Recherches modernes de violations de l'invariance de Lorentz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les mesures effectuées à partir de la lumière émise par des sursauts gamma montrent que la vitesse de la lumière ne varie pas avec l'énergie.

L'invariance de Lorentz est un ensemble de cadres fondamentaux qui sous-tendent la science moderne en général et la physique fondamentale en particulier. Les tests modernes de violation d'invariance de Lorentz (LIV, pour "Lorentz Invariance Violation") sont des études qui recherchent des déviations par rapport à ces cadres fondamentaux. Ces déviations peuvent être des violations ou des exceptions concernant des lois physiques bien connues telles que la relativité restreinte et la symétrie CPT, violations prévues par certains modèles de gravité quantique, de théorie des cordes, et certaines alternatives à la relativité générale.

Les violations d'invariance de Lorentz concernent les prédictions fondamentales de la relativité restreinte, tels que le principe de relativité, la constance de la vitesse de la lumière dans tous les référentiels inertiels, et la dilatation du temps, ainsi que les prédictions du modèle standard de la physique des particules. Pour évaluer et prédire les violations possibles, des théories effectives de la relativité restreinte et des théories effectives des champs (EFT pour "effective field theories"), tels que l'extension du Modèle Standard (SME pour "Standard-Model Extension") ont été inventés. Ces modèles introduisent des violations de Lorentz et CPT par brisures spontanées de symétrie causées par les d'hypothétiques nouveaux champs, qui amène à des effets de référentiel préférentiel. Cela pourrait entraîner, par exemple, à des modifications de la relation de dispersion, ce qui engendrerait des différences entre la vitesse maximale atteignable pour la matière et la vitesse de la lumière.

Des expériences à la fois terrestres et astronomiques ont été effectuées, et de nouvelles techniques expérimentales ont été mises en place. Aucune violation de Lorentz n'a pu être mesurée à ce jour, et les violations signalées ont été réfutées ou n'ont pas eu d'autres confirmations. Pour une analyse de nombreuses expériences, voir Mattingly (2005)[1]. Pour une liste détaillée des résultats de recherches expérimentales récentes, voir Kostelecký et Russell (2008-2013)[2]. Pour une revue récente et une histoire des modèles d'invariance de Lorentz, voir Liberati (2013)[3]. Voir aussi l'article principal Tests de la relativité restreinte.

Évaluer une possible violation d'invariance de Lorentz[modifier | modifier le code]

Les premiers modèles évaluant la possibilité de légères déviations de l'invariance de Lorentz ont été publiées entre les années 1960 et 1990[3]. En outre, des modèles-test de relativité restreinte et de théorie effective des champs (EFT) pour l'évaluation de nombreuses expériences ont été développés.

En particulier, l'Extension du Standard-Modèle (SME), dans lequel des effets de violation de Lorentz introduits par brisure spontanée de symétrie, est utilisés pour la plupart des analyses modernes de résultats expérimentaux. Ce modèle a été introduit par Kostelecký et ses collègues en 1997 et les années suivantes, et contient tous les coefficients possibles de violation Lorentz et CPT qui ne remettent pas en cause la symétrie de jauge.[4],[5] Il prend en compte non seulement la relativité restreinte, mais aussi le modèle standard et la relativité générale. Les modèles suivant ont des paramètres qui peuvent être reliés à SME et peuvent donc être vus comme des cas particuliers de celle-ci : les modèles RMS et c2[6], le modèle de Coleman et Glashow[7] et les modèles de Gambini-Pullin[8] ou de Meyers-Pospelov[9],[10].

Vitesse de la lumière[modifier | modifier le code]

Sur Terre[modifier | modifier le code]

De nombreuses expériences ont été menées sur Terre, surtout avec des résonateurs optiques ou des accélérateurs de particules, qui permettent de tester des écarts à l'isotropie de la vitesse de la lumière. Des paramètres d'anisotropie sont donnés, par exemple, par le modèle-test de Robertson-Mansouri-Sexl (RMS). Ce modèle-test permet de faire la distinction entre les paramètres pertinents dépendants de l'orientation et de la vitesse. Dans des variantes modernes de l'expérience de Michelson-Morley, la dépendance de la vitesse de la lumière par rapport à l'orientation de l'appareil et à la relation de longueurs longitudinales et transversales des corps en mouvement est analysée. Également, des variantes modernes de l'expérience Kennedy-Thorndike ont été mises en œuvre, dans lesquelles sont analysées la dépendance entre la vitesse de la lumière et la vitesse de l'appareil et la relation entre dilatation du temps et longueur de contraction. La précision actuelle est de l'ordre de 10-17., ce qui permet d'exclure une anisotropie de la vitesse de la lumière. Ceci est lié à la vitesse relative entre le système solaire et le référentiel de repos du rayonnement de fond diffus cosmologique de l'ordre de 368 km / s (voir aussi les expériences du résonateur de Michelson-Morley).

En outre, l'extension du modèle standard (SME) peut être utilisée pour obtenir un plus grand nombre de coefficients d'isotropie dans le secteur des photons. Elle utilise les coefficients de parité pairs et impairs (matrices 3x3) \tilde{\kappa}_{e-} , \tilde{\kappa}_{o+} et \tilde{\kappa}_{tr}[6]. Ils peuvent être interprétés comme suit: \tilde{\kappa}_{e-} représente les changements anisotropes de la vitesse de la lumière dans les deux sens (avant et arrière), \tilde{\kappa}_{o+} représente les différences anisotropes de la vitesse unidirectionnelle de faisceaux se propageant en sens opposés le long d'un axe[11],[12], et \tilde{\kappa}_{tr} représentent des changements isotropes (indépendamment de l'orientation) de la vitesse de phase de la lumière[13]. Il a été montré que de telles variations de la vitesse de la lumière peuvent être éliminées par des transformations de coordonnées appropriées et redéfinitions de champs, bien que la violation de Lorentz correspondante ne puisse pas être supprimées ; en effet ces redéfinitions ne font que transfèrer que ces violations du secteur des photons au secteur de la matière du SME[6]. Les résonateurs optiques symétriques ordinaires sont adaptés pour tester les effets parité paire, tandis que les résonateurs asymétriques ont été construits pour la détection des effets de parité impaire[13]. Pour les coefficients supplémentaires dans le secteur de photons conduisant à une biréfringence de la lumière dans le vide, voir # Biréfringence dans le vide.

Un autre type de test de \tilde{\kappa}_{o+} lié à isotropie de la vitesse de la lumière en combinaison avec le secteur électronique du SME a été menée par Bocquet et al. (2010)[14]. Ils ont cherché des fluctuations du moment-vecteur de photons pendant la rotation de la Terre, par mesure de la diffusion Compton des électrons ultra-relativistes sur les photons de laser monochromatique dans le référentiel du rayonnement de fond diffus cosmologique, comme l'a suggéré à l'origine par Vahé Gurzadyan et Amur Margarian[15] ( Pour plus de détails sur cette méthode et l'analyse "Compton Edge", voir[16], par exemple la discussion[17] ).

Auteurs Année de publication RMS SME
Orientation Vitesse \tilde{\kappa}_{e-} \tilde{\kappa}_{o+} \tilde{\kappa}_{tr}
Michimura et al.[18] 2013. \scriptstyle 0.7\pm1\times10^{-14} \scriptstyle -0.4\pm0.9\times10^{-10}
Baynes et al.[19] 2012 \scriptstyle 3\pm11\times10^{-10}
Baynes et al.[20] 2011 \scriptstyle 0.7\pm1.4\times10^{-12} \scriptstyle 3.4\pm6.2\times10^{-9}
Hohensee et al.[11] 2010 \scriptstyle 0.8(0.6)\times10^{-16} \scriptstyle -1.5(1.2)\times10^{-12} \scriptstyle -1.5(0.74)\times10^{-8}
Bocquet et al.[14] 2010 \scriptstyle\leq1.6\times10^{-14}[21]
Herrmann et al.[22] 2009 \scriptstyle(4\pm8)\times10^{-12} \scriptstyle(-0.31\pm0.73)\times10^{-17} \scriptstyle(-0.14\pm0.78)\times10^{-13}
Eisele et al.[23] 2009 \scriptstyle(-1.6\pm6\pm1.2)\times10^{-12} \scriptstyle(0.0\pm1.0\pm0.3)\times10^{-17} \scriptstyle(1.5\pm1.5\pm0.2)\times10^{-13}
Tobar et al.[24] 2009 \scriptstyle -4,8(3,7)\times10^{-8}
Tobar et al.[25] 2009 \scriptstyle -0.3\pm3\times10^{-7}
Müller et al.[26] 2007 \scriptstyle(7.7(4.0))\times10^{-16} \scriptstyle(1.7(2.0))\times10^{-12}
Carone et al.[27] 2006 \scriptstyle \lesssim3\times10^{-8}[28]
Stanwix et al.[29] 2006 \scriptstyle9.4(8.1)\times10^{-11} \scriptstyle(-6.9(2.2))\times10^{-16} \scriptstyle(-0.9(2.6))\times10^{-12}
Herrmann et al.[30] 2005 \scriptstyle(-2.1\pm1.9)\times10^{-10} \scriptstyle(-3.1(2.5))\times10^{-16} \scriptstyle(-2.5(5.1))\times10^{-12}
Stanwix et al.[31] 2005 \scriptstyle-0.9(2.0)\times10^{-10} \scriptstyle(-0.63(0.43))\times10^{-15} \scriptstyle(0.20(0.21))\times10^{-11}
Antonini et al.[32] 2005 \scriptstyle(+0.5\pm3\pm0.7)\times10^{-10} \scriptstyle(-2\pm0{,}2)\times10^{-14}
Wolf et al.[33] 2004 \scriptstyle(-5.7\pm2.3)\times10^{-15} \scriptstyle(-1.8\pm1.5)\times10^{-11}
Wolf et al.[34] 2004 \scriptstyle(+1.2\pm2.2)\times10^{-9} \scriptstyle (3.7\pm3.0)\times10^{-7}
Müller et al.[35] 2003 \scriptstyle(+2.2\pm1.5)\times10^{-9} \scriptstyle(1.7\pm2.6)\times10^{-15} \scriptstyle(14\pm14)\times10^{-11}
Lipa et al.[36] 2003 \scriptstyle(1.4\pm1.4\times10^{-13} \scriptstyle\leq10^{-9}
Wolf et al.[37] 2003 \scriptstyle(+1.5\pm4.2)\times10^{-9}
Braxmaier et al.[38] 2002 \scriptstyle (1.9\pm2.1)\times10^{-5}
Hils et Hall[39] 1990 \scriptstyle 6.6\times10^{-5}
Brillet et Hall[40] 1979 \scriptstyle\lesssim5\times10^{-9} \scriptstyle\lesssim10^{-15}

Système solaire[modifier | modifier le code]

Outre les tests effectués sur Terre, des tests astrométriques ont été menées utilisant le Lunar Laser Ranging (LLR) (LLR), c'est-à-dire en envoyant des signaux laser de la Terre à la Lune qui sont réfléchi et renvoyé sur Terre. Ils sont habituellement utilisés pour tester la relativité générale et sont évalués en utilisant le formalisme à paramètres post-newtoniens.[41] Cependant, étant donné que ces mesures sont basées sur l'hypothèse que la vitesse de la lumière est constante, ils peuvent également être utilisés en tant que tests de relativité en analysant des oscillations possibles de distance et d'orbite . Par exemple, Zoltán Lajos Bay et White (1981) ont démontré les fondements empiriques du groupe de Lorentz et donc de la relativité restreinte en analysant le radar planétaire et les données de LLR[42].

