Raymond de Verninac-Saint-Maur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Raymond de Verninac Saint-Maur.
Raymond de Verninac-Saint-Maur
Fonctions
Ambassadeur
Préfet
Biographie
Naissance
Décès
Domicile
Activités
Famille
Conjoint
Henriette de Verninac (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Charles de Verninac (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle

Raymond de Verninac-Saint-Maur, né à Souillac en 1762 et mort en 1822, est un écrivain, diplomate français. Il est le premier préfet du département du Rhône.

Biographie[modifier | modifier le code]

La révolution[modifier | modifier le code]

Il est élève au collège de Brive-la-Gaillarde. Il va, jeune, à Paris. Il se fait connaître en publiant des poésies. Il s’engage pour la révolution. Louis XVI l’envoie en qualité de commissaire-médiateur, avec Lescène-Desmaisons et l’abbé Mulot, pour mettre fin aux troubles du Comtat Venaissin (partie du département du Vaucluse). Il publie un rapport de sa mission[1].

Diplomate[modifier | modifier le code]

En avril 1792 il est nommée ministre de France en Suède. Il est à Stockholm le 16 mai, le roi Gustave III vient juste d’être enterré. L’hostilité de la cour de Suède à la révolution française conduit à ce qu'il soit rappelé en France, six semaines après la mort de Louis XVI, soit en mars 1793. En 1795 il est nommé envoyé extraordinaire à Constantinople. Il fut honoré par le grand Vizir. Il quitte Constantinople en novembre 1796.

Henriette de Verninac en diane par Chinard, musée du Louvre
Le fils, Charles-Étienne-Raymond-Victor, peint par son oncle, Eugène Delacroix

Mariage[modifier | modifier le code]

Il est à Paris en mai 1797 et se marie avec Henriette Delacroix (dont le peintre Jacques-Louis David exécutera un portrait), fille de Charles-François Delacroix, sœur d’Eugène Delacroix. Ils ont un fils, Charles Étienne Raymond Victor, né le 19 novembre 1803. Il sera également diplomate. Il meurt en 1834.

Préfet du Rhône[modifier | modifier le code]

Verninac est nommé, sous le Consulat, par Bonaparte préfet du Rhône le 3 mars 1800. Il s’y installe officiellement le 10 avril. la mission est difficile, après le soulèvement de Lyon contre la Convention nationale en 1793 Il s’en acquitte avec beaucoup de diplomatie. J.B. Dumas[2] écrit « affable, prévenant, d’un accueil réservé, mais pourtant facile, écoutant les plaintes avec une constante sollicitude… il accordait avec empressement tout ce qu’il pouvait accorder… actif et grave il portait la même attention à toutes la affaires». Sa femme est remarquée : « le préfet n’allait pas loin chercher un des principaux ornements de ses fêtes : c’était Madame Verninac elle-même, douée d’une taille majestueuse et d’une grande beauté.»[3]. Les actions dans le Rhône sont nombreuses : c'est pendant le mandat de préfet de Verninac qu'est entreprise la rénovation de tout l’espace situé entre le quai de la Saône au niveau du pont Bonaparte et la place Bellecour, rebaptisée alors Place Bonaparte. Verninac prend aussi la décision dès 1800 de faire renaître l’Académie des Sciences, belles lettres et Arts de Lyon dissoute comme toutes les sociétés savantes en 1793. Il rédige un rapport descriptif de la situation physique et politique du département du Rhône[4].

Il quitte ses fonctions de préfet pour devenir, à Berne, ministre plénipotentiaire en Helvétie. C’est sa dernière fonction publique.

Verninac a du goût pour les lettres, lui-même est écrivain et, selon Michelet, il a inséré dans divers journaux et almanachs des poésies légères qui n’ont pas été recueillies en volume. Bonaparte le charge d’importantes négociations avec le Valais. Raymond de Verninac est disgracié en raison de ses opinions républicaines.

Son neveu Raymond de Verninac Saint-Maur commanda l’expédition chargée de ramener en France l’obélisque du temple de Louxor offerte à Louis-Philippe par Méhémet Ali.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Mémoires de la Société de l'histoire de Paris et de l'Île-de-France, Paris, Honoré Champion, 1902, p. 26.
  • Henriette de Verninac ou l'histoire mouvementée du portrait de la sœur d'Eugène Delacroix par Jacques Louis David par Arlette Sérullaz dans le bulletin no 5 de la Société des Amis du Musée National Eugène Delacroix, mai 2007.
  • Jacques-Alphonse Mahul, Annuaire nécrologique, ou Supplément annuel et continuation de toutes les biographies ou dictionnaires historiques, 3e année, 1822, Paris : Ponthieu, 1823, p. 213-215 [1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. De la révolution d'Avignon et du comté venaissin depuis le mois d'août 1789, jusqu'au 3 février 1792 ; 1792,   Édition : Paris : impr. C.-F. Perley , 93 p. (disponible sur Gallica)
  2. J.B. Dumas, secrétaire perpétuel de l'Académie Eloge historique de Raymond Verninac, préfet du département du Rhône Prononce le 29 mai 1826 in Archives historiques et statistiques du département du Rhône, Volume 4 J. M. Barret., 1826 (disponible sur Google livres)
  3. Henriette de Verninac est célèbre pour le buste en Diane Chasseresse que Chinard a fait d’elle et pour son portrait peint par David, d’où les rapprochements souvent établis avec Juliette Récamier.
  4. Raymond de Verninac Description physique et politique du département du Rhône Ballanche et Barret, 1800 - 133 pages (disponible sur google livres)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation