Rayonnement non ionisant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rayonnement non-ionisant)
Gamme du rayonnement électromagnétique ; Le rayonnement non ionisant est la partie du spectre située sous le trait bleu, à gauche du graphique.
,
,Remarque : en réalité la zone de transition entre ces deux types de rayonnements (entre le trait bleu et le trait jaune) n'est pas une limite franche, car différentes molécules et atomes s'ionisent à des énergies différentes.
Symbole d'avertissement des rayonnements non ionisants.

Un rayonnement non ionisant est un rayonnement dont l'énergie électromagnétique transportée par chaque quantum est insuffisante pour ioniser des atomes ou des molécules (c'est-à-dire pour arracher complètement un électron d'un atome ou d'une molécule)[1] ; Ce sont les rayonnements du proche ultraviolet, la lumière visible, l'infrarouge, les micro-ondes et les ondes radio[2],[3].

La région précise du spectre où le rayonnement devient considéré comme "ionisant" n'est pas nettement définie, car différentes molécules et atomes s'ionisent à des énergies différentes (ainsi, parmi les rayonnements cités comme non ionisants, les plus énergétiques, proche-ultraviolet notamment, peuvent parfois ioniser quelques molécules)[réf. nécessaire]. Les définitions usuelles suggèrent que le rayonnement dont les énergies de particules ou de photons sont inférieures à 10 électronvolts (eV) soit considéré comme non ionisant. Un autre seuil suggéré est de 33 électronvolts (énergie nécessaire pour ioniser les molécules d'eau)[réf. nécessaire].

Le rayonnement solaire arrivant à la surface de la terre est essentiellement composée de rayonnements non ionisants car largement filtré par le champ magnétique terrestre et par l'atmosphère terrestre (en particulier par l'oxygène et la couche d'ozone). Il reste néanmoins un rayonnement ultraviolet capable d'induire d'importantes réactions photochimiques dans l'air, et de provoquer des dommages moléculaires (du coup de soleil au mélanome), en générant des radicaux libres[réf. nécessaire].

Spécificités[modifier | modifier le code]

Une partie de ce rayonnement a assez d'énergie pour exciter des électrons, provoquant alors le passage d'un électron sur un niveau d'énergie plus élevé, permettant l'effet photovoltaïque.

Une partie de ces mêmes rayonnements (non-ionisants) a des effets biologiques (et écologiques) majeurs (ils sont à la base de la vie photosynthétique et du rythme nycthéméral).

Hors du spectre visible, une part ce ce rayonnement peut avoir des effets biologiques néfastes, très variables selon la puissance du champ, la longueur d'onde et d'autres facteurs[3],[4],[5] tels que l'âge de la personne exposée. Un risque accru de fausses couches et de maladie d'Alzheimer (sans explications trouvées au niveau de la biologie cellulaire par deux chercheurs grecs en 2002 [6]) sont aussi évoqués. Une susceptibilité génétique est plausible, de même qu'associée au genre (les conclusions de 10 ans d'études du Programme national de toxicologie (NTP) des États-Unis (publiées 1er novembre 2018, après qu'un rapport intermédiaire ait été présenté en 2017 à l'ICNIRP), conclue à des « preuves claires » que l'exposition aux rayonnements RF de type 2G et 3G peut induire le cancer ; cette étude a été commandée par la FDA en 1999 et revue par des pairs. Ayant coûté plus de 25 millions de dollars, elle est bâtie sur le modèle animal : rats[7] et souris[7],[8]) est la plus grande de ce type jamais faite sur le sujet. Mais elle n'est ni la première, ni la seule à aboutir à cette conclusion. Elle montre que les cellules exposées risquent plus de devenir cancéreuses chez le rat mâle que chez la femelle (ou les souris). Elle confirme clairement d'autres études (dont l'étude Interphone) et les cancers observés sont des mêmes types que ceux rapportés chez l'Homme dans les études épidémiologiques sur les téléphones portables : gliomes et tumeurs des cellules de Schwann ou schwannomes (dits neurinomes de l'acoustique quand elles concernent le nerf de l'oreille interne). Une étude de l'Institut Ramazzini[9] sur les rats exposés à des CEM à très basse fréquence (50 Hz) aussi trouvé une augmentation significative du schwannome malin du cœur, une tumeur normalement rarissime. Peu après la publication américaine, Maria Feychting (vice-présidente de l’ICNIRP) a discrédité cette étude devant l'Académie royale des sciences de Suède (celle qui décerne les prix Nobel de physique et de chimie) en accusant l'étude de présenter des défauts méthodologiques ; selon elle les pathologistes savaient quels échantillons provenaient des animaux exposés et lesquels provenaient des témoins, ce qui les exposaient à des biais. Mais John Bucher, directeur de l'étude, notamment interrogé par Microwave News a montré que c'est Maria Feychting qui a mal lu l'étude[10] : « Tous les examens du PWG [groupe de travail sur la pathologie] ont été faits en aveugle par rapport au groupe de traitement ».

Il y a un consensus sur le fait que dans les fréquences élevée (incluant une grande partie du spectre UV et une petite partie de la lumière visible) le rayonnement électromagnétique est ionisant et peut induire des dommages biologiques d'autant plus graves que la fréquence est élevée (en cassant l'ADN notamment).
Pour ce qui concerne l'autre partie du spectre (partie gauche du schéma ci-contre), et notamment pour certaines radiofréquences, depuis quelques décennies un nombre croissant d'études observent d'une part des effets thermiques (micro-ondes), non-discutés, mais aussi fait envisager l'existence d'autres effets « non thermiques », effets dont la fréquence et l'importance sont encore très discutées voire contestées, notamment dans le cadre du déploiement de la 5G qui suscite un débat scientifique, politique et industriel source de controverse. Ce débat porte notamment sur le degré et la nature des risques posés par les effets non thermiques de rayonnements des basses-fréquences (micro-ondes, ondes millimétriques et autres radiofréquences, dont celles utilisées par la 5G). Sur la base d'études différentes, le Centre international de recherche sur le cancer de l'OMS a classé en 2011 certains de ces rayonnements comme « peut-être cancérigènes » pour l'homme[11], mais l'ICNIRP, essentiellement sur la base d'études des effets thermiques, estime encore en 2020 que le risque de cancer est inexistant[12]. Le rapport annuel de 2019[13] fait pour l' Autorité suédoise de sûreté radiologique par un panel de 9 experts (dont deux membres de l’ICNIRP : Eric Van Rongen et Martin Röösli, le premier étant président de l'ICNIRP) devant faire le point sur la connaissance scientifique publiée « d'avril 2018 à décembre 2018 inclus » ; a omis de citer l'étude du NTP, la plus grande, longue et coûteuse jamais faite, aux conclusions claires et dont un rendu intermédiaire avait pourtant été présenté à l'ICNIRP
. À la fin de cette année 2019, dans le cadre du traitement d'une plainte relative au rayonnement des téléphones portables, la Cour d'appel de Turin a rejeté l'opinion des membres de l'ICNIRP comme étant biaisée, au motif que certains membres de l'ICNIRP étaient directement ou indirectement financés par l'Industrie[14].

