Raymond Ier de Toulouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raymond Ier.
Raymond Ier de Toulouse
ou de Rouergue
Titre
Comte de Quercy et du Limousin
vers 849
Prédécesseur inconnu
Successeur Bernard II de Toulouse-Rouergue
Comte de Toulouse, de Rouergue, de Carcassonne et de Razès
Prédécesseur Frédolon de Rouergue
Successeur Bernard II de Toulouse-Rouergue
Biographie
Dynastie Raimondins
Date de naissance début du IXe siècle
Date de décès
Père Foulques de Rouergue
Mère Sénégonde
Fratrie Frédolon de Rouergue
Conjoint Berthe
Enfants Bernard II de Toulouse-Rouergue
Eudes de Toulouse-Rouergue
Héribert de Rouergue
Comtes de Toulouse

Raymond Ier de Toulouse ou de Rouergue (mort en 863) est comte de Toulouse, de Rouergue, d'époque carolingienne, appartenant à la dynastie raimondine. Il portait les titres de comte et marquis et, après sa mort « marquis de Toulouse » (marchio Tholosensis, 868). Il n'en fut pas moins comte en Rouergue, en Limousin ainsi qu'à Toulouse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né au début du IXe siècle, Raimond est le fils de Foulques de Rouergue, comte de Rouergue, et de Sénégonde, probable petite-fille de Guillaume de Gellone.

En 849, Raimond reçoit du roi Charles le Chauve les comtés du Quercy et du Limousin. En effet, il poursuit, avec son frère Frédolon, qui a reçu de son côté les comtés de Toulouse, de Rouergue, de Carcassonne et de Razès, la politique de leur père qui depuis 845 s'est rangé du côté de Charles le Chauve contre Pépin II, qui prétend au royaume d'Aquitaine. En 852, Frédolon meurt sans laisser d'héritier mâle et Raimond récupère, avec l'appui de Charles le Chauve, l'ensemble de ses honneurs. Le roi a en effet besoin d'appuis solides en Aquitaine. En octobre 855, le fils de Charles le Chauve âgé de seulement sept ou huit ans, Charles l'Enfant, est couronné roi d'Aquitaine à Limoges, sur les terres de Raimond ː il s'agit pour Charles le Chauve de s'assurer de la fidélité des seigneurs aquitains en leur donnant un roi particulier. En 858 et 859, il combat aux côtés de Charles le Chauve, qui reçoit également le soutien des comtes de Barcelone, Unifred, et de Poitiers, Ramnulf.

En 861, l'abbé Adalgise, qui fuit le Périgord, où l'abbaye de Paunat a été saccagée par les Normands en 849, est reçu à Toulouse par Raimond. Lors d'une assemblée tenue dans cette ville sous la direction d'Hélisacar, évêque de Rodez, Raimond concède une terre à Vabres, sur des terres qu'il possède dans le comté de Rouergue, à la limite du comté d'Albi, pour que soit fondée une abbaye. Raimond se rend même auprès du roi Charles le Chauve et obtient de lui une charte de confirmation pour la nouvelle abbaye de Vabres, ce qui lui est concédé le 19 juillet 862, avec quatre livres d'argent. L'abbaye profite rapidement de donations de la famille de Raimond et de ses proches ː l'abbé Adalgise est ainsi rejoint par Roland, filleul et chapelain de Raimond. Plus tard, c'est le quatrième fils de Raimond, Héribert, qui devient moine. L'abbaye devient le sanctuaire patrimonial des premiers Raimondins.

Raimond renforce son pouvoir et poursuit le mouvement d'appropriation des bénéfices comtaux par les familles princières. Son fils Bernard est déjà qualifié de comte sur une charte en faveur de l'abbaye de Vabres en novembre 862, ce qui laisse penser qu'il avait été associé par Raimond au pouvoir, sans doute avec l'appui et l'approbation du roi Charles le Chauve, qui voyait ainsi le moyen de s'assurer la fidélité de Raimond et de ses fils. La situation de Charles le Chauve est effectivement extrêmement fragile depuis que, à la fin de l'année 861, il a essayé de s'emparer du royaume de Provence, tenu par son neveu Charles de Provence[1] ː la noblesse provençale menée par le comte de Vienne, Girart, le met en échec avec le soutien de plusieurs nobles d'Aquitaine et de Gothie, parmi lesquels Unifred de Barcelone et Charles l'Enfant lui-même.

En 863, Unifred attaque Raimond, resté fidèle à Charles le Chauve. Profitant peut-être d'une trahison, il occupe la ville de Toulouse, ainsi que le reste du comté[2]. C'est probablement à ce moment que meurt Raimond.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Raimond épouse une certaine Berthe. De cette union sont issus :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. René Poupardin, 1901, p. 26 et 30.
  2. « Ramon I de Tolosa », Gran enciclopèdia catalana
  3. Riccardo Bof, « Raymund’s Daughter’s Divorce in the 9th-Century: a Woman’s Textual Rolein the Breaking of an Alliance », Paths to Gender : European Historical Perspectives on Women and Men, CLIOHRES Transversal Themes (Pise, 2009), p. 195-207. Cliohres.net: Gender and the History of Women and Femininities, [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédéric de Gournay, Le Rouergue au tournant de l'an mil : de l'ordre carolingien à l'ordre féodal, IXe-XIIe siècle, Toulouse, CNRS, Université de Toulouse-Le Mirail, coll. « Méridiennes », , 512 p., couv. ill. en coul. ; 24 cm (ISBN 2-912025-16-8, ISSN 1297-8531, notice BnF no FRBNF39266403)
  • René Poupardin, Le Royaume de Provence sous les Carolingiens, éditions Bouillon, Paris, 1901.

Liens externes[modifier | modifier le code]