En plus des expériences sur Terre de Kennedy et Thorndike mentionnées plus haut, Müller & Soffel (1995)[43] et Müller et al. (1999)[44] ont testé le paramètre de dépendance de la vitesse RMS en recherchant des oscillations anormales de distance, en utilisant LLR. Puisque la dilatation du temps est déjà confirmée à haute précision, un résultat positif serait la preuve que vitesse de la lumière dépend de la vitesse de l'observateur et que la contraction des longueurs dépend de la direction (comme dans les autres expériences de Kennedy et Thorndike). Cependant, aucune oscillation anormale de distance a été observée, avec une limite de la dépendance de la vitesse de RMS de \scriptstyle(-5\pm12)\times10^{-5}[44], comparable à celle de Hils et Hall (1990, voir tableau ci-dessus sur la droite).

Dispersion dans le vide[modifier | modifier le code]

Un autre effet souvent discuté dans le cadre de la gravitation quantique (QG) est la possibilité de dispersion de la lumière dans le vide (c'est-à-dire la dépendance de vitesse de la lumière en l'énergie des photons), en raison de relations de dispersion violant l'invariance de Lorentz. Cet effet devrait être important à des niveaux d'énergie comparables à, ou au-delà de l'énergie de Planck \scriptstyle E_{\mathrm{Pl}}\sim1.22\times10^{19} GeV, tout en étant extrêmement faible aux énergies accessibles en laboratoire ou observés dans les objets astrophysiques. Pour tenter d'observer une dépendance de la vitesse sur l'énergie, la lumière provenant de sources astrophysiques lointains telles que les sursauts gamma et les noyaux actifs de galaxies lointaines a été examinée dans de nombreuses expériences. En particulier la collaboration de Fermi-LAT a pu montrer qu'aucune dépendance en énergie, et donc qu'aucune violation de Lorentz observable se produit dans le secteur des photons même au-delà de l'énergie de Planck[45], ce qui exclut une grande classe de modèles de gravité quantique violant l'invariance de Lorentz.

Auteurs Année Limites QG en GeV
95% de niveau de confiance 99% de niveau de confiance
Vasileiou et al.[46] 2013 \scriptstyle>7.6\times E_{\mathrm{Pl}}
Fermi-LAT-GBM[45] 2009 \scriptstyle>3.42\times E_{\mathrm{Pl}} \scriptstyle>1.19\times E_{\mathrm{Pl}}
H.E.S.S.[47] 2008 \scriptstyle \geq7.2\times10^{17}
MAGIC[48] 2007 \scriptstyle \geq0.21\times10^{18}
Ellis et al.[49],[50] 2007 \scriptstyle \geq1.4\times10^{16}
Lamon et al.[51] 2007 \scriptstyle \geq3.2\times10^{11}
Martinez et al.[52] 2006 \scriptstyle \geq0.66\times10^{17}
Boggs et al.[53] 2004 \scriptstyle \geq1.8\times10^{17}
Ellis et al.[54] 2003 \scriptstyle \geq6.9\times10^{15}
Ellis et al.[55] 2000 \scriptstyle \geq10^{15}
Kaaret[56] 1999 \scriptstyle>1.8\times10^{15}
Schaefer[57] 1999 \scriptstyle \geq2.7\times10^{16}
Biller[58] 1999 \scriptstyle>4\times10^{16}

Biréfringence dans le vide[modifier | modifier le code]

Les relations de dispersion violant l'invariance de Lorentz dues à la présence d'un espace anisotrope peuvent aussi conduire à la biréfringence dans le vide et à la violation de la parité. Par exemple, le plan de polarisation des photons peut tourner en raison de différences de vitesse entre les photons d'hélicité gauche et droite. En particulier, les sursauts gamma, le rayonnement galactique, et le rayonnement de fond diffus cosmologique sont examinés. Les coefficients SME \scriptstyle k_{(V)00}^{(3)} et \scriptstyle k_{(V)00}^{(5)} pour une violation de Lorentz sont donnés, 3 et 5 désignent les dimensions de masse utilisées. Celle-ci correspond à \xi dans le EFT de Meyers et Pospelov[9] par {\scriptstyle k_{(V)00}^{(5)}=\frac{3\sqrt{4\pi}\xi}{5m_{\mathrm{P}}}} , m_P étant la masse de Planck[59].

Auteurs Année Limites SME Limites EFT \xi
\scriptstyle k_{(V)00}^{(3)} in GeV \scriptstyle k_{(V)00}^{(5)} in GeV−1
Götz et al.[60] 2013 \scriptstyle \leq5.9\times10^{-35} \scriptstyle \leq3.4\times10^{-16}
Toma et al.[61] 2012 \scriptstyle \leq1.4\times10^{-34} \scriptstyle \leq8\times10^{-16}
Laurent et al.[62] 2011 \scriptstyle \leq1.9\times10^{-33} \scriptstyle \leq1.1\times10^{-14}
Stecker[59] 2011 \scriptstyle \leq4.2\times10^{-34} \scriptstyle \leq2.4\times10^{-15}
Kostelecký et al.[10] 2009 \scriptstyle \leq1\times10^{-32} \scriptstyle \leq9\times10^{-14}
QUaD[63] 2008 \scriptstyle \leq2\times10^{-43}
Kostelecký et al.[64] 2008 \scriptstyle =(2.3\pm5.4)\times10^{-43}
Maccione et al.[65] 2008 \scriptstyle \leq1.5\times10^{-28} \scriptstyle \leq9\times10^{-10}
Komatsu et al.[66] 2008 \scriptstyle =(1.2\pm2.2)\times10^{-43}[10]
Kahniashvili et al.[67] 2008 \scriptstyle \leq2.5\times10^{-43}[10]
Xia et al.[68] 2008 \scriptstyle =(2.6\pm1.9)\times10^{-43}[10]
Cabella et al.[69] 2007 \scriptstyle =(2.5\pm3.0)\times10^{-43}[10]
Fan et al.[70] 2007 \scriptstyle \leq3.4\times10^{-26} \scriptstyle \leq2\times10^{-7}[59]
Feng et al.[71] 2006 \scriptstyle =(6.0\pm4.0)\times10^{-43}[10]
Gleiser et al.[72] 2001 \scriptstyle \leq8.7\times10^{-23} \scriptstyle \leq4\times10^{-4}[59]
Carroll et al.[73] 1990 \scriptstyle \leq2\times10^{-42}

Vitesse maximale atteignable[modifier | modifier le code]

Contraintes de seuil[modifier | modifier le code]

Le violations de Lorentz pourraient entraîner des différences entre la vitesse de la lumière et la vitesse maximale atteignable (MAS) d'une particule, alors que dans la relativité restreinte les vitesses doivent être les mêmes. Une possibilité consiste à étudier les effets normalement interdits à l'énergie de seuil en relation avec des particules ayant une structure de charge (protons, électrons, les neutrinos). C'est parce que la relation de dispersion est supposée être modifiée dans modèles effectifs violant Lorentz tels que le SME. En fonction de quelles particules se déplacent plus vite ou plus lentement que la vitesse de la lumière, les effets suivants peuvent se produire[74],[75]:

  • Désintégration de photon à vitesse supraluminique. Ces (hypothétiques) photons de haute énergie se désintégreraient rapidement en d'autres particules, ce qui signifie que la lumière de haute énergie ne peut se propager sur de longues distances. Ainsi, la simple existence de la photon de haute énergie à partir de sources astronomiques contraint les déviations possibles de la vitesse limite.
  • Radiation Cherenkov dans le vide à vitesse supraluminique de n'importe quelle particule (protons, électrons, neutrinos) ayant une structure de charge. Dans ce cas, le rayonnement de freinage (Bremsstrahlung) peut se produire, jusqu'à ce que la particule descende au-dessous du seuil et que la vitesse subluminique soit à nouveau atteinte. Ceci est similaire à la radiation Cherenkov dans un milieu connu, dans lequel les particules se déplacent plus vite que la vitesse de phase de la lumière dans ce milieu. Les écarts à la vitesse limite peuvent être limités par l'observation des particules de haute énergie provenant de sources astronomiques lointaines qui atteignent la Terre.
  • Le taux de radiation synchrotron peut être modifié, si la vitesse limite entre les particules chargées et les photons est différente.
  • La limite Greisen-Zatsepin-Kuzmin (GZK) pouvait être évitée grâce à des effets de violation d'invariance de Lorentz. Cependant, les mesures récentes indiquent que cette limite existe vraiment.

Comme les mesures astronomiques contiennent également d'autres hypothèses - comme sur les conditions inconnues à l'émission ou le long de la trajectoire parcourue par les particules, ou sur la nature des particules -, les mesures terrestres fournissent des résultats plus robustes, même si les limites sont moins contraignantes (les limites suivantes décrivent les écarts maximaux entre la vitesse de la lumière et de la limitation de vitesse de la matière):

Auteurs Année Limites Particule Astr./Terr.
Désintégration du photon Cherenkov Synchrotron GZK
Stecker & Scully[76] 2009 \scriptstyle \leq4.5\times10^{-23} UHECR Astr.
Altschul[77] 2009 \scriptstyle \leq5\times10^{-15} Electron Terr.
Hohensee et al.[75] 2009 \scriptstyle \leq-5.8\times10^{-12} \scriptstyle \leq1.2\times10^{-11} Electron Terr.
Bi et al.[78] 2008 \scriptstyle \leq3\times10^{-23} UHECR Astr.
Klinkhamer & Schreck[79] 2008 \scriptstyle \leq-9\times10^{-16} \scriptstyle \leq6\times10^{-20} UHECR Astr.
Klinkhamer & Risse[80] 2007 \scriptstyle \leq2\times10^{-19} UHECR Astr.
Kaufhold et al.[81] 2007 \scriptstyle \leq10^{-17} UHECR Astr.
Altschul[82] 2005 \scriptstyle \leq6\times10^{-20} Electron Astr.
Gagnon et al.[83] 2004 \scriptstyle \leq-2\times10^{-21} \scriptstyle \leq5\times10^{-24} UHECR Astr.
Jacobson et al.[84] 2003 \scriptstyle \leq-2\times10^{-16} \scriptstyle \leq5\times10^{-20} Electron Astr.
Coleman & Glashow[7] 1997 \scriptstyle \leq-1.5\times10^{-15} \scriptstyle \leq5\times10^{-23} UHECR Astr.