Évolution récente du degré d'exposition aux rayonnements non ionisants[modifier | modifier le code]

Ces changements dépendent considérablement du type de rayonnement pris en compte, et du lieu et mode de vie de chacun.
Ainsi, pour une grande partie des pays en développement, l'exposition individuelle au spectre visible n'a pas ou peu changé. Dans les dits développés et riches, l'exposition à la lumière extérieure a fortement diminué, alors que l'expression à l'éclairage artificiel a considérablement augmenté.
Alors qu'en quelques années, les rayonnements non-ionisants du Wi-Fi et de la téléphonie sans-fil sont devenus omniprésents, dont dans les écoles et universités, hôtels, restaurants, cafés, avions commerciaux, trains, gares et aérogares, entreprises, cybercafés, sites de jeux en réseau... ainsi que dans des centaines de millions de foyers dans le monde, équipés de bornes wi-fi, c'est dans le domaine des champs électromagnétiques induits par la fabrication, le transport et l'utilisation de l'électricité, et plus encore des radiofréquence (surtout depuis le déploiement des réseaux de communication sans fil) que les changements sont les plus importants sont constatés : le Pr Olle Johansson (Département des neurosciences à l'Institut Karolinska en Suède) ou le Biologist Andrew Goldsworthy décrivent ainsi ce changement très récent : Si je vous demande combien de radiations pénètrent votre corps aujourd'hui, par rapport à il y a 10 ans ? la réponse est un quintillion de fois plus (c'est un 1 avec 18 zéros)[15],[16]. En 2003, Swiss-Com AG estimait que l'apogée de l'exposition aux RF était loin d'été atteinte, et que « de plus en plus d’applications nécessitent des bandes de fréquences supplémentaires, généralement plus énergétiques, afin de pouvoir répondre aux besoins croissants en matière de vitesse de transmission »[17]. Le déploiement de la 5G devrait considérablement augmenter cette exposition, et à de nouvelles fréquences.

L'existence et la gravité d'effets cumulatifs et irréversibles sont donc des questions posées et très étudiées par la science depuis quelques années, y compris pour les CEM de faible intensité (type Wi-fi)[18].

Risques pour la santé[modifier | modifier le code]

L'exposition aux rayonnements non ionisants dans la vie quotidienne, ou dans le champ médical pose bien moins de problèmes que les rayonnements ionisants. Certains effets sont détectés, variant selon l'intensité du courant, de la force du champ magnétique et de la durée d'exposition ; l'un des effets les mieux connus du public est thermique (valorisé dans les fours à micro-ondes) ; le chauffage du corps aux abords de l'antenne d'un téléphone cellulaire est perceptible et peut être visualisé en imagerie du cerveau).

Avec le développement presque omniprésent des usages de l'électricité, l'Homme est de plus en plus exposé à des champs magnétiques artificiels de très basse fréquence (1 à 300 Hz, générés par des appareils électriques communs), et à d'extrêmement basse fréquence (< 30 Hz, dits « ELF-EMF », principalement générés par les réseaux électriques de type ligne à haute tension)[19]). Les effets biologiques de ces champs sont étudiés depuis quelques décennies, notamment en biologie moléculaire.

L'Homme est aussi de plus en plus exposés (par les appareils électriques) à des champs électromagnétiques de 60 Hz, qui ont donc fait l'objets d'études, notamment à propos de troubles dits d'hyperélectrosensibilité (maux de tête, insomnies...). Les études antérieures sur les effets de l'exposition aux ELF (champs magnétiques à très basse fréquence) (ELF) sur les enfants s'étaient surtout concentrées sur le risque de leucémie infantile et de cancers du système nerveux central, et pour des raisons éthiques on ne fera pas d'études de provocation sur des enfants. Une étude de provocation en double aveugle a recherché d'éventuelles réactions physiologiques (sur la fréquence cardiaque ; la fréquence respiratoire ; la variabilité de la fréquence cardiaque) chez 30 adolescents et 30 adultes volontaires à une brève exposition (32 minutes) à un champs magnétiques ELF (60 Hz 12,5 μT), sans en trouver ; de même pour huit symptômes subjectifs et la perception du champ. Des études de ce type faite pour 32 minutes d'exposition à un téléphone mobile (ex :24 dBm à 1950 MHz avec un débit d'absorption spécifique de 1.57 W/kg) ne trouvent pas de différence entre des personnes se disant élecgrosensibles et un groupe témoin[20],[21],[22],[23]. Ces études ne portent souvent que sur un petit nombre de sujets estimant être élecgrosensible (quelques dizaines) et sur une trentaine de minutes d'exposition, mais elles sont concordantes. D'éventuels effets (dermatologiques parfois) d'expositions plus longues ou chroniques sont par contre encore discutés[24]. Les études de provocation présentent un biais majeur : elles confondent électrosensitivité (aptitude à consciemment détecter les rayonnements électromagnétiques) et électrosensibilité (vulnérabilité aux effets de ces rayonnements).

Certaines études évoquent des maladie à médiation ELF-EMF[25] ; et des travaux expérimentaux et épidémiologiques récents concluent pour certains types de champs et/ou certains contextes d'exposition, à des effets neurologiques, cardiovasculaires, ainsi qu'en termes de génomique (instabilité génomique), de cancer et de troubles de la reproduction. Des effets indirects de perturbation hormonale sont aussi soupçonnés, qui pourraient être médiés par une effet sur la mélatonine et le cortisol (mis en évidence depuis le début des années 2000)[26], chez le rat exposé à un champ de 50/60 Hz[27] comme chez l'homme[28]. Certains de ces effet négatifs sont détournés pour être utilisés en médecine (thérapie ELF-EMF)[25].
En 1998 en se basant sur une analyse de la littérature, l'Institut national américain des sciences de la santé environnementale a proposé de classer les ELF-EMF «cancérogène humain possible» (groupe 2B), de même en 2002, pour le Centre international de recherche sur le cancer[29]. Les deux principaux test de génotoxicité (test des micronoyaux) et (test des comètes) in vitro montrent que les ELF-MF (50 Hz, 5 mT) ont des capacités respectivement génotoxiques co-génotoxiques[pas clair] (les ELF-MF pourraient donc synergiquement agir avec l'activité génotoxique de xénobiotiques, ce qui a des implications sanitaires, car l'humain (et de nombreux animaux, d'élevage notamment) sont susceptibles d'être coexposées à divers agents génotoxiques et, parfois de façon chronique, à cet agent électromagnétique[29].

Cas particulier des champs pulsés et/ou polarisés[modifier | modifier le code]

On sait depuis les milieu des années 1960 que même à faible intensité, des champs magnétiques artificiels « pulsés » (tous les systèmes de communication sans fil, Wi-Fi y compris, sont des systèmes pulsés) produisent des effets biologiques différents et plus importants que les CEM non pulsés (aussi dits « ondes continues ») [30] à fréquence et intensité moyenne comparables[31],[32],[33],[34],[35],[36],[37],[38],[39],[40]. Quelques scientifique ont estimé que ce caractère pulsé rendait la communication sans-fil plus dangereuses, et que les enfant peuvent être cumulativement exposés à des doses dépassant les seuils recommandés[40],[41]. selon Panagopoulos et al. (2015) plus ces champs électromagnétiques sont pulsés, plus ils seront biologiquement dommageables[40].

