Raymond Impanis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Impanis
Defaut 2.svg
Informations
Naissance
Décès
(à 85 ans)
Vilvorde +
Nationalité
Équipes professionnelles
1946-1951 Alcyon-Dunlop
1948 Mondia
1948 Titan
1949 Bianchi-Ursus
1950 Girardengo
1951 Girardengo-Ursus
1952 Wolf
1953 Garin-Wolber
1954 Mercier-BP
1954 Girardengo-Eldorado
1955-1956 Elvé-Peugeot
1957 Peugeot-BP-Dunlop
1958 Elvé-Peugeot
1959 Peugeot-BP-Dunlop
1959-1961 Faema
1962 Flandria-Faema
1963 Peugeot-BP-Englebert
Principales victoires

Raymond Impanis est un coureur cycliste belge, né le à Berg et mort le à Vilvorde[1]. Professionnel de 1946 à 1963, il a notamment remporté Paris-Roubaix en 1954, le Tour des Flandres la même année, la Flèche wallonne en 1957, Gand-Wevelgem en 1952 et 1953, et Paris-Nice en 1954 et 1960. Il s'est également classé trois fois parmi les dix premiers du Tour de France, dont il a remporté trois étapes, et a fini troisième du Tour d'Espagne 1956.

Biographie[modifier | modifier le code]

Raymond Impanis devient coureur professionnel le dans l'équipe Alcyon. Dès 1947, il se classe deuxième de Liège-Bastogne-Liège et quatrième de Paris-Roubaix. Il participe en juillet à son premier Tour de France, avec l'équipe de Belgique. Il y remporte la plus longue étape contre-la-montre de l'histoire du Tour, disputée entre Vannes et Saint-Brieuc, avec près de cinq minutes d'avance sur le deuxième, Jean Robic[2]. Il finit sixième au classement général. L'année suivante, il remporte deux nouvelles étapes du Tour, et termine dixième. Il remporte Gand-Wevelgem en 1952 et 1953.

En 1954, Raymond Impanis rejoint l'équipe Mercier dirigée par Antonin Magne. Il y connait sa meilleure année. En mars, il gagne Paris-Nice, après avoir pris la tête du classement général lors de la deuxième étape qu'il remporte à Saint-Étienne[3]. Au début du mois d'avril, il s'impose au Tour des Flandres. La semaine suivante, il ajoute Paris-Roubaix à son palmarès. Présent dans un groupe de 22 coureurs en tête de la course, il attaque à 1 500 m de la ligne l'arrivée, qu'il franchit avec une centaine de mètres d'avance sur le deuxième, Stan Ockers. Ferdi Kübler, quatrième, déclare à après l'arrivée : « Impanis ? C'est un avion. Il n'y avait rien à faire contre lui, il s'est envolé... »[4].

Raymon Impanis se classe troisième du Tour d'Espagne 1956, et remporte la Flèche wallonne en 1957. En 1960, il s'impose pour la deuxième fois sur Paris-Nice. Il court sa dernière saison en 1963. Il dispute cette année-là son seizième Paris-Roubaix. Ce record est égalé en 2010 par le Néerlandais Servais Knaven puis en 2011 par l'Américain George Hincapie et le Français Frédéric Guesdon avant que ces deux derniers ne portent, en 2012, à dix-sept le record du nombre de participations à l'Enfer du Nord.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cyclisme - Décès de l'ancien coureur Raymond Impanis », sur rtlinfo.be,‎ (consulté le 31 décembre 2010)
  2. « Tour de France 1947 », sur memoire-du-cyclisme.net (consulté le 4 janvier 2011)
  3. « Guide historique de Paris-Nice » [PDF], sur letour.fr (consulté le 14 novembre 2009)
  4. Pascal Sergent, Chronique d'une légende : Paris-Roubaix - Tome 2, p64-66

Liens externes[modifier | modifier le code]