Raymond Stora

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stora.

Raymond Stora est un physicien français né le [1] et mort le (à 84 ans)[2]. À partir de 1978, il est directeur de recherche émérite du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) au Laboratoire d'Annecy-le-Vieux de Physique Théorique (LAPTh).

Biographie[modifier | modifier le code]

Raymond Stora étudie à l'École polytechnique de 1951 à 1953[1], passe trois années au Massachusetts Institute of Technology (MIT)[1] avant d'obtenir son doctorat en 1958[1]. Il travaille ensuite au Commissariat à l'énergie atomique de Saclay jusqu'en 1970 avant son départ pour le Centre de physique théorique de Marseille[1].

En 1989, il reçoit le prix Joannidès de l'Académie des sciences, en 1992 le prix Ricard de la Société française de physique, en 1998 la médaille Max-Planck et en 2009, le prix Dannie Heineman pour la physique mathématique[3] pour ses travaux en théorie des quanta des champs de jauge, à la base du « BRST quantization (en) »[4],[5],[1]. Il est également Chevalier de la Légion d'honneur.

Il est correspondant de l'Académie des sciences depuis 1994, membre de la Société française de physique, de la Société française de mathématiques et de l'International Association of Mathematical Physics[1].

Il a notamment préfacé le livre Théorie quantique des champs - Méthodes et applications (2007) de Tahar Boudjedaa et Abdenacer Makhlouf[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]