Les champs magnétiques artificiels sont en outre également polarisés, ce qui leur confèrent aussi des effets biophysiologiques plus importants, et selon certains chercheurs des effets dangereux[35],[36],[42]. Les CEM polarisés induisent en effet des forces beaucoup plus importantes sur des groupes chimiques chargés électriquement que s'il s'agissait de CEM non polarisés[42].
Plusieurs études ont aussi noté qu'il existe des « fenêtres d'exposition » où « des plages d'intensité spécifiques produisent des effets biologiques maximaux »[35],[39].

Par exemple selon une étude suisse récente (2020), des marqueurs biologiques observés au niveau cellulaire, ne montrent pas de modifications en termes d'apoptose chez les cellules SH-SY5Y (lignée cellulaire humaine cultivée, dérivée d'un neuroblastome) ni chez les cellules microgliales exposées, mais les marqueurs montrent que l'exposition du corps humain, même à court terme (24 h) et à des niveaux de DAS ne dépassant pas les seuils de sécurité de l'ICNIRP pour des RF-EMF de 935 MHz, à 4 W/kg, peut provoquer une autophagie et pour des DAS ne dépassant pas les normes. un stress oxydatif, « avec un effet dépendant du type de cellule et de la durée d'exposition » a aussi été observé, ainsi qu'une augmentation transitoire du glutathion (mais pas du peroxyde d'hydrogène ni de la cytochrome c oxydase) dans les cellules SH-SY5Y[43].

L'un des principaux acteurs suisse des télécommunications (Swiss-Com AG, alors « premier fournisseur intégré de services de télécommunications en Suisse » [44]) a admis que les rayonnements émis par un équipement WI-fi standard causent « de graves dommages aux êtres humains »[17], dans le cadre d'un dépôt de brevet déposée le 2 septembre 2004 pour un dispositif qui « «réduirait l'électrosmog dans les réseaux locaux sans fil» », précisant que « l’influence de l’électrosmog sur le corps humain est un problème connu (...) Le risque d'atteinte à la santé par L'électrosmog a également été mieux compris grâce à des études plus récentes et améliorées. Lorsque des cellules sanguines humaines sont irradiées par des champs électromagnétiques (de téléphones cellulaires), des dommages évidents au matériel héréditaire ont été mis en évidence et il y a eu des signes d'un risque accru de cancer »[45]. Cette étude parue en février 2003 (alors que l'étude Interphone de l'OMS était en cours) dans la revue Bioelectromagnetics montre que l'irradiation durant 72 heures de ces lymphocytes à des champs électromagnétiques continus de 830 MHz, à différents taux d'absorption spécifique moyens (DAS de 1,6 à 8,8 W/kg) a induit une instabilité chromosomique (aneuploïdie) dépendante du DAS. L'effet génotoxique a été localisé dans la région du chromosome 17. Il est considérée comme susceptible de conduire à un cancer. Et il suggère des altérations épigénétiques. Swiss-Com AG précise que des expériences de contrôle (sans rayonnement radiofréquence, mais à des températures de 34,5 à 38,5 °C) ont montré que ces altérations génétiques ou épigénétiques ne pouvaient avaient une origine non-thermique[17].

Les appareils à soudure par points exposent les soudeurs qui les utilisent à un champs électromagnétique particulier. Ces soudeurs ont un taux d'antioxydant globaux du flux sanguin qui ne diminue pas globalement[46], mais - à l'intérieur de leurs globules rouges - cette exposition fait significativement chuter les activités de deux enzymes importantes : la superoxyde dismutase (SOD), qui chute de -22 %, or c'est une composante essentielle du mécanisme d'élimination des radicaux libres. La glutathion peroxydase (GPX) chute elle de -12,3 %[46]. De plus, une corrélation significative est démontrée entre l'intensité du champ magnétique et les activités SOD/GPX ; plus le champ est élevé, moins ces enzymes fonctionnent[46]. Ce type d'ELF-MF pourrait donc dégrader l'activité antioxydante interne des globules rouges, et agir comme un stress oxydant (même aux niveaux d'exposition recommandés précisaient les auteurs de l'étude en 2009)[46].

ces études scientifiques concluent donc qu'il existe un phénomène de dose-réponses, mais souvent à la fois non-linéaires et non-monotones. Ceci ne facilite pas l'établissement de normes, d'autant que « les groupes liés à l'industrie supposent souvent une courbe dose-réponse linéaire et donc monotone ».

Cas particulier (émergeant) des champs magnétiques extrêmement intenses[modifier | modifier le code]

Ce facteur de risque est encore géographiquement très localisé. Mais il émerge depuis quelques décennies pour certains personnels (scientifiques, techniciens) civils ou militaires.

En cas d'exposition à un champs magnétique extrêmement intense (tels que générés par les gyrotrons, les accélérateurs de particules, les dispositifs de fusion par confinement magnétique (tokamaks, stellarators, etc.), on n'observe pas (à ce jour) d'effet destructeur directs ou important sur les cellules humaines ou animales situées à proximité ; ce type de champ ne tue pas la cellule, ni ne semble endommager son enveloppe, mais il peut induire des transformation morphologique et physiologique, pour des raisons encore mal compris, et avec des effets biologiques encore discutés : un champ magnétique ultra-intense peut modifier la structure de bande électronique de la matière, ainsi que les interactions entre électrons, atomes et molécules, induisant un état modifié de la matière et des changements de propriétés affectant l'état des cellules (ce qui pourrait indirectement affecter la santé). Ainsi Zhang et al. ont montré en 2017 qu'un champ magnétique de 27 Teslas peut modifier l'orientation et la morphologie des fuseaux mitotiques dans une cellule humaine en train de se diviser[47]. En 2013, Qian et al. avaient quand à eux observé des changements morphologiques significatifs dans les ostéoblastes, et ce, sous un large gradient de champ magnétique intense[48]. Dans ce type de cadre de travail, la législation impose l'apposition d'étiquettes de danger (attention champ magnétique intense, pas de stimulateurs cardiaques, pas d'implants magnétiques, pas de neurostimulateurs, pas d'objets métalliques en vrac, des blessures graves peuvent en résulter) mais ces logos et messages ne disent pas que ce type de champs magnétiques pourrait aussi nuire aux humains 'en bonne santé'. Les personnels scientifiques et techniques y sont exposés sans aucune protection[49]. Au vu de leurs observations, des chercheurs appellent au renforcement de la recherche sur les effets biologiques et sanitaires des champs magnétiques intenses, et à la formulation de bonnes pratique limitant les risques pour la santé[47].

