Redange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne une commune du Luxembourg. Pour le canton du même nom, voir Canton de Redange.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Rédange.

Redange
(lb) Réiden
(de) Redingen
Redange
L’église Saint-Victor.
Blason de Redange
Héraldique
Administration
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Circonscription Nord
Canton Redange (chef-lieu)
Bourgmestre
(Buergermeeschter)
Henri Gerekens
Code UAL 2 0706
Indicatif téléphonique (+352)
Démographie
Population 2 824 hab.[1] ()
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 45′ 55″ nord, 5° 53′ 22″ est
Altitude Min. 253 m
Max. 493 m
Superficie 31,95 km2 [2]

Géolocalisation sur la carte : Luxembourg

Voir sur la carte administrative du Luxembourg
City locator 13.svg
Redange

Géolocalisation sur la carte : Canton de Redange

Voir la carte administrative du Canton de Redange
City locator 13.svg
Redange

Géolocalisation sur la carte : Canton de Redange

Voir la carte topographique du Canton de Redange
City locator 13.svg
Redange
Liens
Site web redange.lu

Redange-sur-Attert, parfois abrégé en Redange (luxembourgeois : Réiden, allemand : Redingen), est une localité luxembourgeoise, chef-lieu de la commune et du canton éponyme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Redange est jadis desservi par un chemin de fer à voie métrique nommé de Jangeli (lb) qui partait de la gare de Noerdange pour se terminer à Martelange, haut-lieu d'exploitation ardoisière.

Le 10 mai 1940, jour du déclenchement de l'invasion du Luxembourg, Redange est prise par les Allemands de la 10e Panzerdivision[3] qui a pour objectif de traverser la Meuse à Sedan.

Géographie[modifier | modifier le code]

Redange est situé dans la vallée de l'Attert, un affluent de l'Alzette.

Sections de la commune[modifier | modifier le code]

Autre localité[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Redange
Rambrouch Préizerdaul
Ell Redange Useldange
Beckerich

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1821. Les recensements décennaux de la population permettent de caler les chiffres sur la composition de la population par sexe, âge, nationalité et commune de résidence. Entre deux recensements, la population au 1er janvier de l’année x est évaluée en ajoutant à la population au 1er janvier de l’année x-1 les soldes naturel (naissances-décès) et migratoire (arrivées-départs) de l'année. La même méthode est appliquée pour la répartition par âge au 1er janvier et les effectifs totaux par nationalité. Au , le Grand-Duché de Luxembourg dénombre 102 communes.

En , la commune comptait 2 795 habitants.

Évolution démographique de Redange depuis 1821.
1821 1851 1871 1880 1890 1900 1910 1922 1930
1 2051 8952 0971 9501 9441 9571 9711 8701 781
1935 1947 1960 1970 1978 1979 1981 1983 1984
1 7441 7651 6931 7821 7301 7051 7011 7301 720
1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993
1 7101 6901 7101 7181 7471 8121 8501 8961 957
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
1 9912 0412 1032 1522 1992 2462 2812 1772 189
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
2 2072 2422 3032 3052 3392 3762 4382 4802 564
2012 2013 2014 2015 2016 2017 - - -
2 6212 6312 6312 6132 6092 795---
Jusqu'en 1970 et pour les années 1981, 1991, 2001 et 2011 : date du recensement général de la population ; pour les autres années : situation au 1er janvier.
(Sources : STATEC depuis 1821 et CTIE à partir de 2017[1].)

Curiosités[modifier | modifier le code]

  • L’église Saint-Victor

Personnalités[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population par canton et commune », sur http://www.statistiques.public.lu, STATEC, (consulté le 5 mai 2018).
  2. « Superficie par canton et commune », sur http://www.statistiques.public.lu, STATEC, (consulté le 5 mai 2018).
  3. Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 67.