Comparaison d'horloge et couplage de spin[modifier | modifier le code]

Par ce genre d'expériences de spectroscopie - parfois appelés expériences de Hughes-Drever - des violations de l'invariance de Lorentz sont testées dans les interactions de protons de neutrons en étudiant le niveau d'énergie de ces nucléons pour trouver des anisotropies dans leurs fréquences («horloges»). En utilisant des balances de torsion à spin polarisé, il est également possible d'étudier des anisotropies par rapport à électrons. Les méthodes utilisées sont principalement axées sur les interactions de vecteur et de tenseurs spin[85], et sont souvent décrits en termes de SME à parité CPT impaire/paire (notamment les paramètres de b μ et c μν).[86] De telles expériences sont actuellement les plus sensibles sur Terre, car la précision d'exclusion de violation de Lorentz est de l'ordre de 10−33 GeV.

Ces tests peuvent être utilisés pour limiter les écarts entre la vitesse atteignable maximale de la matière et la vitesse de la lumière[87], en particulier en ce qui concerne les paramètres de c μν qui sont également utilisés dans les évaluations des effets de seuil mentionnées ci-dessus[77].

Auteurs Année Limites PME Paramètres
Proton Neutron Électron
Hohensee et al.[88] 2013. \scriptstyle(-9.0\pm11)\times10^{-17} c μν
Peck et al.[89] 2012 \scriptstyle \scriptstyle b μ
Smiciklas et al.,[85] 2011 \scriptstyle(4.8\pm4.4)\times10^{-32} c μν
Gemmel et al.[90] 2010 \scriptstyle b μ
Brown et al.[91] 2010 \scriptstyle \scriptstyle b μ
Altarev et al.,[92] 2009 \scriptstyle b μ
Heckel et al.[93] 2008 \scriptstyle(4.0\pm3.3)\times10^{-31} b μ
Wolf et al.[94] 2006 \scriptstyle(-1.8(2.8))\times10^{-25} c μν
Cane et. Al[95] 2004 \scriptstyle(8.0\pm9.5)\times10^{-32} b μ
Heckel et al.[96] 2006 \scriptstyle b μ
Humphrey et al.[97] 2003 \scriptstyle b μ
Hou et al.[98] 2003 \scriptstyle(1.8\pm5.3)\times10^{-30} b μ
Phillips et al.[99] 2001 \scriptstyle b μ
Ours et al.[100] 2000 \scriptstyle(4.0\pm3.3)\times10^{-31} b μ

Dilatation du temps[modifier | modifier le code]

Les expériences de dilatation de temps classiques tels que l'expérience de Ives-Stilwell, les expériences de rotor de Mössbauer, et la dilatation temporelle de particules en mouvement, ont été renforcées par des équipements modernisé. Par exemple, le décalage Doppler de déplacement d'ions lithium à haute vitesse est évalué en utilisant la spectroscopie saturés dans des anneaux de stockage d'ions lourds. Pour plus d'informations, voir les expériences modernes de Ives-Stilwell.

La précision actuelle avec laquelle la dilatation temporelle est mesurée (en utilisant le modèle-test RMS), est de l'ordre de ~ 10 -8. Il a été montré que les expériences de type Ives-Stilwell sont également sensibles au \tilde{\kappa}_{tr} coefficient de vitesse de la lumière isotrope du SME, tel que présenté ci-dessus[13]. Chou et al. (2010) a même réussi à mesurer un décalage de fréquence de ~ 10 −16 imputable à une dilatation temporelle, à savoir à des vitesses couramment rencontrés telles que les 36 kilomètres par heure[101].

Auteurs Année Vitesse Deviation maximale
d'une dilatation du temps
Limites RMS
d'ordre 4
Novotny et al.[102] 2009 0,34c \scriptstyle \leq1.3\times10^{-6} \scriptstyle \leq1.2\times10^{-5}
Reinhardt et al.[103] 2007 0,064c \scriptstyle \leq8.4\times10^{-8}
Saathoff et al.[104] 2003 0,064c \scriptstyle \leq2.2\times10^{-7}
Grieser et al.[105] 1994 0,064c \scriptstyle \leq1\times10^{-6} \scriptstyle \leq2.7\times10^{-4}

Tests de CPT et d'antimatière[modifier | modifier le code]

Une autre symétrie fondamentale de la nature est la symétrie CPT. Il a été montré que les violations CPT conduisent à des violations de Lorentz en théorie quantique des champs[106],[107]. La symétrie CPT exige, par exemple, l'égalité de la masse, et l'égalité des taux de désintégration entre la matière et l'antimatière. Pour les tests classiques de taux de désintégration, voir les tests en accélérateur de dilatation du temps et la symétrie CPT.

Les tests modernes confirmant la symétrie CPT sont principalement réalisés dans le secteur des mésons neutres. Dans les grands accélérateurs de particules, des mesures directes des différences de masse entre les quarks top et antitop ont été menées également.

Mesons B neutres
Auteurs Année
Belle[108] 2012
Kostelecký et al.[109] 2010
BaBar[110] 2008
Belle[111] 2003
Mesons D neutres
FOCUS[112] 2003
Kaons neutres
Auteurs Année
KTeV[113] 2011
KLOE[114] 2006
CPLEAR[115] 2003
KTeV[116] 2003
NA31[117] 1990
Quarks top et antitop
Auteurs Année
CDF[118] 2012
CMS[119] 2012
D0[120] 2011
CDF[121] 2011
D0[122] 2009

Autres particules et autres interactions[modifier | modifier le code]

Des particules de troisième génération ont été étudiées pour de possibles violations de Lorentz à l'aide du modèle SME. Par exemple, Altschul (2007) place des limites supérieures sur la violation de Lorentz du tau de 10 -8, en recherchant une absorption anormale du rayonnement astrophysique de haute énergie[123]. Dans l'expérience BaBar (2007), des variations sidérales ont été recherchées lors de la rotation de la Terre à l'aide du méson B (donc de quarks bottom) et leurs antiparticules. Aucun signe de violation de Lorentz ou de CPT n'a été trouvé avec une limite supérieure de \scriptstyle\leq(-3.0\pm2.4)\times10^{-15}[124]. Egalement des paires de quarks top ont été étudiées dans l'expérience D0 (2012). Cela a montré que la section efficace de production de ces paires ne dépend pas du temps sidéral pendant la rotation de la Terre[125].

Des limites de violation de Lorentz sur la diffusion Bhabha ont été données par Charneski et al. (2012)[126]. Ils ont montré que les sections efficaces différentielles pour le vecteur et les couplages axiaux en QED deviennent dépendants de la direction en présence de violation de Lorentz. Ils n'ont trouvé aucune indication d'un tel effet, et ont donc placés des limites supérieures sur les violations de Lorentz de \scriptstyle\leq10^{14}(\text{eV})^{-1}.

Gravitation[modifier | modifier le code]

L'influence de la violation de Lorentz sur les champs gravitationnels et donc sur la relativité générale a été également étudiés. Le cadre de base pour ces recherches est le formalisme avec paramètres post-newtonien (PPN), dans lequel des effets de référentiel préférentiel violant l'invariance de Lorentz sont décrits par les paramètres \alpha_1, \alpha_2, \alpha_3 (voir l'article PPN sur les limites observationnelles sur ces paramètres). Les violations de Lorentz sont également discutées dans le cadre d'alternatives à la relativité générale comme la gravitation quantique à boucles, la gravité émergente, la théorie de l'éther d'Einstein ou la gravité de Hořava-Lifshitz.

Aussi le modèle SME est à même d'analyser les violations de Lorentz dans le secteur de la gravité. Bailey et Kostelecky (2006) ont contraint les violations Lorentz jusqu'à \scriptstyle 10^{-9} en analysant les changements de périhélie de Mercure et de la Terre, et jusqu'à \scriptstyle 10^{-13} par rapport à la précession du spin solaire[127]. Battat et al. (2007) ont étudiés les données du Lunar Laser Ranging et n'a trouvé aucune perturbation oscillatoire dans l'orbite lunaire. Leur plus forte limite SME excluant la violation de Lorentz était \scriptstyle(6.9\pm4.5)\times10^{-11}[128]. Iorio (2012) a obtenu des limites au niveau de \scriptstyle 10^{-9} en examinant les éléments orbitaux de Kepler d'une particule de test sollicitée par des accélérations gravitomagnétique[129] violant l'invariance de Lorentz. Xie (2012) a analysé l'avance de periastron de pulsars binaires, posant des limites sur la violation de Lorentz au niveau \scriptstyle 10^{-10}[130].

Tests de Neutrino[modifier | modifier le code]

Oscillations de neutrinos[modifier | modifier le code]

Bien que l'oscillation des neutrinos ait été expérimentalement confirmée, les fondements théoriques sont encore controversés, comme on peut le voir dans la discussion relative aux neutrino stériles. Cela rend les prédictions de violations possibles de Lorentz très compliquées. Il est généralement admis que les oscillations de neutrinos nécessitent une masse finie. Cependant, des oscillations pourraient également se produire à la suite de violations de Lorentz, donc il y a des spéculations quant à savoir dans quelle proportion ces violations contribuent à la masse des neutrinos[131].

En outre, une série d'études a été publiée dans laquelle a été testée une dépendance sidérale de l'apparition d'oscillations de neutrinos. Cette possible violation CPT, et d'autres coefficients de violations de Lorentz dans le cadre du modèle SME, ont été testés. Voici quelques-unes des limites en GeV obtenues pour la validité de l'invariance de Lorentz :

Auteurs Année Limites SME
en GeV
Double Chooz[132] 2012 \scriptstyle \leq10^{-20}
MINOS[133] 2012 \scriptstyle \leq10^{-23}
MiniBooNE[134] 2012 \scriptstyle \leq10^{-20}
IceCube[135] 2010 \scriptstyle \leq10^{-23}
MINOS[136] 2010 \scriptstyle \leq10^{-23}
MINOS[137] 2008 \scriptstyle \leq10^{-20}
LSND[138] 2005 \scriptstyle \leq10^{-19}

Vitesse des neutrinos[modifier | modifier le code]

Depuis la découverte des oscillations de neutrinos, on suppose que leur vitesse est légèrement inférieure à la vitesse de la lumière. Des mesures directes de vitesse indiquent une limite supérieure pour les différences de vitesse relative entre la lumière et les neutrinos \scriptstyle |vc|/c, voir les mesures de vitesse des neutrinos.