Caractères cumulatifs et irréversibles de certains effets biologiques ?[modifier | modifier le code]

Des données scientifiques, parfois anciennes (années 1970) plaident pour l'existence d'effets cumulatifs. Par exemple :

  • En 1981, selon J.K. Raines de la NASA, trois des études d'exposition professionnelle avaient déjà montré que les effets augmentaient considérablement avec le temps d'exposition, pour un type et à une intensité particuliers de CEM[50].
  • En 1973, en Russie, Tolgskaya et Gordon ont étudié (chez l'animal) les impacts cérébraux de CEMs[51]. Alors que des expositions de 1 à 2 mois n'induisaient que des changements discrets et réversibles dans la structure du cerveau et des neurones, au delà de deux mois, les effets sur le cerveau et la structure neuronale apparaissaient irréversibles[51],[52],[18].
  • En 1997, Magras et Xenos ont étudié, in vivo des couples de jeunes souris disposés dans des cages de manière que chacune soit exposée différemment à un groupe d'antennes, avec des densités de puissance de radiofréquence comprises entre 168 nW/cm2 et 1053 nW/cm2 ; sans jamais donc dépasser les seuils des lignes directrices de sécurité[53]. Chaque couple a pu se reproduire cinq fois de suite (produisent un total de 118 souriceaux). Les femelles ont aussi été exposées durant leurs 30 jours de gestations[53]. Résultat : celles qui ont été exposé au niveau de radiofréquence le plus élevé, ont produit des portées anormalement petites, puis une seconde portée avec un nombre réduit de descendants ; puis elles se sont montrées stériles ou dotées d'une fertilité extrêmement faible[53]. Alors que les couples les moins exposés ont produit quatre portées, avec un nombre décroissant de descendants au fil du temps, suivi d'une stérilité complète (remarque : dans chacun de ces deux groupes, l'accouplement et l'éventuelle gestation ultérieure pour la cinquième portée possible ont été effectués dans des conditions sans exposition aux CEM ; et les effets sur la fertilité n'ont pas cessé, ce qui laisse supposer que l'effet est irréversibles[53] (comme concernant les effets des CEM sur au cerveau dans l'étude de 1973). La perte de fécondité semblait induite par une mauvaise fécondation, car quand la fécondation réussissait « le développement prénatal des nouveau-nés, évalué par la longueur couronne-croupe, le poids corporel et le nombre de vertèbres lombaires, sacrées et coccygiennes » était globalement amélioré.
  • En 2013, Özorak el al (2013) ont conclu d'une autre étude que l'exposition au Wi-Fi impactait la reproduction animale[54],
  • et la même année Atasoy et al. arrivaient à des conclusions similaires en étudiant les effets du Wi-Fi sur la structure des testicules et la production de sperme[55], confirmant des travaux antérieurs d'Oni et al. (2011)[56] d'Avendaño et al. (2012)[57]. Plus tard, en 2015 Shokri et al.[58] et Dasdag et al.[59], Yildiring et al. en 2015[60] puis Akdag et al. en 2016[61].

Ce caractère cumulatif et irréversible pourrait être expliqué par une accumulation de petites mutations induites par des cassures mal réparées de l'ADN cellulaire[18].

Si le modèle animal est transférable à l'homme, ces expériences laissent craindre qu'une exposition chronique et suffisante au WI-Fi ou à d'autres CEM pulsés (téléphonie portable) pourraient après un certain temps induire 1) des lésions cérébrales sources de possibles des effets neuropsychiatriques complètement ou en grande partie irréversibles, et 2) (avec d'autres facteurs) une diminution de la fertilité masculine (délétion de la spermatogenèse...).
Enfin, par à la durée moyenne d'une vie humaine et par rapport au temps moyen d'apparition d'un cancer (plusieurs décennies), les études Wi-Fi déjà existantes ont porté sur de très courtes exposition. Elles pourraient donc selon Martin L Pall (2018), « avoir considérablement sous-estimé les dommages que le Wi-Fi peut causer sur des périodes beaucoup plus longues ». Et il est aussi à craindre que les « fausses assurances de sécurité affirmées par l'industrie sont susceptibles d'entraîner des effets beaucoup plus graves sur les personnes exposées au Wi-Fi ou à d'autres CEM ; plutôt que de les amener à se protéger eux-mêmes ou à protéger leurs enfants en évitant les expositions ou en exigeant que les autres arrêtent les expositions non volontaires, ils sont susceptibles d'éviter les changements de précaution ou d'être empêchés de faire de tels changements protecteurs »[18], d'autant que « ces effets peuvent être parmi les plus difficiles à attribuer à l'exposition aux CEM. Nous sommes beaucoup plus conscients des effets qui se produisent rapidement que de ceux qui prennent des mois ou des années avant qu'ils ne deviennent immédiatement apparents »[18].

Risques pour l'environnement[modifier | modifier le code]

De nombreuses études ont utilisé le modèle animal, impliquant que dans la nature de nombreuses espèces puissent être concernées.

En 2011, le gouvernement indien a estimé que les effets néfastes des rayonnements électromagnétiques des téléphones portables et des tours de communication sur la santé des êtres humains ainsi que sur la faune (oiseaux et abeilles notamment) sont aujourd'hui bien documentés[62] justifiant que le pays renforce ses limites d'exposition.

Classification[modifier | modifier le code]

En termes d'effets biologiques potentiels, les rayonnements non ionisants peuvent être divisés en :

  1. radiations de la gamme optique et de l'infrarouge, pouvant exciter des électrons ;
  2. radiations dont la longueur d'onde est plus petite que le corps, pouvant induire un chauffage du corps par courants induits (micro-ondes et rayonnements électromagnétiques de haute fréquence) ;
  3. radiations dont la longueur d'onde est bien plus grandes que le corps humain, causant moins souvent un chauffage via courants induits[3].
[5] Exemple de source Longueur d'onde Fréquence Effet biologique
Ultraviolet C Irradiation des aliments 100 - 280 nm Érythème, pigmentation de la peau, photokératite
Ultraviolet B Solarium 280 - 315 nm photokératite, érythème, pigmentation de la peau, cancer de la peau, réactions photosensitives de la peau, production de vitamine D
Ultraviolet A lumière noire, lumière du soleil 315 - 400 nm Cataracte photochimique, érythème, pigmentation de la peau
Spectre visible Lasers, lumière du soleil 400 - 780 nm Vieillissement de la peau, cancer de la peau, lésions rétiniennes photochimiques et thermiques.
Infrarouge A Lasers, télécommandes 780 nm - 1,4 µm Brûlure thermique de la rétine, cataracte thermique, coup de soleil
Infrarouge B Lasers, communications à longue distance 1,4 µm - 3 µm 215 THz - 100 THz Brulure de la cornée, cataracte, coup de soleil
Infrarouge C laser Infrarouge 3 µm - 1 mm 100 THz - 300 GHz Brûlures à la cornée, cataracte, échauffement de la surface du corps
Micro-ondes Téléphones portables dans la gamme PCS et autres téléphone sans-fil, four à micro-ondes, détecteurs de mouvement, radar, Wi-Fi 33 cm - 1 mm 1 GHz - 300 GHz Chauffage des tissus du corps, effets non thermiques (probablement induits par une action sur le canaux calciques)
Ondes radio Téléphones portables, télévision, émetteur radio km - 33 cm 100 kHz - 1 GHz Échauffement du corps humain sur une épaisseur allant jusqu'à 1 cm
Basse fréquence câbles de transport de l'électricité > 3 km < 100 kHz Accumulation de charges électriques à la surface du corps, perturbation de la réponse musculaire et nerveuse

Rayonnements ultraviolets[modifier | modifier le code]

Les rayonnements ultraviolets sont connus pour leurs effets sur la peau ; ils peuvent être bénins comme le bronzage ou plus graves comme le coup de soleil. Sur les yeux, ils peuvent produire des cataractes[63].

