Raymond Chassagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Raymond Chassagne est un poète haïtien, né le 13 février 1924 à Jérémie (Haïti) et mort le 27 mai 2013 à Longueil (Québec, Canada).

Biographie[modifier | modifier le code]

Raymond Chassagne fait ses études secondaires au collège Henri-Odéide de Port-au-Prince. Il devient officier dans l'armée d'Haïti à l'époque du dictateur François Duvalier. En 1957, il s'exile, après avoir subi un emprisonnement de neuf mois à la suite d'un procès politique. Son frère, Roland Chassagne, qui est également officier, est arrêté par les Tontons Macoute le 26 avril 1963 à Port-au-Prince et assassiné[1].

Il vit aux États-Unis de 1959 à 1966, puis s'installe au Canada où il suit un cursus universitaire (maîtrise à l’université McGill en 1975[2] ; doctorat en littérature à l’université de Montréal en 1979, année où il soutient sa thèse sur l'écrivain martiniquais Édouard Glissant[3]).

Il rentre en Haïti en 1979, où il enseigne la littérature à l'Université d'État. Il écrit dans plusieurs revues et participe à des émissions de radio et de télévision. En 1994, il s'établit à Port-Salut, sur la côte sud.

En 2007, il retourne s'installer au Canada.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Mots de passe, Sherbrooke, Naaman, 1976.
  • Incantatoire, illustrations de Patrick Vilaire, Port-au-Prince, Éditions Regain, 1996.
  • Carnet de bord, Montréal, Mémoire d'encrier, 2004.
  • Éloge du paladin, Montréal, Mémoire d'encrier, 2012.

Essais[modifier | modifier le code]

  • Le gré de force (manifeste solitaire), Port-au-Prince, Raymond Chassagne, 1998 ; Port-au-Prince, Éditions Reed, 1999.
  • Petit manuel du citoyen / Yon ti liv pou tout sitwayen, livre didactique bilingue pour la formation citoyenne, Port-au-Prince, Raymond Chassagne et Fonds des Droits humains (Fon Dwa Moun), 1999.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raymond A. Joseph, For Whom the Dogs Spy : Haiti. From the Duvalier Dictatorships to the Earthquake, Four Presidents, and Beyond, Skyhorse Publishing Inc., 2015 (en ligne).
  2. Son mémoire porte sur l’œuvre poétique d’Aimé Césaire.
  3. Singularité et rupture idéologique dans l’œuvre d’Édouard Glissant.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Castera, Anthologie de la littérature haïtienne : un siècle de poésie, 1901-2001, Montréal, Mémoire d'encrier, 2003, p. 107 et suiv.

Liens externes[modifier | modifier le code]