Egalement, des contraintes indirectes sur la vitesse des neutrinos, sur la base des théories des champs effectives tels que le modèle SME, peuvent être obtenues par la recherche d'effets de seuil tels que le rayonnement Cherenkov dans le vide. Par exemple, les neutrinos devraient donner lieu à du Bremsstrahlung sous la forme de production de paire d'électron-positron[139]. Une autre possibilité dans le même cadre est la recherche de la désintégration de pions en muons et neutrinos. Des neutrinos supraluminiques retarderaient considérablement les processus de désintégration. L'absence de tels effets indique des limites strictes pour les différences de vitesse entre la lumière et des neutrinos[140].

Les différences de vitesse entre les différentes saveurs de neutrinos peuvent également être contraintes. Une comparaison entre les neutrinos muoniques et électroniques par Coleman et Glashow (1998) a donné un résultat négatif, avec des limites \scriptstyle [7].

Auteurs Année Énergie Limites SME pour (v-c)/c
Cherenkov dans le vide Décomposition du Pion
Borriello et al.[141] 2013 1 PeV \scriptstyle <10^{-18}
Cowsik et al.[142] 2012 100 TeV \scriptstyle <10^{-13}
Huo et al.[143] 2012 400 TeV \scriptstyle <7.8\times10^{-12}
ICARUS[144] 2011 17 GeV \scriptstyle <2.5\times10^{-8}
Cowsik et al.[145] 2011 400 TeV \scriptstyle <10^{-12}
Bi et al.[146] 2011 400 TeV \scriptstyle <10^{-12}
Cohen/Glashow[147] 2011 100 TeV \scriptstyle <1.7\times10^{-11}

Annonces de violations d'invariance de Lorentz[modifier | modifier le code]

Discussions en cours[modifier | modifier le code]

LSND, MiniBooNE

En 2001, l'expérience LSND observé un excès de 3.8σ des interactions d'antineutrinos dans les oscillations de neutrinos, ce qui contredit le modèle standard[148]. Les premiers résultats de la plus récente expérience MiniBooNE semblent exclure ces données au-delà d'une échelle d'énergie de 450 MeV, mais seules les interactions de neutrinos ont été vérifiées, et non pas celles des antineutrinos[149]. En 2008, cependant, ils ont signalé un excès d'événements neutrinos electron-like entre 200 et 475 MeV[150]. Et en 2010, lorsque les tests ont été effectués avec des antineutrinos (comme dans LSND), le résultat est en accord avec le résultat LSND, c'est-à-dire qu'un excès a été observé aux énergies de l'ordre de 450-1250 MeV[151],[152]. La discussion est toujours ouverte pour savoir si ces anomalies peuvent être expliquées par des neutrinos stériles, ou si elles indiquent une violation de Lorentz ; d'autres recherches théoriques et expérimentales sont en cours[153].

Discussions résolues[modifier | modifier le code]

En 2011, la collaboration OPERA a publié (dans une prépublication arXiv), non revue par les pairs) les résultats des mesures des neutrinos, selon laquelle les neutrinos sont légèrement plus rapides que la lumière[154]. Les neutrinos seraient apparemment arrivés plus tôt de ~ 60 ns. L'écart-type était 6σ, clairement au-delà de la limite de 5σ nécessaire pour un résultat significatif. Cependant, en 2012, il a été constaté que ce résultat était dû à des erreurs de mesure. Le résultat final est conforme à la vitesse de la lumière[155], Voir l'anomalie des neutrinos plus rapides que la lumière.

En 2010, MINOS fait état de différences entre la disparition (et donc les masses) des neutrinos et antineutrinos au niveau de 2,3 sigma. Ce serait contraire à la symétrie CPT et la symétrie de Lorentz[156],[157],[158]. Cependant, en 2011 la collaboration MINOS a mis à jour ses résultats concernant les antineutrinos, et rapporte que la différence n'est pas aussi grande que prévue initialement, après analyse de nouvelles données[159]. En 2012, ils ont publié un document dans lequel ils signalent que la différence est maintenant résolue[160].

En 2007, la collaboration de MAGIC a publié un article dans lequel ils affirment une dépendance énergétique possible de la vitesse de photons provenant de la galaxie Markarian 501. Ils ont avancé la possible existence d'un effet d'émission à la source dépendant de l'énergie qui pourraient donner de tels résultats[48],[161]. Toutefois, le résultat de MAGIC a été remplacé par des mesures beaucoup plus précises de la collaboration Fermi-LAT, qui n'a pas montré un tel effet, même au-delà de l'énergie de Planck.[45] Pour plus de détails, voir la section Dispersion.

