Reclus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Sur les autres projets Wikimedia :

Sens premier[modifier | modifier le code]

  • Reclus, ermite, personne solitaire.
  • Reclusoir, petite cellule ou édifice clos, située en abord d'une agglomération, près d'un pont ou annexée à une chapelle, une église et où vivait un reclus ou une recluse.
  • Reclusoir des Saints-Innocents qui était le plus célèbre de tous ceux de Paris.

Patronymie[modifier | modifier le code]

Reclus est le nom d'une famille française célèbre

  • Jacques Reclus (1796-1882), pasteur protestant, eut avec son épouse, Zéline Trigant (1805-1887), quatorze enfants dont trois moururent jeunes.
    • Élie Reclus (1827-1904), journaliste, écrivain et ethnologue (fils de Jacques).
      • Paul Reclus (1858-1941), militant anarchiste, ingénieur et professeur (fils d'Élie, petit-fils de Jacques).
        • Jacques Reclus (1894-1984), militant anarchiste, enseignant, sinologue (fils de Paul, petit-fils d'Élie, arrière-petit-fils de Jacques).
    • Élisée Reclus (1830-1905), géographe, militant et penseur de l’anarchisme français (fils de Jacques).
    • Onésime Reclus (1837-1916), géographe (fils de Jacques).
      • Maurice Reclus (1883-1972), haut fonctionnaire, historien (fils d'Onésime, petit-fils de Jacques).
    • Armand Reclus (1843-1927), ingénieur du génie maritime et officier de marine (fils de Jacques).
    • Paul Reclus (1847-1914), chirurgien (fils de Jacques).
  • Pauline Reclus (1838-1925) connue sous son nom d'épouse Pauline Kergomard, fondatrice du réseau d'écoles maternelles publiques françaises (nièce de Jacques par son père Jean Reclus, cousine germaine des cinq frères Reclus).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Hagiotoponymie[modifier | modifier le code]

Acronymie[modifier | modifier le code]

  • RECLUS, Réseau d'étude des changements dans les localisations et les unités spatiales.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anciennement appelée Notre-Dame des Cheveux (voir André Jean Marie Hamon, curé de Saint-Sulpice, Notre-Dame de France ou Histoire du culte de la Sainte Vierge en France depuis l'origne du christianisme jusqu'à nos jours, vol. 5, Paris, Henri Plon, (lire en ligne), p. 120-121).