Raymond Villey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir famille Villey.
Raymond Villey
Raymond Villey.jpg
Raymond Villey (années 1980).
Fonction
Doyen
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
CaenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour

Raymond Henri Joseph Villey-Desmeserets, ou Raymond Villey, né le à Caen où il est mort le , est un médecin français. Résistant, il devient professeur de médecine, doyen de la faculté de médecine de Caen, membre puis président du Conseil de l'Ordre des médecins.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une famille de notables normands. Son grand-père paternel, Edmond Villey (1848-1924), économiste, fondateur de la Revue d'économie politique, a été doyen de la faculté de droit de Caen. Son grand-père maternel est le philosophe Émile Boutroux (1845-1921). Son père, Pierre Villey (1879-1933), bien qu'aveugle, a été professeur à la faculté des lettres de Caen, spécialiste de la littérature française du XVIe siècle. Son oncle Jean Villey (1885-1948), physicien, a été professeur à la faculté des sciences de Paris, et un autre oncle, Achille Villey-Desmeserets (1878-1955), préfet de la Seine de 1934 à 1940. Son frère aîné Daniel Villey (1910-1968) a été professeur d'économie politique à Poitiers et à Paris et son cadet, Michel Villey (1914-1988), professeur de droit à Paris, spécialiste de la philosophie du droit.

Raymond Villey fait ses études secondaires au lycée Malherbe. Il choisit d'être médecin et soutient sa thèse à Paris en 1941.

Résistant pendant la guerre, il se présente à Caen aux élections municipales de mai 1945. Sa liste arrive en tête mais c'est Yves Guillou qui est élu maire. La même année, à 32 ans, il entre au conseil départemental de l'Ordre des médecins puis au conseil national.

Il est doyen de la faculté de médecine de Caen de 1974 à 1980 et président national de l'Ordre des médecins de 1981 à 1987[1]. Son enseignement et ses fonctions l'amènent à développer des travaux sur le rôle du médecin, sa responsabilité et sa déontologie, qui le font considérer comme le « père de la déontologie moderne » [1]. Il a été membre de la commission nationale consultative des droits de l'homme.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les symptômes embryonnaires, thèse de médecine, 1941, Paris, n° 214, 140 p., L. Arnette, Paris, 1941
  • Réflexions sur la médecine d'hier et de demain, 240 p., Plon, Paris, 1966
  • (Avec Claude Mandonnel et Pascal Campbell) Histoire du diagnostic médical, 219 p., Masson, Paris, 1976
  • Déontologie médicale, 106 p., Masson, Paris, 1982 (ISBN 2-225-78640-2)
  • (Avec Philippe Letellier et Philippe Boutard) Dictionnaire médical des symptômes et syndromes, 351 p., Masson, Paris, 1982 (ISBN 2-225-78640-2)
  • Histoire du secret médical, Seguers, Paris, 1986 (ISBN 2-225-44803-5)
  • Sur les responsabilités et la responsabilité des médecins, Médecine de l'homme, CCME, n° 201, 1992
  • Jean-Michel Derlon,Éléments de neuroanatomie fonctionnelle (préface de Raymond Villey), Presses Universitaires de France, Paris, 1982

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bernard Glorion (président national de l'Ordre des médecins), « Disparition de Raymond Villey, ancien président de l'Ordre des médecins », Bulletin de l'Ordre des médecins, février 1999, Paris.

Liens externes[modifier | modifier le code]