En 1997, Nodland & Ralston ont affirmé avoir trouvé une rotation du plan de polarisation de la lumière provenant de galaxies radio lointaines. Cela semble indiquer une anisotropie de l'espace[162],[163],[164]. Cela a attiré un certain intérêt des médias. Cependant, des critiques sont apparues immédiatement, contestant l'interprétation des données, et qui mentionnent des erreurs dans la publication[165],[166],[167],[168],[169],[170],[171]. Des recherches plus récentes n'ont trouvé aucune preuve de cet effet, voir la section Biréfringence.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans l'épisode de Futurama "Law and Oracle" (2011), Erwin Schrödinger est arrêté par les flics pour violation de l'invariance de Lorentz, en allant à 24 km/h au-delà de la vitesse de la lumière.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. David Mattingly, « Modern Tests of Lorentz Invariance », Living Rev. Relativity, vol. 8, no 5,‎ (lire en ligne)
  2. V.A. Kostelecky et N. Russell, « Data tables for Lorentz and CPT violation », Reviews of Modern Physics, vol. 83, no 1,‎ , p. 11–31 (DOI 10.1103/RevModPhys.83.11, Bibcode 2011RvMP...83...11K, arXiv 0801.0287)
  3. a et b S. Liberati, « Tests of Lorentz invariance: a 2013 update », Classical and Quantum Gravity, vol. 30, no 13,‎ , p. 133001 (DOI 10.1088/0264-9381/30/13/133001, arXiv 1304.5795)
  4. Don Colladay et V. Alan Kostelecký, « CPT violation and the standard model », Physical Review D, vol. 55, no 11,‎ , p. 6760–6774 (DOI 10.1103/PhysRevD.55.6760, arXiv hep-ph/9703464)
  5. Don Colladay et V. Alan Kostelecký, « Lorentz-violating extension of the standard model », Physical Review D, vol. 58, no 11,‎ , p. 116002 (DOI 10.1103/PhysRevD.58.116002, arXiv hep-ph/9809521)
  6. a, b et c V. Alan Kostelecký et Matthew Mewes, « Signals for Lorentz violation in electrodynamics », Physical Review D, vol. 66, no 5,‎ , p. 056005 (DOI 10.1103/PhysRevD.66.056005, arXiv hep-ph/0205211)
  7. a, b et c Sidney Coleman et Sheldon L. Glashow, « High-energy tests of Lorentz invariance », Physical Review D, vol. 59, no 11,‎ , p. 116008 (DOI 10.1103/PhysRevD.59.116008, arXiv hep-ph/9812418)
  8. Rodolfo Gambini et Jorge Pullin, « Nonstandard optics from quantum space-time », Physical Review D, vol. 59, no 12,‎ , p. 124021 (DOI 10.1103/PhysRevD.59.124021, arXiv gr-qc/9809038)
  9. a et b Robert C. Myers et Maxim Pospelov, « Ultraviolet Modifications of Dispersion Relations in Effective Field Theory », Physical Review Letters, vol. 90, no 21,‎ , p. 211601 (DOI 10.1103/PhysRevLett.90.211601, Bibcode 2003PhRvL..90u1601M, arXiv hep-ph/0301124)
  10. a, b, c, d, e, f et g V. Alan Kostelecký et Matthew Mewes, « Electrodynamics with Lorentz-violating operators of arbitrary dimension », Physical Review D, vol. 80, no 1,‎ , p. 015020 (DOI 10.1103/PhysRevD.80.015020, Bibcode 2009PhRvD..80a5020K, arXiv 0905.0031)
  11. a et b Hohensee et al., « Improved constraints on isotropic shift and anisotropies of the speed of light using rotating cryogenic sapphire oscillators », Physical Review D, vol. 82, no 7,‎ , p. 076001 (DOI 10.1103/PhysRevD.82.076001, arXiv 1006.1376)
  12. Hohensee et al., Covariant Quantization of Lorentz-Violating Electromagnetism,‎ (arXiv 1210.2683); Standalone version of work included in the Ph.D. Thesis of M.A. Hohensee.
  13. a, b et c Tobar et al., « New methods of testing Lorentz violation in electrodynamics », Physical Review D, vol. 71, no 2,‎ , p. 025004 (DOI 10.1103/PhysRevD.71.025004, arXiv hep-ph/0408006)
  14. a et b Bocquet et al., « Limits on Light-Speed Anisotropies from Compton Scattering of High-Energy Electrons », Physical Review Letters, vol. 104, no 24,‎ , p. 24160 (DOI 10.1103/PhysRevLett.104.241601, Bibcode 2010PhRvL.104x1601B, arXiv 1005.5230)
  15. V. G. Gurzadyan et A. T. Margarian, « Inverse Compton testing of fundamental physics and the cosmic background radiation », Physica Scripta, vol. 53,‎ , p. 513 (DOI 10.1088/0031-8949/53/5/001, Bibcode 1996PhyS...53..513G)
  16. Gurzadyan et al., « A new limit on the light speed isotropy from the GRAAL experiment at the ESRF », Proc. 12th M.Grossmann Meeting on General Relativity, vol. B,‎ , p. 1495 (Bibcode 2010arXiv1004.2867G, arXiv 1004.2867)
  17. Zhou, Lingli, Ma, Bo-Qiang, « A theoretical diagnosis on light speed anisotropy from GRAAL experiment », Astroparticle Physics, vol. 36, no 1,‎ , p. 37–41 (DOI 10.1016/j.astropartphys.2012.04.015, arXiv 1009.1675)
  18. Michimura et al., « New Limit on Lorentz Violation Using a Double-Pass Optical Ring Cavity », Physical Review Letters, vol. 110, no 20,‎ , p. 200401 (DOI 10.1103/PhysRevLett.110.200401, Bibcode 2013PhRvL.110t0401M, arXiv 1303.6709)
  19. Baynes et al., « Oscillating Test of the Isotropic Shift of the Speed of Light », Physical Review Letters, vol. 108, no 26,‎ , p. 260801 (DOI 10.1103/PhysRevLett.108.260801, Bibcode 2012PhRvL.108z0801B)
  20. Baynes et al., « Testing Lorentz invariance using an odd-parity asymmetric optical resonator », Physical Review D, vol. 84, no 8,‎ , p. 081101 (DOI 10.1103/PhysRevD.84.081101, arXiv 1108.5414)
  21. \scriptstyle{\tilde{\kappa}_{o+}} combiné avec coefficients électroniques
  22. Herrmann et al., « Rotating optical cavity experiment testing Lorentz invariance at the 10-17 level », Physical Review D, vol. 80, no 100,‎ , p. 105011 (DOI 10.1103/PhysRevD.80.105011, Bibcode 2009PhRvD..80j5011H, arXiv 1002.1284)
  23. Eisele et al., « Laboratory Test of the Isotropy of Light Propagation at the 10-17 level », Physical Review Letters, vol. 103, no 9,‎ , p. 090401 (PMID 19792767, DOI 10.1103/PhysRevLett.103.090401, Bibcode 2009PhRvL.103i0401E, lire en ligne)
  24. Tobar et al., « Testing local Lorentz and position invariance and variation of fundamental constants by searching the derivative of the comparison frequency between a cryogenic sapphire oscillator and hydrogen maser », Physical Review D, vol. 81, no 2,‎ , p. 022003 (DOI 10.1103/PhysRevD.81.022003, Bibcode 2010PhRvD..81b2003T, arXiv 0912.2803)
  25. Tobar et al., « Rotating odd-parity Lorentz invariance test in elecrodynamics », Physical Review D, vol. 80, no 12,‎ , p. 125024 (DOI 10.1103/PhysRevD.80.125024, arXiv 0909.2076)
  26. Müller et al., « Relativity tests by complementary rotating Michelson-Morley experiments », Phys. Rev. Lett., vol. 99, no 5,‎ , p. 050401 (PMID 17930733, DOI 10.1103/PhysRevLett.99.050401, Bibcode 2007PhRvL..99e0401M, arXiv 0706.2031)
  27. Carone et al., « New bounds on isotropic Lorentz violation », Physical Review D, vol. 74, no 7,‎ , p. 077901 (DOI 10.1103/PhysRevD.74.077901, arXiv hep-ph/0609150)
  28. mesurée en étudiant le moment magnétique anormal de l'électron.
  29. Stanwix et al., « Improved test of Lorentz invariance in electrodynamics using rotating cryogenic sapphire oscillators », Physical Review D, vol. 74, no 8,‎ , p. 081101 (DOI 10.1103/PhysRevD.74.081101, Bibcode 2006PhRvD..74h1101S, arXiv gr-qc/0609072)
  30. Herrmann et al., « Test of the Isotropy of the Speed of Light Using a Continuously Rotating Optical Resonator », Phys. Rev. Lett., vol. 95, no 15,‎ , p. 150401 (PMID 16241700, DOI 10.1103/PhysRevLett.95.150401, Bibcode 2005PhRvL..95o0401H, arXiv physics/0508097)
  31. Stanwix et al., « Test of Lorentz Invariance in Electrodynamics Using Rotating Cryogenic Sapphire Microwave Oscillators », Physical Review Letters, vol. 95, no 4,‎ , p. 040404 (PMID 16090785, DOI 10.1103/PhysRevLett.95.040404, Bibcode 2005PhRvL..95d0404S, arXiv hep-ph/0506074)
  32. Antonini et al., « Test of constancy of speed of light with rotating cryogenic optical resonators », Physical Review A, vol. 71, no 5,‎ , p. 050101 (DOI 10.1103/PhysRevA.71.050101, Bibcode 2005PhRvA..71e0101A, arXiv gr-qc/0504109)
  33. Wolf et al., « Improved test of Lorentz invariance in electrodynamics », Physical Review D, vol. 70, no 5,‎ , p. 051902 (DOI 10.1103/PhysRevD.70.051902, Bibcode 2004PhRvD..70e1902W, arXiv hep-ph/0407232)
  34. Wolf et al., « Whispering Gallery Resonators and Tests of Lorentz Invariance », General Relativity and Gravitation, vol. 36, no 10,‎ , p. 2351–2372 (DOI 10.1023/B:GERG.0000046188.87741.51, Bibcode 2004GReGr..36.2351W, arXiv gr-qc/0401017)
  35. Müller et al., « Modern Michelson-Morley experiment using cryogenic optical resonators », Physical Review Letters, vol. 91, no 2,‎ , p. 020401 (PMID 12906465, DOI 10.1103/PhysRevLett.91.020401, Bibcode 2003PhRvL..91b0401M, arXiv physics/0305117)
  36. Lipa et al., « New Limit on Signals of Lorentz Violation in Electrodynamics », Physical Review Letters, vol. 90, no 6,‎ , p. 060403 (DOI 10.1103/PhysRevLett.90.060403, Bibcode 2003PhRvL..90f0403L, arXiv physics/0302093)
  37. Wolf et al., « Tests of Lorentz Invariance using a Microwave Resonator », Physical Review Letters, vol. 90, no 6,‎ , p. 060402 (PMID 12633279, DOI 10.1103/PhysRevLett.90.060402, Bibcode 2003PhRvL..90f0402W, arXiv gr-qc/0210049)
  38. Braxmaier et al., « Tests of Relativity Using a Cryogenic Optical Resonator », Phys. Rev. Lett., vol. 88, no 1,‎ , p. 010401 (PMID 11800924, DOI 10.1103/PhysRevLett.88.010401, Bibcode 2002PhRvL..88a0401B, lire en ligne)
  39. Dieter Hils et J. L. Hall, « Improved Kennedy-Thorndike experiment to test special relativity », Phys. Rev. Lett., vol. 64, no 15,‎ , p. 1697–1700 (PMID 10041466, DOI 10.1103/PhysRevLett.64.1697, Bibcode 1990PhRvL..64.1697H)
  40. A. Brillet et J. L. Hall, « Improved laser test of the isotropy of space », Phys. Rev. Lett., vol. 42, no 9,‎ , p. 549–552 (DOI 10.1103/PhysRevLett.42.549, Bibcode 1979PhRvL..42..549B)
