Raymond Griffith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Griffith.
Raymond Griffith
Description de cette image, également commentée ci-après
Raymond Griffith (assis) en 1916
Naissance
Boston, Massachusetts
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 62 ans)
Los Angeles, Californie
Profession Acteur
Scénariste
Producteur

Raymond Griffith est un acteur, un scénariste et un producteur américain né le à Boston (Massachusetts) et mort le à Los Angeles (Californie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Boston, dans le Massachusetts dans la famille d'acteurs, Raymond Griffith perd sa voix à un âge précoce et doit s'exprimer toute sa vie dans un murmure rauque. Dans les années 1920, le magazine Photoplay donne la version selon laquelle il aurait endommagé ses cordes vocales lors du tournage dans le mélodrame The Witching Hour d'Helen Arnold, en 1916, où il était amené à interpréter un enfant battu. L'acteur ne l'a pas démenti publiquement, mais le film ne comporte pas de scènes en question[1]. Le fait d'évoluer dans le monde théâtral grâce à ses parents a développé très tôt ses capacités de mime car cette expression occupait une place importante dans les représentations de vaudeville. Il a également été signalé qu'il s'est produit au sein d'une troupe française de mime[2].

Au cinéma, sa carrière commence chez la Vitagraph Company of America en 1914. Il s’illustre par sa capacité à tenir un rôle secondaire et le rendre plus attrayant pour le public qu'un rôle de premier plan. Il devient une star quand il rejoint Paramount dans les années 1920. Sa collaboration se poursuit avec succès avec les studios First National et Goldwyn, notamment dans The Eternal Three et Red Lights (1923). Deux ans plus tard, lorsqu'il obtient un contrat avec Paramount, il interprète ses rôles les plus réussis dans Paths of Paradise (1925) et l'année suivante avec Hands Up! (1926)[2].

Le développement du cinéma parlant porte un coup fatal à sa carrière d'acteur, mais il tient encore un rôle mémorable dans un film avant de se retirer de l'écran, en jouant un soldat mortellement blessé, Gérard Duval, dans À l'Ouest, rien de nouveau en 1930. Il s'oriente ensuite vers l'écriture et la production au Twentieth Century Fox[3].

Griffith meurt lors d'un diner au Masquers Club de Los Angeles en Californie, âgé de 62 ans, le 25 novembre 1957[4],[5]. Il est enterré au Forest Lawn Memorial Park de Glendale.

Filmographie (sélection)[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Comme producteur[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en)John T. Soister,Henry Nicolella,Steve Joyce, American Silent Horror, Science Fiction and Fantasy Feature Films, 1913–1929, McFarland, (ISBN 9780786487905, lire en ligne), p. 487
  2. a et b (en)Donald W. McCaffrey, Christopher P. Jacobs, Guide to the Silent Years of American Cinema, Greenwood Publishing Group, (ISBN 9780313303456, lire en ligne), p. 140
  3. (en)Donald W. McCaffrey,Christopher P. Jacobs, Guide to the Silent Years of American Cinema, Greenwood Publishing Group, (ISBN 9780313303456, lire en ligne), p. 141
  4. « Movie Veteran Dies in Hollywood », Panama City Herald Newspaper, 1957, p. 13 [lire en ligne (page consultée le 9 août 2017)]
  5. (en) Mary Mallory, « Hollywood Heights: The Masquers Laugh to Win, Part Three: Support From Others », sur ladailymirror.com, (consulté le 9 août 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]