Raymond Chanel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chanel.
Raymond Chanel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Raymond Chanel (né le 4 janvier 1908 à Paris 6e et mort le 6 mars 1999 à Nevers) est un médecin O.R.L. et résistant français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Démobilisé en 1940, il reprend son activité à Nevers (Nièvre). Très rapidement, il participe à la mise en place d'une filière d'évasion de l'Armée Volontaire ; il devient le spécialiste de l'évasion de ce réseau[1], rapidement rattaché au mouvement Vengeance[2],[3].

Arrêté le 2 novembre 1942 à Paris, il est interné au camp de Mauthausen jusqu'à la libération de celui-ci le 5 mai 1945[4]. Avant sa démobilisation, le 11 juillet 1947, au grade de médecin-commandant, il contribue à la reconnaissance de l'A.V. par la commission d'homologation. Il reprend alors son activité de médecin O.R.L. à Nevers. Il est décoré de la médaille de la résistance[5].

Dans une lettre écrite a une ancienne amie Muriel Banfield Perier le 12 février 1985, Docteur Chanel a révèle les identités de plusieurs caractères qui se trouvaient dans son livre. Il a écrit[6]:

« Pour de multiples raisons, j’ai cru utile de transformer de nombreux noms de personnes, de rues et de lieux, pour que ne se reconnaissent que les gens concernés et non pas leurs voisins… Je décode dans cette lettre quelques noms pour vous permettre de vous y retrouver: Robert Perrier [votre mari] est désigné sous les noms de Jules et de Mercier. Votre belle-mère [fleuriste à l'époque] que nous appelions gentiment «la môme Buron» est devenue Simone Carre…. La rue Duret est devenue la rue Tournemire, et la ville de Caen est devenue ville de Bayeux. Méresse et quelques autres sont sous leurs noms véritables. Ce livre vous donnera une idée exacte du «boulot» fait par notre réseau S.R.A.V. (Service de Renseignements de l’Armée Volontaire) Non sans casse!»

Odonymie[modifier | modifier le code]

  • Allée du Docteur Raymond-Chanel à Nevers.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Un médecin en enfer, p. 60.
  2. François Wetterwald, « Vengeance. Histoire d'un corps franc, Paris, Mouvement Vengeance, 1947, pp 8,9 & 20 », sur chantran.vengeance.free.fr (consulté le 14 novembre 2013).
  3. Julie Philippe, « Aide et sauvetage de la population Juive dans les départements de la Nièvre et de la Côte d'Or. Mémoire de master en histoire contemporaine. 19/09/2007. Comité français pour Yad Vashem. Les Justes de France. Publications et travaux universitaires », sur yadvashem-france.org (consulté le 15 novembre 2013).
  4. François Wetterwald, ibid, p. 162.
  5. M.E.R., « Médecins médaillés de la Résistance », sur memoresist.org (consulté le 15 novembre 2013).
  6. Lettre écrite part docteur Raymond Chanel le 12 février 1985 (de Nevers) envoyée a Muriel Banfield (Perrier) à Paris. Trouvée parmi les papiers de M. Banfield dans un livre signée par le docteur, "ce témoignage d'amitié."