  41. James G. Williams, Slava G. Turyshev et Dale H. Boggs, « Lunar Laser Ranging Tests of the Equivalence Principle with the Earth and Moon », International Journal of Modern Physics D, vol. 18, no 7,‎ , p. 1129–1175 (DOI 10.1142/S021827180901500X, Bibcode 2009IJMPD..18.1129W, arXiv gr-qc/0507083)
  42. Z. Bay et J. A. White, « Radar astronomy and the special theory of relativity », Acta physica Academiae Scientiarum Hungaricae, vol. 51, no 3,‎ , p. 273–297 (DOI 10.1007/BF03155586, Bibcode 1981AcPhy..51..273B)
  43. J. Müller et M. H. Soffel, « A Kennedy-Thorndike experiment using LLR data », Physics Letters A, vol. 198, no 2,‎ , p. 71–73 (DOI 10.1016/0375-9601(94)01001-B, Bibcode 1995PhLA..198...71M)
  44. a et b Müller, J., Nordtvedt, K., Schneider, M., Vokrouhlicky, D.:, « Improved Determination of Relativistic Quantities from LLR », Proceedings of the 11th International Workshop on Laser Ranging Instrumentation, vol. 10,‎ , p. 216–222 (lire en ligne)
  45. a, b et c Fermi LAT Collaboration, « A limit on the variation of the speed of light arising from quantum gravity effects », Nature, vol. 462, no 7271,‎ , p. 331–334 (PMID 19865083, DOI 10.1038/nature08574, arXiv 0908.1832)
  46. Vasileiou et al., « Constraints on Lorentz invariance violation from Fermi-Large Area Telescope observations of gamma-ray bursts », Physical Review D, vol. 87, no 12,‎ , p. 122001 (DOI 10.1103/PhysRevD.87.122001, arXiv 1305.3463)
  47. HESS Collaboration, « Limits on an Energy Dependence of the Speed of Light from a Flare of the Active Galaxy PKS 2155-304 », Physics Letters B, vol. 101, no 17,‎ , p. 170402 (DOI 10.1103/PhysRevLett.101.170402, Bibcode 2008PhRvL.101q0402A, arXiv 0810.3475)
  48. a et b MAGIC Collaboration, « Probing quantum gravity using photons from a flare of the active galactic nucleus Markarian 501 observed by the MAGIC telescope », Physics Letters B, vol. 668, no 4,‎ , p. 253–257 (DOI 10.1016/j.physletb.2008.08.053, Bibcode 2008PhLB..668..253M, arXiv 0708.2889)
  49. Ellis et al., « Robust limits on Lorentz violation from gamma-ray bursts », Astroparticle Physics, vol. 25, no 6,‎ , p. 402–411 (DOI 10.1016/j.astropartphys.2006.04.001, arXiv astro-ph/0510172)
  50. Ellis et al., « Corrigendum to "Robust limits on Lorentz violation from gamma-ray bursts" », Astroparticle Physics, vol. 29, no 2,‎ , p. 158–159 (DOI 10.1016/j.astropartphys.2007.12.003, arXiv 0712.2781)
  51. Lamon et al., « Study of Lorentz violation in INTEGRAL gamma-ray bursts », General Relativity and Gravitation, vol. 40, no 8,‎ , p. 1731–1743 (DOI 10.1007/s10714-007-0580-6, arXiv 0706.4039)
  52. María Rodríguez Martínez et al., « GRB 051221A and tests of Lorentz symmetry », Journal of Cosmology and Astroparticle Physics, no 5,‎ , p. 017 (DOI 10.1088/1475-7516/2006/05/017, arXiv astro-ph/0601556)
  53. Boggs et al., « Testing Lorentz Invariance with GRB021206 », The Astrophysical Journal, vol. 611, no 2,‎ , p. L77-L80 (DOI 10.1086/423933, Bibcode 2004ApJ...611L..77B, arXiv astro-ph/0310307)
  54. Ellis et al., « Quantum-gravity analysis of gamma-ray bursts using wavelets », Astronomy and Astrophysics, vol. 402,‎ , p. 409–424 (DOI 10.1051/0004-6361:20030263, Bibcode 2003A&A...402..409E, arXiv astro-ph/0210124)
  55. Ellis et al., « A Search in Gamma-Ray Burst Data for Nonconstancy of the Velocity of Light », The Astrophysical Journal, vol. 535, no 1,‎ , p. 139–151 (DOI 10.1086/308825, Bibcode 2000ApJ...535..139E, arXiv astro-ph/9907340)
  56. Philip Kaaret, « Pulsar radiation and quantum gravity », Astronomy and Astrophysics, vol. 345,‎ , p. L32-L34 (arXiv astro-ph/9903464)
  57. Bradley E. Schaefer, « Severe Limits on Variations of the Speed of Light with Frequency », Physical Review Letters, vol. 82, no 25,‎ , p. 4964–4966 (DOI 10.1103/PhysRevLett.82.4964, Bibcode 1999PhRvL..82.4964S, arXiv astro-ph/9810479)
  58. Biller et al., « Limits to Quantum Gravity Effects on Energy Dependence of the Speed of Light from Observations of TeV Flares in Active Galaxies », Physical Review Letters, vol. 83, no 11,‎ , p. 2108–2111 (DOI 10.1103/PhysRevLett.83.2108, Bibcode 1999PhRvL..83.2108B, arXiv gr-qc/9810044)
  59. a, b, c et d Floyd W. Stecker, « A new limit on Planck scale Lorentz violation from γ-ray burst polarization », Astroparticle Physics, vol. 35, no 2,‎ , p. 95–97 (DOI 10.1016/j.astropartphys.2011.06.007, arXiv 1102.2784)
  60. Götz et al., « The polarized gamma-ray burst GRB 061122 », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 431, no 4,‎ , p. 3550–3556 (DOI 10.1093/mnras/stt439, arXiv 1303.4186)
  61. Toma et al., « Strict Limit on CPT Violation from Polarization of γ-Ray Bursts », Physical Review Letters, vol. 109, no 24,‎ , p. 241104 (DOI 10.1103/PhysRevLett.109.241104, Bibcode 2012PhRvL.109x1104T, arXiv 1208.5288)
  62. Laurent et al., « Constraints on Lorentz Invariance Violation using integral/IBIS observations of GRB041219A », Physical Review D, vol. 83, no 12,‎ , p. 121301 (DOI 10.1103/PhysRevD.83.121301, arXiv 1106.1068)
  63. QUaD Collaboration, « Parity Violation Constraints Using Cosmic Microwave Background Polarization Spectra from 2006 and 2007 Observations by the QUaD Polarimeter », Physical Review Letters, vol. 102, no 16,‎ , p. 161302 (DOI 10.1103/PhysRevLett.102.161302, Bibcode 2009PhRvL.102p1302W, arXiv 0811.0618)
  64. V. Alan Kostelecký et Matthew Mewes, « Astrophysical Tests of Lorentz and CPT Violation with Photons », The Astrophysical Journal, vol. 689, no 1,‎ , p. L1-L4 (DOI 10.1086/595815, Bibcode 2008ApJ...689L...1K, arXiv 0809.2846)
  65. Maccione et al., « γ-ray polarization constraints on Planck scale violations of special relativity », Physical Review D, vol. 78, no 10,‎ , p. 103003 (DOI 10.1103/PhysRevD.78.103003, arXiv 0809.0220)
  66. Komatsu et al., « Five-Year Wilkinson Microwave Anisotropy Probe Observations: Cosmological Interpretation », The Astrophysical Journal Supplement, vol. 180, no 2,‎ , p. 330–376 (DOI 10.1088/0067-0049/180/2/330, Bibcode 2009ApJS..180..330K, arXiv 0803.0547)
  67. Kahniashvili et al., « Testing Lorentz invariance violation with Wilkinson Microwave Anisotropy Probe five year data », Physical Review D, vol. 78, no 12,‎ , p. 123009 (DOI 10.1103/PhysRevD.78.123009, arXiv 0807.2593)
  68. Xia et al., « Testing CPT Symmetry with CMB Measurements: Update after WMAP5 », The Astrophysical Journal, vol. 679, no 2,‎ , p. L61-L63 (DOI 10.1086/589447, Bibcode 2008ApJ...679L..61X, arXiv 0803.2350)
  69. Cabella et al., « Constraints on CPT violation from Wilkinson Microwave Anisotropy Probe three year polarization data: A wavelet analysis », Physical Review D, vol. 76, no 12,‎ , p. 123014 (DOI 10.1103/PhysRevD.76.123014, arXiv 0705.0810)
  70. Fan et al., « γ-ray burst ultraviolet/optical afterglow polarimetry as a probe of quantum gravity », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 376, no 4,‎ , p. 1857–1860 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2007.11576.x, Bibcode 2007MNRAS.376.1857F, arXiv astro-ph/0702006)
  71. Feng et al., « Searching for CPT Violation with Cosmic Microwave Background Data from WMAP and BOOMERANG », Physical Review Letters, vol. 96, no 22,‎ , p. 221302 (DOI 10.1103/PhysRevLett.96.221302, Bibcode 2006PhRvL..96v1302F, arXiv astro-ph/0601095)
  72. Reinaldo J. Gleiser et Carlos N. Kozameh, « Astrophysical limits on quantum gravity motivated birefringence », Physical Review D, vol. 64, no 8,‎ , p. 083007 (DOI 10.1103/PhysRevD.64.083007, arXiv gr-qc/0102093)
  73. Carroll et al., « Limits on a Lorentz- and parity-violating modification of electrodynamics », Physical Review D, vol. 41, no 4,‎ , p. 1231–1240 (DOI 10.1103/PhysRevD.41.1231)
  74. Jacobson et al., « Threshold effects and Planck scale Lorentz violation: Combined constraints from high energy astrophysics », Physical Review D, vol. 67, no 12,‎ , p. 124011 (DOI 10.1103/PhysRevD.67.124011, arXiv hep-ph/0209264)
  75. a et b Hohensee et al., « Particle-Accelerator Constraints on Isotropic Modifications of the Speed of Light », Physical Review Letters, vol. 102, no 17,‎ , p. 170402 (DOI 10.1103/PhysRevLett.102.170402, Bibcode 2009PhRvL.102q0402H, arXiv 0904.2031)
  76. Floyd W. Stecker et Sean T. Scully, « Searching for new physics with ultrahigh energy cosmic rays », New Journal of Physics, vol. 11, no 8,‎ , p. 085003 (DOI 10.1088/1367-2630/11/8/085003, arXiv 0906.1735)
  77. a et b Brett Altschul, « Bounding isotropic Lorentz violation using synchrotron losses at LEP », Physical Review D, vol. 80, no 9,‎ , p. 091901 (DOI 10.1103/PhysRevD.80.091901, arXiv 0905.4346)
  78. Bi Xiao-Jun, Cao Zhen, Li Ye et Yuan Qiang, « Testing Lorentz invariance with the ultrahigh energy cosmic ray spectrum », Physical Review D, vol. 79, no 8,‎ , p. 083015 (DOI 10.1103/PhysRevD.79.083015, arXiv 0812.0121)
  79. F. R. Klinkhamer et M. Schreck, « New two-sided bound on the isotropic Lorentz-violating parameter of modified Maxwell theory », Physical Review D, vol. 78, no 8,‎ , p. 085026 (DOI 10.1103/PhysRevD.78.085026, arXiv 0809.3217)
  80. F. R. Klinkhamer et M. Risse, « Ultrahigh-energy cosmic-ray bounds on nonbirefringent modified Maxwell theory », Physical Review D, vol. 77, no 1,‎ , p. 016002 (DOI 10.1103/PhysRevD.77.016002, arXiv 0709.2502)
  81. C. Kaufhold et F. R. Klinkhamer, « Vacuum Cherenkov radiation in spacelike Maxwell-Chern-Simons theory », Physical Review D, vol. 76, no 2,‎ , p. 025024 (DOI 10.1103/PhysRevD.76.025024, arXiv 0704.3255)
  82. Brett Altschul, « Lorentz violation and synchrotron radiation », Physical Review D, vol. 72, no 8,‎ , p. 085003 (DOI 10.1103/PhysRevD.72.085003, arXiv hep-th/0507258)
