Recensement de 1666 en Nouvelle-France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le recensement de 1666 en Nouvelle-France était le premier recensement mené au Canada et en Amérique du Nord. Il a été organisé par Jean Talon, l'intendant de la Nouvelle-France, entre les années 1665 et 1666; effectué sur le travail de Nicolas Levieux, sieur de Hauteville[1], secrétaire du conseil des finances de Monsieur, frère du roi, et lieutenant général civil de la Nouvelle France et lieutenant général criminel de la Sénéchaussée de Québec, en 1666, on comptait quelque 3 215 Européens dans la vallée du Saint-Laurent (voir Canada). C'est en 1664 que débarquent les premières Filles du Roi. Huit cents Filles du Roi venues de France et éduquées à Paris par la fine fleur de l'aristocratie française s'installent à demeure en Nouvelle-France jusqu'en 1673, soit un apport représentant près de 25 % de la population d'avant leur arrivée. Tant et si bien que 9 ans après les premières arrivées, la population double pour un total de « 6 700 âmes en 1672 » ; elle triple en 1682 moins de 18 ans après l'arrivée des premières Filles du Roy pour un total de 10 000 âmes3.

Jean-Baptiste Colbert, le Ministre français de la Marine, souhaitait faire de la Nouvelle-France le pôle central de l'Empire colonial français[réf. nécessaire]. Pour mener à bien ce projet, il devait connaître l'état de sa population, ainsi que les bases économiques et industrielles que la colonie pouvait développer.

Jean Talon a dirigé le recensement en grande partie lui-même, voyageant de porte en porte parmi les établissements de la Nouvelle-France. Il n'a dénombré ni les Amérindiens, habitants autochtones de la colonie, ni les représentants des ordres religieux comme les Jésuites ou les Récollets.

Selon le recensement de Talon, il y avait 3 215 personnes en Nouvelle-France, réparties en 538 familles distinctes. Il y avait 2 034 hommes et 1 181 femmes. Les enfants et les célibataires étaient regroupés ; 2 154 de ceux-ci ont été recensés, alors que seulement 1 019 personnes étaient mariées (42 de ces dernières étant veuves). 547 personnes habitaient Québec, 455 se retrouvaient aux Trois-Rivières, tandis que 625 vivaient à Ville-Marie (Montréal).

La plus grande tranche d'âge, les 21 à 30 ans, représentait 842 personnes, c'est-à-dire un peu plus de 26 % de la population totale de la colonie. 763 personnes étaient des professionnelles d'une certaine qualité, dont 401 occupaient la fonction de domestique, alors que 16 étaient inscrites comme « gens de qualités».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Honorius Provost, « LE VIEUX DE HAUTEVILLE, NICOLAS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, -- http://www.biographi.ca/fr/bio/le_vieux_de_hauteville_nicolas_1E.html

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]