Évaluation des risques, législation et parties prenantes[modifier | modifier le code]

En 1992, l'Association internationale de radioprotection (IRPA) a fondé en Allemagne une ONG scientifique internationale, dénommée Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP pour les anglophones), dédiée à la protection contre les rayonnements non ionisants (champs électriques, champs magnétiques et électromagnétiques, ondes radios, micro-ondes, Wi-Fi, UV, infrarouges, lumière bleue, lasers…). Reconnue au sein de l'ONU par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Bureau international du travail (BIT, le secrétariat permanent de l'Organisation internationale du travail), l'ICNIRP propose des limites d'exposition aux champs électromagnétiques, qui sont périodiquement mises à jour (dernièrement, le 11 mars 2020, pour mieux inclure la 5G).

  • Dans un premier temps (à partir de 1992), les propositions de l'IRCNIRP ont été reprises sans discussion, par la plupart des pays, et par l'OMS pour produire les normes de protection.
  • Puis, l'EPA, l'Union européenne, le Conseil de l'Europe, le panel de l’OMS sur le cancer et de nombreuses conférences médicales ont recommandé (sans résultats) d'abaisser ces limites à des seuls plus sûrs. Ainsi, par courrier du 9 novembre 1993 adressée la Commission fédérale des communications (FCC) (en réponse à une demande de commentaires sur un projet de norme sur les radiofréquences), l'EPA émettait déjà « certaines réserves ». Puis près de 10 ans plus tard (le 6 juillet 2002), l'EPA signifiait à la FCC que ses normes, de même que celle de l'IEEE permettent certes de protéger contre les électrocutions et brûlures électriques, mais nullement des effets chroniques et non-thermiques des radiations non-ionisantes. Et donc, « la généralisation faite par certains disant que les lignes directrices de la FCC protègent l’humain (des effets des champs électromagnétiques) contre tout ou partie des mécanismes n'est pas justifiée »[64] ; L'EPA y rappelle que Les lignes directrices de l'ICNIRP sont incomplètes car elles « n'ont pas pris en compte les informations concernant les expositions non thermiques et prolongées, c'est-à-dire issues de recherches montrant des effets ayant des implications pour une éventuelle adversité dans des situations impliquant des expositions chroniques / prolongées à faible niveau (non thermiques) »... alors que « des rapports suggèrent des effets potentiellement néfastes sur la santé, tels que le cancer » et que depuis que les précédents commentaires soumis par l'EPA à la FCC en 1993, « le nombre d'études signalant des effets associés à une exposition aiguë et chronique à de faible niveau de rayonnements de radiofréquences a augmenté » ; l'EPA suggére à la FCC, pour produire des directives d'exposition protectrices appropriées (comme on le fait pour l'évaluation toxicologique des produits chimiques) d'« intégrer des informations sur les scénarios d'exposition impliquant des expositions répétées de courte durée / non thermiques qui peuvent se poursuivre sur de très longues périodes (années), avec une population exposée comprenant des enfants, des personnes âgées et des personnes souffrant de diverses conditions physiques et médicales débilitantes ».
    Le 7 février 2014, en se référant à 2 études américaines[65],[66], le directeur du Bureau de la politique environnementale et de la conformité du Département de l'Intérieur des États-Unis (DOI) envoyait un courrier sévère à la National Telecommunications and Information Administration (NNTIA), en demandant à la First Responder Network Authority (FirstNet) de refaire ses études d'impacts environnementaux des tours d'émetteurs de radiofréquences, afin, conformément à la Loi nationale sur l'environnement de mieux prendre en compte leurs impacts cumulés, non seulement en termes de collision avec les oiseaux migrateur, mais aussi en termes d'effets des radiofréquences sur les espèces animales (espèces protégées notamment)[67]

Il est notamment reproché à l'ICNIRP d'être en situation de conflits d'intérêts avec l'industrie des télécommunications sans fil[68] ainsi qu'avec d'autres Commissions également impliquées dans la régulation des rayonnement non ionisants (FCC américaine notamment)[69] et d'avoir proposé des seuils extrêmement laxistes : le Pr Olle Johansson note que les normes d'exposition maximales étaient en 2015 fixées à 1 000 000 000 000 000 fois plus que l'exposition naturelle (rayonnement de fond auquel on sait que la vie sur terre est adaptée), puis encore plus larges en 2018 (1 000 000 000 000 000 000 de fois plus que le fond naturel[15].

Il est en outre reproché à la FCC et à l'ICNIRP de n'avoir pris en compte qu'une partie des effets biologiques et environnementaux des champs électromagnétiques, celle qui concerne les effets thermiques (choc électrique, brûlure ou échauffement des tissus proches d'une antenne...) [69], alors que de nombreuses études détectent ou suspectent aussi des effets athermiques (faisant que l'OMS a classé, via son Centre international de recherche sur le cancer certaines de ces longueurs d'ondes, utilisée en téléphonie portable, comme peut-être cancérogènes pour l'Homme)[70]. Des limites d'exposition aux rayonnements plus basses ont été étudiées, proposée ou mises en oeuvre dans plusieurs villes et pays ; ex : Vienne et Salzbourg (Autriche), Bruxelles (Belgique)... Suisse (à plusieurs reprises). Et en Autriche, une proposition visait à abaisser la limite d’exposition à l’extérieur à un millionième (10-6) des niveaux actuels et à un dix-millionième (10-7) à l’intérieur[15].

En France, la Société française de radioprotection (SFRP) est une société savante qui dispose en son sein d'une section Rayonnements Non Ionisants (RNI), qui s'intéresse à la protection des travailleurs contre les risques d’exposition aux champs électromagnétiques et aux Rayonnement optique artificiels présents dans l’environnement professionnel[71].

Revues scientifiques dédiées[modifier | modifier le code]

Plusieurs revues scientifiques spécialisées existent, dont par exemple : Bioelectromagnetics, Bioelectrochemistry, Bioelectrochemistry and Bioenergetics ; Electro- and Magnetobiology ; Journal of Magnetic Resonance, Medical Engineering & Physics...