  83. Olivier Gagnon et Guy D. Moore, « Limits on Lorentz violation from the highest energy cosmic rays », Physical Review D, vol. 70, no 6,‎ , p. 065002 (DOI 10.1103/PhysRevD.70.065002, arXiv hep-ph/0404196)
  84. Jacobson et al., « New Limits on Planck Scale Lorentz Violation in QED », Physical Review Letters, vol. 93, no 2,‎ , p. 021101 (DOI 10.1103/PhysRevLett.93.021101, Bibcode 2004PhRvL..93b1101J, arXiv astro-ph/0309681)
  85. a et b M. Smiciklas et al., « New Test of Local Lorentz Invariance Using a 21Ne-Rb-K Comagnetometer », Physical Review Letters, vol. 107, no 17,‎ , p. 171604 (PMID 22107506, DOI 10.1103/PhysRevLett.107.171604, Bibcode 2011PhRvL.107q1604S, arXiv 1106.0738)
  86. V. Alan Kostelecký et Charles D. Lane, « Constraints on Lorentz violation from clock-comparison experiments », Physical Review D, vol. 60, no 11,‎ , p. 116010 (DOI 10.1103/PhysRevD.60.116010, Bibcode 1999PhRvD..60k6010K, arXiv hep-ph/9908504)
  87. Will, C.M., « The Confrontation between General Relativity and Experiment », Living Rev. Relativity, vol. 9,‎ , p. 12 (DOI 10.12942/lrr-2006-3, Bibcode 2006LRR.....9....3W, arXiv gr-qc/0510072, lire en ligne)
  88. Hohensee et al., « Limits on violations of Lorentz symmetry and the Einstein equivalence principle using radio-frequency spectroscopy of atomic dysprosium », Physical Review Letters, vol. 111, no 5,‎ , p. 050401 (DOI 10.1103/PhysRevLett.111.050401, Bibcode 2013PhRvL.111e0401H, arXiv 1303.2747)
  89. Peck et al., « New Limits on Local Lorentz Invariance in Mercury and Cesium », Physical Review A, vol. 86, no 1,‎ , p. 012109 (DOI 10.1103/PhysRevA.86.012109, Bibcode 2012PhRvA..86a2109P, arXiv 1205.5022)
  90. Gemmel et al., « Limit on Lorentz and CPT violation of the bound neutron using a free precession He3/Xe129 comagnetometer », Physical Review D, vol. 82, no 11,‎ , p. 111901 (DOI 10.1103/PhysRevD.82.111901, Bibcode 2010PhRvD..82k1901G, arXiv 1011.2143)
  91. Brown et al., « New Limit on Lorentz- and CPT-Violating Neutron Spin Interactions », Physical Review Letters, vol. 105, no 15,‎ , p. 151604 (PMID 21230893, DOI 10.1103/PhysRevLett.105.151604, Bibcode 2010PhRvL.105o1604B, arXiv 1006.5425)
  92. I. Altarev et al., « Test of Lorentz Invariance with Spin Precession of Ultracold Neutrons », Physical Review Letters, vol. 103, no 8,‎ , p. 081602 (PMID 19792714, DOI 10.1103/PhysRevLett.103.081602, Bibcode 2009PhRvL.103h1602A, arXiv 0905.3221)
  93. Heckel et al., « Preferred-frame and CP-violation tests with polarized electrons », Physical Review D, vol. 78, no 9,‎ , p. 092006 (DOI 10.1103/PhysRevD.78.092006, Bibcode 2008PhRvD..78i2006H, arXiv 0808.2673)
  94. Wolf et al., « Cold Atom Clock Test of Lorentz Invariance in the Matter Sector », Physical Review Letters, vol. 96, no 6,‎ , p. 060801 (PMID 16605978, DOI 10.1103/PhysRevLett.96.060801, Bibcode 2006PhRvL..96f0801W, arXiv hep-ph/0601024)
  95. Canè et al., « Bound on Lorentz and CPT Violating Boost Effects for the Neutron », Physical Review Letters, vol. 93, no 23,‎ , p. 230801 (PMID 15601138, DOI 10.1103/PhysRevLett.93.230801, Bibcode 2004PhRvL..93w0801C, arXiv physics/0309070)
  96. Heckel et al., « New CP-Violation and Preferred-Frame Tests with Polarized Electrons », Physical Review Letters, vol. 97, no 2,‎ , p. 021603 (PMID 16907432, DOI 10.1103/PhysRevLett.97.021603, Bibcode 2006PhRvL..97b1603H, arXiv hep-ph/0606218)
  97. Humphrey et al., « Testing CPT and Lorentz symmetry with hydrogen masers », Physical Review A, vol. 68, no 6,‎ , p. 063807 (DOI 10.1103/PhysRevA.68.063807, Bibcode 2003PhRvA..68f3807H, arXiv physics/0103068)
  98. Hou et al., « Test of Cosmic Spatial Isotropy for Polarized Electrons Using a Rotatable Torsion Balance », Physical Review Letters, vol. 90, no 20,‎ , p. 201101 (PMID 12785879, DOI 10.1103/PhysRevLett.90.201101, Bibcode 2003PhRvL..90t1101H, arXiv physics/0009012)
  99. Phillips et al., « Limit on Lorentz and CPT violation of the proton using a hydrogen maser », Physical Review D, vol. 63, no 11,‎ , p. 111101 (DOI 10.1103/PhysRevD.63.111101, Bibcode 2001PhRvD..63k1101P, arXiv physics/0008230)
  100. Bear et al., « Limit on Lorentz and CPT Violation of the Neutron Using a Two-Species Noble-Gas Maser », Physical Review Letters, vol. 85, no 24,‎ , p. 5038–5041 (PMID 11102181, DOI 10.1103/PhysRevLett.85.5038, Bibcode 2000PhRvL..85.5038B, arXiv physics/0007049)
  101. Chou et al., « Optical Clocks and Relativity », Science, vol. 329, no 5999,‎ , p. 1630–1633 (PMID 20929843, DOI 10.1126/science.1192720, Bibcode 2010Sci...329.1630C)
  102. C. Novotny et al., « Sub-Doppler laser spectroscopy on relativistic beams and tests of Lorentz invariance », Physical Review A, vol. 80, no 2,‎ , p. 022107 (DOI 10.1103/PhysRevA.80.022107)
  103. Reinhardt et al., « Test of relativistic time dilation with fast optical atomic clocks at different velocities », Nature Physics, vol. 3, no 12,‎ , p. 861–864 (DOI 10.1038/nphys778, Bibcode 2007NatPh...3..861R)
  104. Saathoff et al., « Improved Test of Time Dilation in Special Relativity », Phys. Rev. Lett., vol. 91, no 19,‎ , p. 190403 (DOI 10.1103/PhysRevLett.91.190403, Bibcode 2003PhRvL..91s0403S)
  105. Grieser et al., « A test of special relativity with stored lithium ions », Applied Physics B Lasers and Optics, vol. 59, no 2,‎ , p. 127–133 (DOI 10.1007/BF01081163)
  106. O. W. Greenberg, « CPT Violation Implies Violation of Lorentz Invariance », Physical Review Letters, vol. 89, no 23,‎ , p. 231602 (DOI 10.1103/PhysRevLett.89.231602, Bibcode 2002PhRvL..89w1602G, arXiv hep-ph/0201258)
  107. O. W. Greenberg, « Remarks on a challenge to the relation between CPT and Lorentz violation »,‎ (arXiv 1105.0927)
  108. Belle Collaboration, « Search for time-dependent CPT violation in hadronic and semileptonic B decays », Physical Review D, vol. 85, no 7,‎ , p. 071105 (DOI 10.1103/PhysRevD.85.071105, arXiv 1203.0930)
  109. V. Alan Kostelecký et Richard J. van Kooten, « CPT violation and B-meson oscillations », Physical Review D, vol. 82, no 10,‎ , p. 101702 (DOI 10.1103/PhysRevD.82.101702, arXiv 1007.5312)
  110. BaBar Collaboration, « Search for CPT and Lorentz Violation in B0-Bmacr0 Oscillations with Dilepton Events », Physical Review Letters, vol. 100, no 3,‎ , p. 131802 (DOI 10.1103/PhysRevLett.100.131802, Bibcode 2008PhRvL.100m1802A, arXiv 0711.2713)
  111. Belle Collaboration, « Studies of B0-B0 mixing properties with inclusive dilepton events », Physical Review D, vol. 67, no 5,‎ , p. 052004 (DOI 10.1103/PhysRevD.67.052004, arXiv hep-ex/0212033)
  112. FOCUS Collaboration, « Charm system tests of CPT and Lorentz invariance with FOCUS », Physics Letters B, vol. 556, no 1-2,‎ , p. 7–13 (DOI 10.1016/S0370-2693(03)00103-5, arXiv hep-ex/0208034)
  113. KTeV Collaboration, « Precise measurements of direct CP violation, CPT symmetry, and other parameters in the neutral kaon system », Physical Review D, vol. 83, no 9,‎ , p. 092001 (DOI 10.1103/PhysRevD.83.092001, arXiv 1011.0127)
  114. KLOE Collaboration, « First observation of quantum interference in the process ϕ→KK→ππππ: A test of quantum mechanics and CPT symmetry », Physics Letters B, vol. 642, no 4,‎ , p. 315–321 (DOI 10.1016/j.physletb.2006.09.046, arXiv hep-ex/0607027)
  115. CPLEAR Collaboration, « Physics at CPLEAR », Physics Reports, vol. 374, no 3,‎ , p. 165–270 (DOI 10.1016/S0370-1573(02)00367-8)
  116. KTeV Collaboration, « Measurements of direct CP violation, CPT symmetry, and other parameters in the neutral kaon system », Physical Review D, vol. 67, no 1,‎ , p. 012005 (DOI 10.1103/PhysRevD.67.012005, arXiv hep-ex/0208007)
  117. NA31 Collaboration, « A measurement of the phases of the CP-violating amplitudes in K0→2π decays and a test of CPT invariance », Physics Letters B, vol. 237, no 2,‎ , p. 303–312 (DOI 10.1016/0370-2693(90)91448-K)
  118. CDF Collaboration, « Measurement of the Mass Difference Between Top and Anti-top Quarks », Physical Review D, vol. 87, no 5,‎ , p. 052013 (DOI 10.1103/PhysRevD.87.052013, arXiv 1210.6131)
  119. CMS Collaboration, « Measurement of the Mass Difference between Top and Antitop Quarks », Journal of High Energy Physics,‎ , p. 109 (DOI 10.1007/JHEP06(2012)109, arXiv 1204.2807)
  120. D0 Collaboration, « Direct Measurement of the Mass Difference between Top and Antitop Quarks », Physical Review D, vol. 84, no 5,‎ , p. 052005 (DOI 10.1103/PhysRevD.84.052005, arXiv 1106.2063)
  121. CDF Collaboration, « Measurement of the Mass Difference between t and t¯ Quarks », Physical Review Letters, vol. 106, no 15,‎ , p. 152001 (DOI 10.1103/PhysRevLett.106.152001, Bibcode 2011PhRvL.106o2001A, arXiv 1103.2782)
  122. D0 Collaboration, « Direct Measurement of the Mass Difference between Top and Antitop Quarks », Physical Review Letters, vol. 103, no 13,‎ , p. 132001 (DOI 10.1103/PhysRevLett.103.132001, Bibcode 2009PhRvL.103m2001A, arXiv 0906.1172)
  123. Brett Altschul, « Astrophysical limits on Lorentz violation for all charged species », Astroparticle Physics, vol. 28, no 3,‎ , p. 380–384 (DOI 10.1016/j.astropartphys.2007.08.003, arXiv hep-ph/0610324)
  124. BABAR Collaboration, « Search for CPT and Lorentz Violation in B0-B0 Oscillations with Dilepton Events », Physical Review Letters, vol. 100, no 13,‎ , p. 131802 (DOI 10.1103/PhysRevLett.100.131802, Bibcode 2008PhRvL.100m1802A, arXiv 0711.2713)
  125. D0 Collaboration, « Search for violation of Lorentz invariance in top quark pair production and decay », Physical Review Letters, vol. 108, no 26,‎ , p. 261603 (DOI 10.1103/PhysRevLett.108.261603, Bibcode 2012PhRvL.108z1603A, arXiv 1203.6106)
  126. Charneski et al., « Lorentz violation bounds on Bhabha scattering », Physical Review D, vol. 86, no 4,‎ , p. 045003 (DOI 10.1103/PhysRevD.86.045003, arXiv 1204.0755)
