Raymond Templier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Raymond Templier
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
BijoutierVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Raymond Templier, né le à Paris et mort le à Paris, est un bijoutier français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père et grand-père bijoutiers, il est élève à l'École nationale supérieure des arts décoratifs de 1909 à 1912. Dès 1911, il expose au Salon des artistes décorateurs, puis participe aux Salons d'Automne et des Tuileries.

Fondateur en 1929 avec René Herbst, Robert Mallet-Stevens, Jean Puiforcat, Hélène Henry et Pierre Chareau de l'Union des artistes modernes (UAM), il a géré une part importante aux Expositions internationales de 1925 et 1937 à Paris.

Templier, dont les œuvres figurent au musée d'art moderne et à celui des arts décoratifs de Paris et au Metropolitan Museum de New York, est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1938[2]. Joaillier dessinateur, Templier a été un des premiers à donner au bijou, plus particulièrement que d'autres objets sujets aux fluctuations des modes, un style aux principes rigoureux sans exclure la part de fantaisie voire de sensibilité nécessaire à un élément capital de la parure féminine. Templier est à l'avant-garde de son temps : sa participation en tant que joaillier à la fondation de l'UAM est pour le bijou une victoire, pour l'artiste une prise de position à laquelle il restera toujours fidèle[3],[4],[5],[6].

Il a notamment réalisé des broches en platine, dans le sillage du mouvement Art déco[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (BNF 15017554)
  2. Base Leonore
  3. (en)Hancocks London
  4. (en)Peter Edwards Jewels
  5. (en)Mschon
  6. (en)Primavera Gallery
  7. Élodie Baërd, « Le platine va-t-il redorer son aura », Le Figaro, cahier « Le Figaro et vous , 30 avril 2021, p. 32.

Liens externes[modifier | modifier le code]