10 mai 1940, jour du déclenchement de l'invasion du Luxembourg, Redange est prise par les Allemands de la 10e Panzerdivision[1] qui a pour objectif de traverser la Meuse à Sedan.

Géographie[modifier | modifier le code]

Redange est situé dans la vallée de l'Attert, un affluent de l'Alzette.

Sections de la commune[modifier | modifier le code]

Autre localité[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Redange
Rambrouch Préizerdaul
Ell Redange Useldange
Beckerich

Curiosités[modifier | modifier le code]

  • L’église Saint-Victor

Personnalités[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 67.