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) OAR US EPA, « Radiation Protection », sur epa.org, (consulté le 13 octobre 2020)
  2. Jacques Foos, Eugène Bonfand, Jean-Noël Rimbert, Manuel de radioactivité : Atome, noyau, désintégrations, énergie nucléaire, interactions, applications, Hermann, 2012
  3. a b et c John E. Moulder, « Static Electric and Magnetic Fields and Human Health » [archive du ]
  4. IARC, « IARC Classifies Radiofrequency Electromagnetic Fields As Possibly Carcinogenic To Humans »,
  5. a et b Kwan-Hoong Ng, « Non-Ionizing Radiations – Sources, Biological Effects, Emissions and Exposures », Proceedings of the International Conference on Non-Ionizing Radiation at UNITEN ICNIR 2003 Electromagnetic Fields and Our Health,‎ 20–22 october 2003 (lire en ligne)
  6. (en) Raj R. Rao, Jaroslava Halper et William S. Kisaalita, « Effects of 60 Hz electromagnetic field exposure on APP695 transcription levels in differentiating human neuroblastoma cells », Bioelectrochemistry, vol. 57, no 1,‎ , p. 9–15 (DOI 10.1016/S1567-5394(02)00004-X, lire en ligne, consulté le 14 octobre 2020)
  7. a et b National Toxicology Program (NTP, 2018) ; NTP Technical report on the toxicologie and carcinogeenesis Studies in Hsd:Sprague dawley SD rats exposed to whole-body radio frequency radiation at a fréquency (900 MHz) and modulations (GSM et CDMA) used by cell phones ; Novembre | URL=https://www.niehs.nih.gov/ntp-temp/tr595_508.pdf
  8. (en) « Cell Phone RFR Peer Review Panel Meeting Video March 26, 2018 - Day 1 AM », sur ntp.niehs.nih.gov (consulté le 9 octobre 2020)
  9. (en) Morando Soffritti et Eva Tibaldi, « Life-span exposure to sinusoidal-50 Hz magnetic field and acute low-dose γ radiation induce carcinogenic effects in Sprague-Dawley rats », sur International Journal of Radiation Biology,‎ (ISSN 0955-3002, DOI 10.3109/09553002.2016.1144942, consulté le 9 octobre 2020), p. 202–214
  10. Les classes « A » et « B » citées dans l'étude faisaient référence aux différentes modulations RF utilisées, c'est-à-dire aux 2 types de signaux de téléphone portable étudiés : GSM et CDMA, comme précisé p. 69 (ceci ayant déjà été décrit en détail à l'annexe C du rapport intérimaire de l'année précédente, ...et antérieurement présenté à l'ICNIRP). « A » et « B » ne désignait pas les rats exposés ou non-exposés
  11. WHO/IARC Classifies Electromagnetic Fields as Possibly Carcinogenic to Humans
  12. « Mobile phone use and glioma risk: comparison of epidemiological study results with incidence trends in the United States », BMJ, vol. 344,‎ , e1147 (PMID 22403263, PMCID 3297541, DOI 10.1136/bmj.e1147)
  13. (en) SSM’s Scientic Council on Electromagnetic Fields, « 2020:04 Recent Research on EMF and Health Risk - Fourteenth report from SSM’s Scientic Council on Electromagnetic Fields »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF],
  14. « Berufungsgericht Turin bestätigt den Zusammenhang zwischen Handynutzung und Gehirntumoren - diagnose:funk », sur www.diagnose-funk.org (consulté le 1er octobre 2020)
  15. a b et c (en-US) Olle Johansson et Einar Flydal, « Health risk from wireless? The debate is over », Dagens Næringsliv,‎ (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2020)
  16. Andrew Goldsworthy: Our present exposure to man-made microwaves is about a million billion billion (one followed by eighteen zeros) times greater than our natural exposure to these frequencies. in The Biological Effects of Weak Electromagnetic Fields, p. 4. March 2012, Available on: www. goldsworthy-bio-weak-em-0.7. doc, 1-15.
  17. a b et c « EP1597925 Reduction of electrosmog in wireless local networks », sur patentscope.wipo.int (consulté le 15 octobre 2020) et lien vers le brevet (ou via google) Voir notamment p 1 (page 2 de l'application) sections 10-30, et page 2 sections 5-15
  18. a b c d et e (en) Martin L. Pall, « Wi-Fi is an important threat to human health », Environmental Research, vol. 164,‎ , p. 405–416 (DOI 10.1016/j.envres.2018.01.035, lire en ligne, consulté le 15 octobre 2020)
  19. (en) T S Tenforde, « Biological Interactions and Potential Health Effects of Extremely-Low-Frequency Magnetic Fields From Power Lines and Other Common Sources », Annual Review of Public Health, vol. 13, no 1,‎ , p. 173–196 (ISSN 0163-7525 et 1545-2093, DOI 10.1146/annurev.pu.13.050192.001133, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  20. (en) Min Kyung Kwon, Joon Yul Choi, Sung Kean Kim et Tae Keun Yoo, « Effects of radiation emitted by WCDMA mobile phones on electromagnetic hypersensitive subjects », Environmental Health, vol. 11, no 1,‎ , p. 69 (ISSN 1476-069X, PMID 22998837, PMCID PMC3465190, DOI 10.1186/1476-069X-11-69, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  21. (en) Soo Beom Choi, Min Kyung Kwon, Jai Won Chung et Jee Soo Park, « Effects of short-term radiation emitted by WCDMA mobile phones on teenagers and adults », BMC Public Health, vol. 14, no 1,‎ , p. 438 (ISSN 1471-2458, PMID 24886241, PMCID PMC4108016, DOI 10.1186/1471-2458-14-438, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  22. Min Kyung Kwon, Sung Kean Kim, Jeong Mo Koo et Joon Yul Choi, « EHS subjects do not perceive RF EMF emitted from smart phones better than non-EHS subjects », 2012 Annual International Conference of the IEEE Engineering in Medicine and Biology Society, IEEE,‎ , p. 2190–2193 (ISBN 978-1-4577-1787-1, DOI 10.1109/EMBC.2012.6346396, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  23. (en) Ki Chang Nam, Ju Hyung Lee, Hyung Wook Noh et Eun Jong Cha, « Hypersensitivity to RF fields emitted from CDMA cellular phones: A provocation study », Bioelectromagnetics, vol. 30, no 8,‎ , p. 641–650 (DOI 10.1002/bem.20518, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  24. Jolanta Kaszuba-Zwoińska, Jerzy Gremba, Barbara Gałdzińska-Calik et Karolina Wójcik-Piotrowicz, « Electromagnetic field induced biological effects in humans », Przeglad Lekarski, vol. 72, no 11,‎ , p. 636–641 (ISSN 0033-2240, PMID 27012122, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  25. a et b (en) Abbas Karimi, Farzaneh Ghadiri Moghaddam et Masoumeh Valipour, « Insights in the biology of extremely low-frequency magnetic fields exposure on human health », Molecular Biology Reports, vol. 47, no 7,‎ , p. 5621–5633 (ISSN 1573-4978, DOI 10.1007/s11033-020-05563-8, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  26. Yvan Touitou et Brahim Selmaoui, « The