Raymond Colrat de Montrozier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Raymond Colrat de Montrozier
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie

Jean Marcel Raymond Colrat de Montrozier (Muzac, -Paris, ) est un journaliste et explorateur français.

Famille[modifier | modifier le code]

La famille Colrat de Montrozier, d'ancienne bourgeoisie de Haute-Auvergne, résidait à Chaudes-Aigues. Elle avait acquis le château de Montrozier à la fin du XVIIIe siècle. Maurice Colrat (1871-1954), directeur du journal L'Opinion, était ministre sous la Troisième République. [1].

Elle fait partie des Familles subsistantes d'ancienne bourgeoisie française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Raymond Colrat de Montrozier participe en 1898-1899 à la mission commerciale de Bonnel de Mézières, dont son livre, Deux ans chez les anthropophages, est en partie le journal de la mission. Les autres collaborateurs de la mission sont Charles Pierre, Georges Bourgeault et Louis Martel. Colrat de Montrozier arrive à Bangui le 24 août 1898, par la Henriette, vapeur hollandais venant de Brazzaville. Il est reçu par le docteur Briand qui le soigne et avec lequel il chasse. « Ces messieurs ont l'air honnête pour des commerçants coloniaux ; il en est arrivé deux par l' Henriette le 24 août et un par l'Antoinette avant-hier ; ce dernier connait déjà le pays et a occupé le premier Tambourah avec Liotard ; l'année dernière encore il y était. Les deux autres vont monter bientôt »[2]. écrit le docteur. Il remonte alors le Congo puis l'Oubangui et visite les sultanats du Mbomou : Bangassou, Rafaï et Zémio.

Seul, il explore la vallée de la Chinko puis le Bahr el Ghazal et le pays Djour de Tamboura à Fort-Desaix. Il démontre que la grande richesse de ces contrées est le caoutchouc, le musc et l'indigo. Son voyage débouche sur la fondation de la Compagnie commerciale des Sultanats.

En 1903, il effectue encore un périple en Asie centrale puis Codirecteur du Courrier de Tunisie (1908) et Directeur de La Semaine (1909), travaille comme correspondant de guerre en 1911 en Tripolitaine.

Travaux[modifier | modifier le code]

  • « Les sultans du M’Bomou » Bull. SGCP, 1900 
  • « Les peuples du M’Bomou », Mouv. géo., 1902 ;
  • Deux ans chez les anthropophages et les sultans du Centre Africain, 1902., rééd. L'Harmattan, 2004

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Numa Broc, Dictionnaire des Explorateurs français du XIXe siècle, T.1, Afrique, CTHS, 1988, p. 86-87 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Yves Boulvert, Raymond Colrat de Montrozier (1872-1931) : journaliste, explorateur commercial, in Hommes et destins, T.11, Afrique noire, 2011, p. 191-194
  • Marie-Christine Lachèse, en coll. avec Bernard Lachèse, De l'Oubangui à la Centrafrique, la construction d'un espace national, L’Harmattan, coll. Histoire Afrique subsaharienne République centrafricaine, août 2015, 352 p. (ISBN 978-2-343-05854-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Marie Dioudonnat, Le Simili-Nobiliaire-Français, éd. Sédopols, 2012, p.225
  2. Marie-Christine Briand-Lachèse, Oubangui 1898-1900 : Apogée et abandon d'une colonie à travers le témoignage de Joseph Briand, médecin colonial, Aix-en-Provence, 2009, 492 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]