Rebeca Lane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rebeca Lane
Description de l'image Rebeca_Lane.jpg.
Informations générales
Nom de naissance Rebeca Eunice Vargas Tamayac
Naissance (33 ans)
Guatemala (ville) , Guatemala)
Activité principale Musicienne
Genre musical Rap
Années actives Depuis 2000
Labels Outstanding Productions
Site officiel www.rebecalane.com

Rebeca Eunice Vargas Tamayac, connue comme Rebeca Lane, est une chanteuse de rap et poétesse Guatémaltèque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rebeca Lane est née à Ciudad de Guatemala le 6 décembre 1984[1]. Elle est l’aînée d'une famille de trois sœurs et sa mère est d'ascendance autochtone[2]. Elle a été nommée en l'honneur de sa tante Rebeca Eunice Vargas Braghiroli, poétesse et guérillera kidnappée en 1981 par le gouvernement militaire qui l'a fait par la suite disparaître en raison de son implication politique dans le mouvement de guérilla Organisation révolutionnaire du peuple armé[3],[2]. Elle a fait des études de sociologie[4] à l'Université de San Carlos (Guatemala)[2]. La disparition de sa tante a marqué l'artiste qui a commencé à militer très jeune pour la justice sociale et le devoir de mémoire[5],[3]. Elle est membre du groupe Última Dosis avec qui elle fait ses premier pas de rappeuse[5]. Elle est considérée par plusieurs comme une figure de proue du mouvement féministe guatémaltèque et aborde les questions liées à la cause des femmes, à la pauvreté, à l'hétérosexualité imposée[6] dans nombre de ses chansons[5]. Rebeca Lane est aussi fondatrice du mouvement Somos Guerreras visant à combattre le sexisme au sein de la culture hip hop et est membre ou participe à plusieurs collectifs liés au rap et au féminisme[6]. Elle dit considérer la musique comme un moyen de sensibilisation bien avant d'être un moyen d'atteindre la notoriété[7] et fait selon le Guardian partie d'une nouvelle génération d'artistes qui changent le hip-hop en Amérique Latine[8].

Discographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Rebeca Lane - About », sur Rebeca Lane (consulté le 2 novembre 2017)
  2. a b et c (es) « Rebeca Lane, la guerrillera del rap | Colombia 2020 », sur colombia2020.elespectador.com (consulté le 2 novembre 2017)
  3. a et b (es) Sandra Gondouin, « Rebeca Lane : « libre, atrevida y loca », la liberación del cuerpo por una rapera feminista de Guatemala », Amerika. Mémoires, identités, territoires, no 16,‎ (ISSN 2107-0806, DOI 10.4000/amerika.8132, lire en ligne)
  4. « Rebeca Lane lleva el arte en sus venas », sur Prensa Libre (consulté le 6 mars 2016)
  5. a b et c « Focus : cinq rappeuses à surveiller en 2018 », SURL,‎ (lire en ligne)
  6. a et b « Somos Guerreras: Feminism, Hip Hop, and Guatemala with Rebeca Lane », sur visionsandvoices.usc.edu (consulté le 2 novembre 2017)
  7. « Latinamerikas kvinnor tar plats genom hiphop », sur Fria.Nu (consulté le 6 mars 2016)
  8. (en-GB) Claire Rigby, « How Latin American women are changing hip-hop », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]