effects of extremely low-frequency magnetic fields on melatonin and cortisol, two marker rhythms of the circadian system », Dialogues in Clinical Neuroscience, vol. 14, no 4,‎ , p. 381–399 (ISSN 1294-8322, PMID 23393415, PMCID 3553569, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  27. Yvan Touitou, Brahim Selmaoui, Jacques Lambrozo et André Auzeby, « [Evaluation of the effect of magnetic fields on the secretion of melatonin in humans and rats. Circadian study] », Bulletin De l'Academie Nationale De Medecine, vol. 186, no 9,‎ , p. 1625–1639; discussion 1639–1641 (ISSN 0001-4079, PMID 14556578, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  28. Pierluigi Cocco, Maria Elisabetta Cocco, Loredana Paghi et Giuseppe Avataneo, « Urinary 6-sulfatoxymelatonin excretion in humans during domestic exposure to 50 hertz electromagnetic fields », Neuro Endocrinology Letters, vol. 26, no 2,‎ , p. 136–142 (ISSN 0172-780X, PMID 15855885, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  29. a et b G. Scassellati Sforzolini, M. Moretti, M. Villarini et C. Fatigoni, « [Evaluation of genotoxic and/or co-genotoxic effects in cells exposed in vitro to extremely-low frequency electromagnetic fields] », Annali Di Igiene: Medicina Preventiva E Di Comunita, vol. 16, nos 1-2,‎ , p. 321–340 (ISSN 1120-9135, PMID 15554538, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  30. (en) Richard Dixey et Glen Rein, « 3H-noradrenaline release potentiated in a clonal nerve cell line by low-intensity pulsed magnetic fields », Nature, vol. 296, no 5854,‎ , p. 253–256 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/296253a0, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  31. Yu.A. Osipov (1965) Labor Hygiene and the Effect of Radiofrequency Electromagnetic Fields on Workers ; Leningrad Meditsina Publishing House (220 pp.)
  32. Pollack, H., Healer, J., 1967. Review of Information on Hazards to Personnel from High-Frequency Electromagnetic Radiation. Institute for Defense Analyses; Research and Engineering Support Division. IDA/HQ 67-6211, Series B, May 1967.
  33. (en) M.O. Creighton et L.E. Larsen, « In vitro studies of microwave-induced II. Comparison of damage observed for continuous wave and pulsed microwaves », sur Experimental Eye Research, (DOI 10.1016/S0014-4835(87)80123-9, consulté le 15 octobre 2020), p. 357–373
  34. Iu G. Grigor'ev, « [Role of modulation in biological effects of electromagnetic radiation] », sur Radiatsionnaia Biologiia, Radioecologiia, (ISSN 0869-8031, PMID 9019276, consulté le 15 octobre 2020), p. 659–670
  35. a b et c I. Belyaev (2005) Non-thermal biological effects of microwaves | Microw. Rev., 11, pp. 13-29
  36. a et b I. Belyaev (2015) Biophysical mechanisms for nonthermal microwave effects | M.S. Markov (Ed.), Electromagnetic Fields in Biology and Medicine, CRC Press, New York, pp. 49-67
  37. (en) Marko S. Markov, « Pulsed electromagnetic field therapy history, state of the art and future », sur The Environmentalist, (ISSN 0251-1088, DOI 10.1007/s10669-007-9128-2, consulté le 15 octobre 2020), p. 465–475
  38. (en) Koen Van Boxem et Marc Huntoon, « Pulsed Radiofrequency: A Review of the Basic Science as Applied to the Pathophysiology of Radicular Pain », sur Regional Anesthesia & Pain Medicine, (ISSN 1098-7339, PMID 24553305, DOI 10.1097/AAP.0000000000000063, consulté le 15 octobre 2020), p. 149–159
  39. a et b (en) Martin L. Pall, « Scientific evidence contradicts findings and assumptions of Canadian Safety Panel 6: microwaves act through voltage-gated calcium channel activation to induce biological impacts at non-thermal levels, supporting a paradigm shift for microwave/lower frequency electromagnetic field action », sur Reviews on Environmental Health, (ISSN 0048-7554, DOI 10.1515/reveh-2015-0001, consulté le 15 octobre 2020), p. 99–116
  40. a b et c (en) Dimitris J. Panagopoulos et Olle Johansson, « Real versus Simulated Mobile Phone Exposures in Experimental Studies », sur BioMed Research International, (PMID 26346766, PMCID PMC4539441, DOI 10.1155/2015/607053, consulté le 15 octobre 2020)
  41. Maret Karl (2015) Vidéo de la Conférence intitulée Expert Forum on Cell Phone and Wireless Risks, du 22 juin 2015, organisée par e Commonwealth club ; K Maret et président de la Dove Health Alliance (fondation à but non lucratif située à Aptos, en Californie) et titulaire d'un M.D., d'une maîtrise en génie biomédical et d'un B.S. en génie électrique. Il aborde ici les risques pour les enfants dans les écoles équipées en WiFi, via des études de cas avec dosimétrie continue en temps réel, calcul de expositions cumulatives et taux quotidien par jour d'école dépassant les normes d'exposition. Cadre : forum d'experts sur les risques liés aux téléphones portables et aux réseaux sans fil ; disponible sur Vimeo : https://vimeo.com/132039697
  42. a et b (en) Dimitris J. Panagopoulos et Olle Johansson, « Polarization: A Key Difference between Man-made and Natural Electromagnetic Fields, in regard to Biological Activity », sur Scientific Reports, (ISSN 2045-2322, PMID 26456585, PMCID PMC4601073, DOI 10.1038/srep14914, consulté le 15 octobre 2020), p. 14914
  43. (en) Jana Zielinski, Angélique D. Ducray, Anja M. Moeller et Manuel Murbach, « Effects of pulse-modulated radiofrequency magnetic field (RF-EMF) exposure on apoptosis, autophagy, oxidative stress and electron chain transport function in human neuroblastoma and murine microglial cells », Toxicology in Vitro, vol. 68,‎ , p. 104963 (DOI 10.1016/j.tiv.2020.104963, lire en ligne, consulté le 14 octobre 2020)
  44. Selon Standard & Poor's en avril 2010.
  45. (en) Maya Mashevich, Dan Folkman, Amit Kesar et Alexander Barbul, « Exposure of human peripheral blood lymphocytes to electromagnetic fields associated with cellular phones leads to chromosomal instability », Bioelectromagnetics, vol. 24, no 2,‎ , p. 82–90 (ISSN 1521-186X, DOI 10.1002/bem.10086, lire en ligne, consulté le 15 octobre 2020)