  127. Quentin G. Bailey et V. Alan Kostelecký, « Signals for Lorentz violation in post-Newtonian gravity », Physical Review D, vol. 74, no 4,‎ , p. 045001 (DOI 10.1103/PhysRevD.74.045001, arXiv gr-qc/0603030)
  128. James B. R. Battat, John F. Chandler et Christopher W. Stubbs, « Testing for Lorentz Violation: Constraints on Standard-Model-Extension Parameters via Lunar Laser Ranging », Physical Review Letters, vol. 99, no 24,‎ , p. 241103 (DOI 10.1103/PhysRevLett.99.241103, Bibcode 2007PhRvL..99x1103B, arXiv 0710.0702)
  129. L. Iorio, « Orbital effects of Lorentz-violating standard model extension gravitomagnetism around a static body: a sensitivity analysis », Classical and Quantum Gravity, vol. 29, no 17,‎ , p. 175007 (DOI 10.1088/0264-9381/29/17/175007, arXiv 1203.1859)
  130. Xie Yi, « Testing Lorentz violation with binary pulsars: constraints on standard model extension », Research in Astronomy and Astrophysics, vol. 13, no 1,‎ , p. 1–4 (DOI 10.1088/1674-4527/13/1/001, arXiv 1208.0736)
  131. Jorge S. Díaz et V. Alan Kostelecký, « Lorentz- and CPT-violating models for neutrino oscillations », Physical Review D, vol. 85, no 1,‎ , p. 016013 (DOI 10.1103/PhysRevD.85.016013, arXiv 1108.1799)
  132. Double Chooz collaboration, « First test of Lorentz violation with a reactor-based antineutrino experiment », Physical Review D, vol. 86, no 11,‎ , p. 112009 (DOI 10.1103/PhysRevD.86.112009, arXiv 1209.5810)
  133. MINOS collaboration, « Search for Lorentz invariance and CPT violation with muon antineutrinos in the MINOS Near Detector », Physical Review D, vol. 85, no 3,‎ , p. 031101 (DOI 10.1103/PhysRevD.85.031101, arXiv 1201.2631)
  134. MiniBooNE Collaboration, « Test of Lorentz and CPT violation with Short Baseline Neutrino Oscillation Excesses », Physics Letters B, vol. 718, no 4,‎ , p. 1303–1308 (DOI 10.1016/j.physletb.2012.12.020, arXiv 1109.3480)
  135. IceCube Collaboration, « Search for a Lorentz-violating sidereal signal with atmospheric neutrinos in IceCube », Physical Review D, vol. 82, no 11,‎ , p. 112003 (DOI 10.1103/PhysRevD.82.112003, arXiv 1010.4096)
  136. MINOS collaboration, « Search for Lorentz Invariance and CPT Violation with the MINOS Far Detector », Physical Review Letters, vol. 105, no 15,‎ , p. 151601 (DOI 10.1103/PhysRevLett.105.151601, Bibcode 2010PhRvL.105o1601A, arXiv 1007.2791)
  137. MINOS collaboration, « Testing Lorentz Invariance and CPT Conservation with NuMI Neutrinos in the MINOS Near Detector », Physical Review Letters, vol. 101, no 15,‎ , p. 151601 (DOI 10.1103/PhysRevLett.101.151601, Bibcode 2008PhRvL.101o1601A, arXiv 0806.4945)
  138. LSND collaboration, « Tests of Lorentz violation in ν¯μ→ν¯e oscillations », Physical Review D, vol. 72, no 7,‎ , p. 076004 (DOI 10.1103/PhysRevD.72.076004, arXiv hep-ex/0506067)
  139. Mattingly et al., « Possible cosmogenic neutrino constraints on Planck-scale Lorentz violation », Journal of Cosmology and Astroparticle Physics, no 02,‎ , p. 007 (DOI 10.1088/1475-7516/2010/02/007, arXiv 0911.0521)
  140. Alan Kostelecky et Matthew Mewes, « Neutrinos with Lorentz-violating operators of arbitrary dimension », Physical Review D, vol. 85, no 9,‎ , p. 096005 (DOI 10.1103/PhysRevD.85.096005, arXiv 1112.6395)
  141. Borriello et al., « Stringent constraint on neutrino Lorentz invariance violation from the two IceCube PeV neutrinos », Physical Review D, vol. 87, no 11,‎ , p. 116009 (DOI 10.1103/PhysRevD.87.116009, arXiv 1303.5843)
  142. Cowsik et al., « Testing violations of Lorentz invariance with cosmic rays », Physical Review D, vol. 86, no 4,‎ , p. 045024 (DOI 10.1103/PhysRevD.86.045024, arXiv 1206.0713)
  143. Huo Yunjie, Li Tianjun, Liao Yi, Dimitri V. Nanopoulos et Qi, Yonghui, « Constraints on neutrino velocities revisited », Physical Review D, vol. 85, no 3,‎ , p. 034022 (DOI 10.1103/PhysRevD.85.034022, arXiv 1112.0264)
  144. ICARUS Collaboration, « A search for the analogue to Cherenkov radiation by high energy neutrinos at superluminal speeds in ICARUS », Physics Letters B, vol. 711, no 3-4,‎ , p. 270–275 (DOI 10.1016/j.physletb.2012.04.014, arXiv 1110.3763)
  145. R. Cowsik, S. Nussinov et U. Sarkar, « Superluminal neutrinos at OPERA confront pion decay kinematics », Physical Review Letters, vol. 107, no 25,‎ , p. 251801 (DOI 10.1103/PhysRevLett.107.251801, Bibcode 2011PhRvL.107y1801C, arXiv 1110.0241)
  146. Bi Xiao-Jun, Yin Peng-Fei, Yu Zhao-Huan et Yuan Qiang, « Constraints and tests of the OPERA superluminal neutrinos », Physical Review Letters, vol. 107, no 24,‎ , p. 241802 (DOI 10.1103/PhysRevLett.107.241802, Bibcode 2011PhRvL.107x1802B, arXiv 1109.6667)
  147. Andrew G. Cohen et Sheldon L. Glashow, « Pair Creation Constrains Superluminal Neutrino Propagation », Physical Review Letters, vol. 107, no 18,‎ , p. 181803 (DOI 10.1103/PhysRevLett.107.181803, Bibcode 2011PhRvL.107r1803C, arXiv 1109.6562)
  148. LSND Collaboration, « Evidence for neutrino oscillations from the observation of ν¯e appearance in a ν¯μ beam », Physical Review D, vol. 64, no 11,‎ , p. 112007 (DOI 10.1103/PhysRevD.64.112007, Bibcode 2001PhRvD..64k2007A, arXiv hep-ex/0104049)
  149. MiniBooNE Collaboration, « Search for Electron Neutrino Appearance at the Δm2˜1eV2 Scale », Physical Review Letters, vol. 98, no 23,‎ , p. 231801 (DOI 10.1103/PhysRevLett.98.231801, Bibcode 2007PhRvL..98w1801A, arXiv 0704.1500)
  150. MiniBooNE Collaboration, « Unexplained Excess of Electronlike Events from a 1-GeV Neutrino Beam », Physical Review Letters, vol. 102, no 10,‎ , p. 101802 (DOI 10.1103/PhysRevLett.102.101802, Bibcode 2009PhRvL.102j1802A, arXiv 0812.2243)
  151. « MiniBooNE results suggest antineutrinos act differently », Fermilab today,‎ (consulté le 14 décembre 2011)
  152. MiniBooNE Collaboration, « Event Excess in the MiniBooNE Search for ν¯μ→ν¯e Oscillations », Physical Review Letters, vol. 105, no 18,‎ , p. 181801 (DOI 10.1103/PhysRevLett.105.181801, Bibcode 2010PhRvL.105r1801A, arXiv 1007.1150)
  153. Jorge S. Diaz, « Overview of Lorentz Violation in Neutrinos », Proceedings of the DPF-2011 Conference,‎ (Bibcode 2011arXiv1109.4620D, arXiv 1109.4620)
  154. OPERA collaboration, « Measurement of the neutrino velocity with the OPERA detector in the CNGS beam »,‎ (arXiv 1109.4897v1)
  155. OPERA collaboration, « Measurement of the neutrino velocity with the OPERA detector in the CNGS beam »,‎ (arXiv 1109.4897v4)
  156. « New measurements from Fermilab’s MINOS experiment suggest a difference in a key property of neutrinos and antineutrinos », Fermilab press release,‎ (consulté le 14 décembre 2011)
  157. MINOS Collaboration, « First Direct Observation of Muon Antineutrino Disappearance », Physical Review Letters, vol. 107, no 2,‎ , p. 021801 (DOI 10.1103/PhysRevLett.107.021801, Bibcode 2011PhRvL.107b1801A, arXiv 1104.0344)
  158. MINOS Collaboration, « Search for the disappearance of muon antineutrinos in the NuMI neutrino beam », Physical Review D, vol. 84, no 7,‎ , p. 071103 (DOI 10.1103/PhysRevD.84.071103, Bibcode 2011PhRvD..84g1103A, arXiv 1108.1509)
  159. « Surprise difference in neutrino and antineutrino mass lessening with new measurements from a Fermilab experiment », Fermilab press release,‎ (consulté le 14 décembre 2011)
  160. MINOS Collaboration, « An improved measurement of muon antineutrino disappearance in MINOS », Physical Review Letters, vol. 108, no 19,‎ , p. 191801 (DOI 10.1103/PhysRevLett.108.191801, Bibcode 2012PhRvL.108s1801A, arXiv 1202.2772)
  161. George Musser, « Hints of a breakdown of relativity theory? », Scientific American,‎ (consulté le 15 octobre 2011)
  162. Borge Nodland et John P. Ralston, « Indication of Anisotropy in Electromagnetic Propagation over Cosmological Distances », Physical Review Letters, vol. 78, no 16,‎ , p. 3043–3046 (DOI 10.1103/PhysRevLett.78.3043, Bibcode 1997PhRvL..78.3043N, arXiv astro-ph/9704196)
  163. Borge Nodland et John P. Ralston, « Nodland and Ralston Reply: », Physical Review Letters, vol. 79, no 10,‎ , p. 1958 (DOI 10.1103/PhysRevLett.79.1958, Bibcode 1997PhRvL..79.1958N, arXiv astro-ph/9705190)
  164. Borge Nodland, John P. Ralston (1997), Response to Leahy's Comment on the Data's Indication of Cosmological Birefringence , Texte en accès libre sur arXiv : astro-ph/9706126.
  165. J.P. Leahy: http://www.jb.man.ac.uk/~jpl/screwy.html
  166. Ted Bunn: https://facultystaff.richmond.edu/~ebunn/biref/
  167. Daniel J. Eisenstein et Emory F. Bunn, « Appropriate Null Hypothesis for Cosmological Birefringence », Physical Review Letters, vol. 79, no 10,‎ , p. 1957 (DOI 10.1103/PhysRevLett.79.1957, Bibcode 1997PhRvL..79.1957E, arXiv astro-ph/9704247)
  168. Sean M. Carroll et George B. Field, « Is There Evidence for Cosmic Anisotropy in the Polarization of Distant Radio Sources? », Physical Review Letters, vol. 79, no 13,‎ , p. 2394–2397 (DOI 10.1103/PhysRevLett.79.2394, Bibcode 1997PhRvL..79.2394C, arXiv astro-ph/9704263)
  169. J. P. Leahy: (1997) Comment on the Measurement of Cosmological Birefringence , Texte en accès libre sur arXiv : astro-ph/9704285.
  170. Wardle et al., « Observational Evidence against Birefringence over Cosmological Distances », Physical Review Letters, vol. 79, no 10,‎ , p. 1801–1804 (DOI 10.1103/PhysRevLett.79.1801, Bibcode 1997PhRvL..79.1801W, arXiv astro-ph/9705142)
  171. Loredo et al., « Bayesian analysis of the polarization of distant radio sources: Limits on cosmological birefringence », Physical Review D, vol. 56, no 12,‎ , p. 7507–7512 (DOI 10.1103/PhysRevD.56.7507, arXiv astro-ph/9706258)

Liens externes[modifier | modifier le code]