Raymond Vahan Damadian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Raymond Vahan Damadian (né le ), est un scientifique américain d'origine arménienne ayant participé au développement de l'imagerie par résonance magnétique (IRM) dans les années 1970.

Biographie[modifier | modifier le code]

Damadian est d'origine arménienne, né à New York. Il effectue des études de mathématiques à l'université du Wisconsin-Madison en 1956, puis entre à l'Albert Einstein College of Medicine de New York en 1960.

L'IRM[modifier | modifier le code]

En 1970, il rapporte un travail sur les réponses différentes en résonance magnétique entre des tissus sains et cancéreux dans le journal Science. Il pense pouvoir améliorer le diagnostic du cancer, il a alors mis au point l'IRM.

Quoique ayant construit, dans des conditions incroyablement difficiles, le premier système d'imagerie (allant, faute de crédits, jusqu'à usiner de ses propres mains les différentes pièces constitutives de sa machine avec l'aide de deux étudiants) le jury du Prix Nobel 2003 ne reconnaîtra pas ses travaux, vraisemblablement à cause de ses idées créationnistes, créant un scandale sans précédent dans l'histoire de ce prix prestigieux. Le philosophe agnostique Michael Ruse, vif adversaire du créationnisme s'exprima ainsi dans sa stupéfaction : "J'ai un haut-le-corps à l'idée qu'on ait refusé à Raymond Damadian ce juste honneur à cause de ses croyances religieuses."[1]

le Dr. déclara au Sydney Morning Herald, concernant ces rumeurs : "Avant que cela n'arrive, personne ne m'a jamais dit : "Ils ne vous donneront pas le prix Nobel de médecine parce que vous êtes un scientifique de la création. Si les gens faisaient activement campagne contre moi à cause de ça, je ne l'ai jamais su."[2]

Sa biographie, émouvante et exemplaire, est relatée dans le livre "A machine called indomitable".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Was there a religious factor in this year’s (non) selection? », Metanexus Online Journal,‎
  2. (en) « The man who did not win », Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne)