Raymond Ruffin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ruffin.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Rufin.

Raymond Ruffin, né en 1929 à Bonnebosq dans le Calvados, mort le , est un historien, romancier et critique littéraire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son premier livre, dédicacé par Vercors, est Les Lucioles de ma nuit. Après avoir publié plus d'une vingtaine d'ouvrages sur la résistance, la guerre, l'Occupation et le débarquement de la Seconde Guerre mondiale, il est considéré comme l'un des mémorialistes les plus sérieux de la période 1939-1945.

Il a été chroniqueur pour Historia, Historama, Connaissance de l'Histoire, Les Dossiers de l'Histoire et Histoire pour tous, chroniqueur pour Arte et FR3, romancier, biographe et critique littéraire. Chevalier des Palmes académiques, Lauréat de l'Académie française et des Académies des Arts et Belles-Lettres de Rouen, Fécamp, Bordeaux, Limoges et Lyon, il a reçu de nombreuses distinctions pour plusieurs de ses ouvrages, dont le Grand Prix Spécial Guillaume le Conquérant, le Prix des Libraires de Normandie, le Grand prix des Écrivains normands, le prix de A.C.V.R.D., le prix Connaissance de l'Histoire et le prix des Arts et Belles Lettres de Rouen.

En 1983, il fonde avec André Castelot, la Société des auteurs et créateurs de Normandie devenue la Société des auteurs de Normandie, dont il fut vice-président.

Il repose au cimetière de Villers-sur-Mer, face à la mer, selon ses vœux.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Les Lucioles de ma nuit, 1976. Réédité en 1980, 1984 et 1986, Presses de la Cité.
  • La Résistance normande face à la Gestapo, 1977. Réédité de 1980 à 1999, Presses de la Cité et éd. Bertout. Grand Prix des Écrivains normands 1997.
  • Journal d’un J3, 1979. Ouvrage couronné par l’ACVRD, Presses de la Cité.
  • Ces chefs de maquis qui gênaient, 1980, Presses de la Cité.
  • Résistance PTT, 1983, Presses de la Cité. Prix de l’Académie Française, Prix Eugène Piccard
  • La Vie des Français au jour le jour 1939-1945, 1986, Presses de la Cité.
  • Guide des maquis et de la Résistance normande, 1984, réédité en 1994. Prix « Connaissance de l’Histoire »
  • Normandie 1939-1945, 3 tomes :
  1. Le Temps des épreuves
  2. Résistance normande et Jour J
  3. Le Prix de la Liberté.
Cette trilogie a reçu le Grand Prix Spécial Guillaume le Conquérant du Cinquantenaire et la Grande Médaille d’Or de L’Académie des Arts et belles Lettres de Rouen.
  • Les FFI, Contribution à la Bataille de Normandie, 1979, Hachette.
  • La Résistance normande dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, 1979.
  • Le Maquis Surcouf en Normandie, 1999, éd. Bertout.
  • Les Espionnes du XXe siècle, 2000, France-Empire.
  • Violette Morris, la hyène de la Gestapo, 2004, éd. Le Cherche Midi.
  • Avoir eu 10 ans en 1939, 2005, éd. Bertout.
  • La Résistance dans l'Opération Overlord, 2003, France Empire.

Romans[modifier | modifier le code]

  • Le Briquet d’amadou, 1971, C.A.
  • Le Mur du temps, 1972, C.A.
  • Léontine du Pays d’Auge, 2002, France Empire. Prix des Libraires de Normandie 2002, Prix Charles T. Féret 2002, Grand Prix de la ville d’Etretat 2002
  • La Désenvoûteuse du Val d’Auge, 2003, France Empire.
  • Crimes en forêt d’Auge, 2005, France Empire.

Témoignages[modifier | modifier le code]

En 2009, plusieurs de ses témoignages sur la période de l'Occupation figurent dans Paroles de l'ombre. Lettres et carnets des français sous l’Occupation (1939-1945) de Jean-Pierre Guéno, Jérôme Pecnard, éd. Les Arènes. Ils relatent les difficultés quotidiennes rencontrées par les Français durant la période de l'occupation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]