Raymonde Tillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tillon et Nédélec (homonymie).
Ne doit pas être confondu avec Germaine Tillion.

Raymonde Tillon
Illustration.
Fonctions
Députée des Bouches-du-Rhône

(5 ans, 7 mois et 27 jours)
Élection 21 octobre 1945
Réélection 2 juin 1946
10 novembre 1946
Législature Ire et IIe Assemblées nationales constituantes
Ire (Quatrième République)
Conseillère générale du canton de Marseille-6
– ?
Biographie
Nom de naissance Raymonde Marie Barbé
Date de naissance
Lieu de naissance Puteaux (Seine, France)
Date de décès (à 100 ans)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique PCF
Conjoint Charles Tillon
Profession Employée

Raymonde Tillon (née Barbé, ex-Nédélec), née le à Puteaux et morte le à Paris, est une résistante et femme politique française.

Engagée dans la Résistance jusqu'à son arrestation le 31 mars 1941, elle est élue, en tant que membre du Parti communiste français, députée constituante des Bouches-du-Rhône entre 1945 et 1946 puis députée du même département jusqu'en 1951, sous la première législature de la IVe République.

Biographie[modifier | modifier le code]

Politique et Résistance[modifier | modifier le code]

Raymonde Barbé est la fille d’un employé de la société des transports en commun de la région parisienne (STCRP). Elle perd ses parents à l’âge de 5 ans. Placée dans un orphelinat religieux, elle s’enfuit avant sa majorité, et rejoint son frère près d’Arles[1]. Employée de commerce, elle adhère[Quand ?] au Parti communiste français (PCF) et met en place une section locale de l’Union des jeunes filles de France (UJFF)[2].

Elle se marie en 1935 à Arles avec Charles Nédélec, un militant de la CGTU et du PCF[3] ; ils militent ensemble pour le Front populaire dont il devient l'un des dirigeants historiques[4]. Ils habitent ensemble à Marseille[2].

Raymonde Nédélec et son mari s’engagent dans la Résistance. Elle est arrêtée le , et condamnée par le tribunal maritime de Toulon à vingt ans de travaux forcés[3], elle est d’abord incarcérée en France (Marseille à la prison des Présentines, Toulon puis Lyon) et déportée en Allemagne en 1944 (Sarrebruck puis Ravensbrück)[3]. Elle travaille ensuite dans une usine de guerre à Leipzig, s'évade le et revient à Marseille[3], où elle apprend la mort d'épuisement dans la résistance de son mari.

Après guerre, Raymonde Nédélec devient employée à l’Union départementale de la CGT des Bouches-du-Rhône, avant d’être nommée responsable de la Commission féminine. En septembre 1945, elle est élue conseillère générale du 6e canton de Marseille[2].

Elle se remarie en 1951 avec l'ex-mutin de la mer Noire et résistant Charles Tillon[5], également du PCF, qui deviendra ministre, député, sénateur et maire d'Aubervilliers[3], dans la ceinture rouge de Paris, avant d'être la victime d'une purge stalinienne[4]. Ils habitent alors à Aubervilliers[6].

Elle soutient son mari lorsqu'il fait l'objet d'une sanction qui le démet de ses fonctions dirigeantes du PCF en 1953, et ils sont exclus du Parti communiste en 1970[7].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Assemblées constituantes[modifier | modifier le code]

Elle fut la dernière survivante des 33 femmes élues députées à la première Assemblée constituante de la IVe République[8], dès que les femmes eurent le droit de vote en France.

Après le rejet du projet de constitution élaboré par cette assemblée par le référendum le 5 mai 1946, elle est réélue à la seconde assemblée constituante le 2 juin 1946[2].

Quatrième République[modifier | modifier le code]

Ire législature

Mort[modifier | modifier le code]

Raymonde Tillon meurt le à Paris[9], à l'âge de 100 ans[6],[5],[8].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Médaille militaire
  • Croix de guerre 39/45
  • Chevalier de la Légion d’honneur[1]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Raymonde Tillon (postface Charles-Louis Foulon), J'écris ton nom liberté : des camps nazis à l'Assemblée nationale, Paris, Éditions du Félin, coll. « Résistance, liberté et mémoire », , 220 p. (ISBN 978-2-86645-421-0, présentation en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Charles-Louis Foulon, « Raymonde Tillon a cent ans aujourd’hui », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  2. a b c et d « Raymonde Nédelec Née Barbé, Épouse Tillon (1915 - 2016) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale
  3. a b c d et e Philippe-Jean Catinchi, « La résistante Raymonde Tillon est morte », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  4. a et b Pierre Laurent, « Décès de Raymonde Tillon : « symbole de tout un pan de l'histoire populaire de notre pays » », Parti communiste français, (consulté le 20 juillet 2016).
  5. a et b AFP, « Décès de la résistante Raymonde Tillon-Nédelec », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  6. a et b « Aubervilliers : la résistante Raymonde Tillon était une figure de la ville », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  7. « Mme Tillon : ce n'est pas frapper le parti à la tête que de dire la vérité », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  8. a et b AFP, « Décès de la résistante communiste Raymonde Tillon-Nédelec : La résistante communiste Raymonde Tillon-Nédelec est décédée à l'âge de 100 ans, a annoncé dimanche l'Elysée, François Hollande saluant cette "femme engagée" qui était "la dernière survivante" des 33 premières femmes élues députées en 1945 », France 3 Bretagne,‎ (lire en ligne).
  9. « La résistante Raymonde Tillon est morte », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]