  46. a b c et d Akbar Sharifian, Marjan Gharavi, Parvin Pasalar et Omid Aminian, « Effect of extremely low frequency magnetic field on antioxidant activity in plasma and red blood cells in spot welders », International Archives of Occupational and Environmental Health, vol. 82, no 2,‎ , p. 259–266 (ISSN 1432-1246, PMID 18504600, DOI 10.1007/s00420-008-0332-2, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  47. a et b (en) Lei Zhang, Yubin Hou, Zhiyuan Li et Xinmiao Ji, « 27 T ultra-high static magnetic field changes orientation and morphology of mitotic spindles in human cells », eLife, vol. 6,‎ , e22911 (ISSN 2050-084X, PMID 28244368, PMCID PMC5370190, DOI 10.7554/eLife.22911, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  48. (en) Ai-Rong Qian, Xiang Gao, Wei Zhang et Jing-Bao Li, « Large Gradient High Magnetic Fields Affect Osteoblast Ultrastructure and Function by Disrupting Collagen I or Fibronectin/αβ1 Integrin », PLoS ONE, vol. 8, no 1,‎ , e51036 (ISSN 1932-6203, PMID 23382804, PMCID PMC3558520, DOI 10.1371/journal.pone.0051036, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  49. Weiye Xu, Handong Xu, Jianqiang Feng et Yong Yang, « Overcurrent protection for gyrotrons on the experimental advanced superconducting tokamak », IET Science, Measurement & Technology, vol. 12, no 6,‎ , p. 726–732 (ISSN 1751-8822 et 1751-8830, DOI 10.1049/iet-smt.2017.0214, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  50. J.K. Raines (1981) Electromagnetic Field Interactions with the Human Body : Observed Effects and Theories ; National Aeronautics and Space Administration, Greenbelt, Maryland (116 p)
  51. a et b M.S. Tolgskaya, Z.V. Gordon (1973) Pathological Effects of Radio Waves, Translated from Russian by B Haigh ; Consultants Bureau, New York/London (146 pp)
  52. (en) Martin L. Pall, « Microwave frequency electromagnetic fields (EMFs) produce widespread neuropsychiatric effects including depression », sur Journal of Chemical Neuroanatomy, (DOI 10.1016/j.jchemneu.2015.08.001, consulté le 15 octobre 2020), p. 43–51
  53. a b c et d (en) Ioannis N. Magras et Thomas D. Xenos, « RF radiation-induced changes in the prenatal development of mice », sur Bioelectromagnetics, (ISSN 1521-186X, DOI 10.1002/(SICI)1521-186X(1997)18:63.0.CO;2-1, consulté le 15 octobre 2020), p. 455–461
  54. (en) Alper Özorak et Mustafa Nazıroğlu, « Wi-Fi (2.45 GHz)- and Mobile Phone (900 and 1800 MHz)-Induced Risks on Oxidative Stress and Elements in Kidney and Testis of Rats During Pregnancy and the Development of Offspring », sur Biological Trace Element Research, (ISSN 0163-4984, DOI 10.1007/s12011-013-9836-z, consulté le 15 octobre 2020), p. 221–229
  55. (en) Halil I. Atasoy et Mehmet Y. Gunal, « Immunohistopathologic demonstration of deleterious effects on growing rat testes of radiofrequency waves emitted from conventional Wi-Fi devices », sur Journal of Pediatric Urology, (DOI 10.1016/j.jpurol.2012.02.015, consulté le 15 octobre 2020), p. 223–229
  56. O.M. Oni, D.B. Amuda, C.E. Gilbert (2011) Effects of radiofrequency radiation from WiFi devices on human ejaculated sperm ; Int. J. Res. Rev. Appl. Sci., 9 (Article 13)
  57. (en) Conrado Avendaño et Ariela Mata, « Use of laptop computers connected to internet through Wi-Fi decreases human sperm motility and increases sperm DNA fragmentation », sur Fertility and Sterility, (DOI 10.1016/j.fertnstert.2011.10.012, consulté le 15 octobre 2020), p. 39–45.e2
  58. Saeed Shokri et Aiob Soltani, « Effects of Wi-Fi (2.45 GH z) Exposure on Apoptosis, Sperm Parameters and Testicular Histomorphometry in Rats: A Time Course Study », sur Cell J (Yakhteh), (PMID 26199911, PMCID PMC4503846, DOI 10.22074/cellj.2016.3740, consulté le 15 octobre 2020)
  59. (en) Suleyman Dasdag et Muzaffer Taş, « Effect of long-term exposure of 2.4 GHz radiofrequency radiation emitted from Wi-Fi equipment on testes functions », sur Electromagnetic Biology and Medicine, (ISSN 1536-8378, DOI 10.3109/15368378.2013.869752, consulté le 15 octobre 2020), p. 37–42
  60. (en) Mehmet Erol Yildirim et Mehmet Kaynar, « What is harmful for male fertility: Cell phone or the wireless internet? », sur The Kaohsiung Journal of Medical Sciences, (ISSN 2410-8650, DOI 10.1016/j.kjms.2015.06.006, consulté le 15 octobre 2020), p. 480–484
  61. (en) Mehmet Zulkuf Akdag et Suleyman Dasdag, « Does prolonged radiofrequency radiation emitted from Wi-Fi devices induce DNA damage in various tissues of rats? », sur Journal of Chemical Neuroanatomy, (DOI 10.1016/j.jchemneu.2016.01.003, consulté le 15 octobre 2020), p. 116–122
  62. Ministry of Environment, Forest and Climate Change, « Report on possible impacts of communication towers on wildlife including birds and bees » [« Rapport sur les impacts possibles des tours de communication sur la faune, y compris les oiseaux et les abeilles »], India Environment Portal,‎ (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2020)
  63. Voir une revue : EH&S Hazards of Ultraviolet Light
  64. EPA (2002) courrier de l'EPA (signé par Herbert Hankin, du centre pour la science, responsable de la division chargée de l'évaluation des risques des Radiation et de la protection), et adressé à Janet Newton de la Commission fédérale des communications (FCC)
  65. Longcore, T ., C . Rich, P . Mineau, B. MacDonald, D.G. Bert, L.M. Sullivan, E. Mutrie, S.A. Gauthreaux, Jr., M.L. Avery, R.C. Crawford, A.M. Manville, II, E.R. Travis, and D. Drake. 2013. Avian mortality at communication towers in the United States and Canada: which species, how many, and where? Biological Conservation 158: 410-419.
  66. U.S. Fish and Wildlife Service. 2008. Birds of Conservation Concern, 2008. United States Department of Interior, Fish and Wildlife Service, Division of Migratory Bird Management, Arlington, VA. 85 pages. http://www.fws.gov/migratorybirds.
  67. courrier signé par le directeur du Bureau de la politique environnementale et de la conformité du Département de l'Intérieur des États-Unis (DOI), adressé à Eli Veenendaal National Telecommunications and Information Administration, daté du 7 février 2014
  68. « ICNIRP-Richtlinienkritik Dr. Neil Cherry », sur Scribd (consulté le 1er octobre 2020)
  69. a et b Klaus Buchner & Michèle Rivasi (2020) The International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection: Conflicts of interest, corporate capture and the push for 5G ; et version en français
  70. « Le CIRC classe les champs électromagnétiques de radiofréquences comme peut-être cancérogènes pour l’Homme » [PDF], sur le site du Centre international de recherche sur le cancer, , communiqué de presse no 208.
  71. SFRP, « Exposition des travailleurs aux rayonnements électromagnétiques et optiques artificiels : appliquer la réglementation au quotidien - Manifestations - SFRP - Société Française de Radioprotection », sur www.sfrp.asso.fr (consulté le 12 octobre 2020)