Rebecca Amsellem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rebecca Amsellem
Rebecca Amsellem IMG 6447.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (32 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
Directeur de thèse
Xavier Greffe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Rebecca Amsellem (née à Paris le ) est une entrepreneuse, économiste et militante féministe franco-canadienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rebecca Amsellem étudie à Sciences Po[1] avant de se lancer dans un doctorat en économie de la culture à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne[2]. Elle soutient sa thèse intitulée Les stratégies d'internationalisation des musées et les nouveaux modèles d'affaires en 2016[3], celle-ci est publiée en anglais aux éditions Peter Lang, en 2019[4].

En 2015, elle crée la newsletter féministe Les Glorieuses[5]. Toutes les semaines elle y parle des conditions des femmes dans le monde et de figures pionnières[6]. Elle s'attache aussi à déculpabiliser les femmes sur des sujets comme l'apparence physique ou le syndrome de l'imposteur[7],[8]. Au printemps 2020, la newsletter était suivie par 150 000 personnes[9].

En 2015, elle lance également le mouvement #5novembre16h47 dont la date est actualisée tous les ans[10]. Ce mouvement a objectif de sensibiliser sur l'inégalité salariale entre les femmes et les hommes en France[11],[12],[13]. Elle prend aussi position en faveur de congé parental partagé, suivant le modèle suédois[14]. Rebecca Amsellem mène aussi une veille sur les prises de position des personnalités et partis politiques français au sujet des droits des femmes[15].

En 2018, elle publie Les Glorieuses. Chroniques d'une féministe[16].

Lors de la campagne de communication des JO 2024, en 2019, elle dénonce l'hypersexualisation du logo sensé représenter Marianne[17],[18].

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Rebecca Amsellem est régulièrement citée aux côtés de Lauren Bastide, Caroline De Haas, Titiou Lecoq et Alice Coffin comme militante féministe[19],[20] et auprès de d'autres figures féministes internationalement connues[21].

En octobre 2020, elle est classée parmi les 40 femmes françaises de l'année par le magazine Forbes[22].

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Rebecca Amselllem, Les Glorieuses. Chroniques d'une féministe, Paris, Éditions Hoëbeke, , 192 p..

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La femme du jour. Rebecca Amsellem, fondatrice de la newsletter Les Glorieuses », sur Franceinfo, (consulté le 11 octobre 2020)
  2. « On a parlé féminisme avec Rebecca Amsellem », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 11 octobre 2020)
  3. « Rebecca Amsellem », sur Le HuffPost (consulté le 11 octobre 2020)
  4. (en) Rebecca Amsellem, Museums Go International: New Strategies, New Business Models, Peter Lang, (ISBN 978-2-8076-1160-3, lire en ligne)
  5. « Rebecca Amsellem, liberté, égalité et sororité », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 11 octobre 2020)
  6. « En France, les webzines féministes n’ont jamais été aussi nombreux », sur Konbini - All Pop Everything : #1 Media Pop Culture chez les Jeunes (consulté le 11 octobre 2020)
  7. « Les chroniques d’une féministe illustrées », sur Le Bonbon, (consulté le 11 octobre 2020)
  8. « #5Novembre16h47 : la newsletter qui parle d’argent aux femmes - Elle Active », sur elle.fr, (consulté le 11 octobre 2020)
  9. (en-US) Louise Binns, « 11 Modern French Feminists You Should Know About », sur Frenchly, (consulté le 11 octobre 2020)
  10. « #3novembre11h44, le "mouvement pour l'égalité" de Rebecca Amsellem », sur RTL.fr (consulté le 11 octobre 2020)
  11. « Qui est Rebecca Amsellem, l’entrepreneuse à l’origine du #5novembre16h47 ? », sur Les Échos Start, (consulté le 11 octobre 2020)
  12. « "Si les femmes gagnent moins, c'est de leur faute... Argument génial!" », sur rts.ch, (consulté le 11 octobre 2020)
  13. (en) « Women across France left work at 4.34pm on Monday – the moment they stopped being paid for 2016 », sur The Independent, (consulté le 11 octobre 2020)
  14. (en) Laura Hughes, « Billie Jean King, Sheryl Sandberg and others on how to close the gender pay gap », sur The Irish Times (consulté le 11 octobre 2020)
  15. « Rebecca Amsellem, féministe engagée dans la présidentielle 2017 », sur RTL.fr (consulté le 11 octobre 2020)
  16. « Rebecca Amsellem : « Je me bats pour que le corps des femmes cesse d’être l’objet de commentaires » », sur Marie Claire (consulté le 11 octobre 2020)
  17. (en) James McAuley, « Olympics logo or dating app? Paris 2024 image prompts mockery », sur The Washington Post, (consulté le 11 octobre 2020)
  18. « Paris 2024 : une féministe dénonce le caractère « hypersexualisé » de la figure du logo - JO 2024 - Jeux olympiques », sur Sport24, 2019-10-25cest09:39:37+0200 (consulté le 11 octobre 2020)
  19. Titiou Lecoq, « Merci Valeurs actuelles, mais la terreur féministe n'existe pas », sur Slate.fr, (consulté le 11 octobre 2020)
  20. « Lauren Bastide : "La bienveillance et l'empathie sont les deux mots-clés de notre révolution" », sur RTBF Info, (consulté le 11 octobre 2020)
  21. « How to close the gender pay gap: solutions from Sheryl Sandberg, Kathy Matsui and more », sur www.ft.com (consulté le 11 octobre 2020)
  22. Forbes France, « Les 40 Femmes Forbes 2020 », sur Forbes France, (consulté le 11 octobre 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]