Recy Taylor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Recy Taylor
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 97 ans)
AbbevilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Recy Taylor est une personnalité américaine née le à Abbeville, dans l'Alabama, et morte le dans la même ville. Cette métayère afro-américaine est connue pour avoir été la victime d'un viol collectif perpétré par 7 Blancs le [1]. Malgré les aveux de ces derniers aux autorités, deux grands jurys ont refusé d'inculper ces hommes, aucune charge n'a été retenue contre les agresseurs[2].

Cette agression a fait l'objet d'une enquête menée par la National Association for the Advancement of Colored People de Montgomery (Alabama) qui attribua le dossier à l'activiste Rosa Parks[3]. Recy Taylor a ensuite fait l'objet de menaces de mort et une bombe incendiaire a été lancée sur son domicile par des suprémacistes blancs[1].

Cette injustice a fait l'objet de nombreuses réactions. En 2011, la législature de l'Alabama a présenté des excuses officielles[1]. Le , alors qu'elle recevait le Cecil B. DeMille Award lors de la 75e cérémonie des Golden Globes, dans le contexte et les suites de l'affaire Harvey Weinstein, Oprah Winfrey a rappelé l'histoire de Recy Taylor dans son discours[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Danielle L. McGuire, At the Dark End of the Street : Black Women, Rape, and Resistance—A New History of the Civil Rights Movement from Rosa Parks to the Rise of Black Power, New York, Random House, , 324 p. (ISBN 978-0-307-26906-5)
  2. (en) Sewell Chan, « Recy Taylor, Who Fought for Justice After a 1944 Rape, Dies at 97 », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  3. (en) Southern black women find justice elusive for civil rights-era rapes, Associated Press, 15 octobre 2010.
  4. (en-GB) Alice Vincent, « Recy Taylor: the woman whose rape inspired Rosa Parks in 1944, and is inspiring Oprah Winfrey today », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le 8 janvier 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]